TraitementActualités
192

août 2012 

Comprendre la mort subite d'origine cardiaque

Le cœur est une grande pompe musculaire qui fait circuler le sang partout dans le corps. L'action de pompage du cœur est rendue possible par des vagues de courants électriques minuscules régulières. Lorsque ces courants électriques sont perturbés, les battements du cœur peuvent devenir irréguliers et risquent même de s'arrêter dans certains cas. Lorsque le cœur cesse de battre et de pomper du sang, le cerveau et les poumons en subissent immédiatement les conséquences. Les personnes touchées perdent rapidement connaissance et, si elles sont debout, elles s'écroulent subitement et cessent de respirer. Elles n'ont plus de pouls parce le cœur a cessé de battre. On appelle ce phénomène la mort subite d'origine cardiaque ou MSOC.

Pas une crise cardiaque

La mort subite d'origine cardiaque et la crise cardiaque sont deux choses différentes. Dans le cas de celle-ci, un vaisseau qui transporte du sang oxygéné des poumons au cœur devient bloqué, peut-être à cause d'un grand caillot sanguin. Lors d'une crise cardiaque, on éprouve de la douleur et de la détresse, mais notre cœur continue de battre. Lors d'une mort subite d'origine cardiaque, le cœur cesse de battre.

La MSOC survient habituellement sans préavis, mais les symptômes avertisseurs suivants se produisent dans certains cas :

  • fatigue ou manque d'énergie inattendu
  • évanouissement
  • étourdissement
  • douleur à la poitrine
  • essoufflement

Évolution du risque

De façon générale, le risque de MSOC est très faible (0,001 % par année) chez les adolescents et les jeunes adultes séronégatifs en bonne santé. Après l'âge de 30 ans, le risque commence à augmenter pour se situer à environ 0,1 % par année. À partir de ce moment, le risque augmente graduellement avec l'âge. Chez les personnes atteintes d'une maladie cardiaque grave qui ont 50 ans ou plus, le risque de MSOC peut être bien plus élevé, soit entre 10 % et 25 % par année.

Accent sur le cœur

Des perturbations du système électrique cardiaque sont probables chez les personnes éprouvant ou ayant éprouvé l'un des problèmes suivants :

  • crise cardiaque
  • maladie coronarienne
  • épaississement anormal du muscle cardiaque (cardiomyopathie)
  • valvules cardiaques anormales
  • maladie cardiaque génétique
  • problèmes au niveau du système électrique du cœur

Comme la mort subite d'origine cardiaque est liée à la présence d'une maladie cardiovasculaire, les mêmes facteurs de risque s'appliquent, comme suit :

  • antécédents familiaux de maladie cardiovasculaire
  • tabagisme
  • hypertension
  • taux anormaux de cholestérol dans le sang
  • obésité
  • diabète
  • manque d'exercice
  • consommation excessive d'alcool
  • âge – le risque de MSOC augmente avec l'âge, particulièrement parmi les hommes de plus de 45 ans et les femmes de plus de 55 ans
  • sexe – les hommes sont de deux à trois fois plus susceptibles de connaître une mort subite d'origine cardiaque
  • utilisation de stimulants – cocaïne et crystal meth
  • hyperthyroïdie
  • déséquilibre de nutriments comme le potassium et le magnésium

Conséquences

Dans les cas de MSOC, le flux de sang oxygéné vers le cerveau s'arrête, et la personne touchée perd immédiatement connaissance. Si le cœur ne retrouve pas rapidement son rythme normal et se remet à battre dans les 10 minutes, le cerveau privé d'oxygène subit de graves dommages et la mort s'ensuit. Les personnes qui survivent à la MSOC risquent de manifester des signes de lésions cérébrales.

Tests

Pour mesurer le rythme cardiaque, on a couramment recours à un test appelé ECG — électrocardiogramme (communément appelé cardiogramme). Pour effectuer ce test non invasif, les techniciens posent des capteurs sur la poitrine et les membres afin que l'ECG puisse détecter des anomalies des vagues électriques produites par le cœur.

Les cardiologues font faire de nombreux autres tests pour déterminer la cause sous-jacente de la MSOC, y compris des analyses de sang, des échographies, d'autres examens du cœur et des vaisseaux sanguins et des épreuves plus complexes pour évaluer le système électrique du cœur. Certains tests et certaines interventions utilisés pour évaluer les risques de MSOC et de maladies cardiaques peuvent être invasifs.

Prévention de la MSOC

Pour aider à prévenir la MSOC, il faut des examens réguliers qui mettent l'accent sur le dépistage des maladies du cœur. Il est également crucial d'adopter un mode de vie qui est bon pour la santé de cet organe. Pour obtenir des conseils à cet égard, consultez le feuillet d'information détaillé de CATIE sur la santé du cœur.

Traitement

Si une personne court un risque élevé d'arythmie cardiaque ou qu'elle présente des anomalies du système électrique du cœur, son cardiologue peut lui prescrire des médicaments. Parmi les classes de médicaments utilisées pour traiter les arythmies cardiaques, mentionnons les suivantes :

  • bêta-bloquants
  • inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (inhibiteurs ECA)
  • inhibiteurs calciques

Dans certains cas, on a recours à la chirurgie. Lors de l'opération en question, on insère un dispositif minuscule appelé défibrillateur cardioverteur implantable (DCI) près de la clavicule. Le DCI est muni de fils qui sont branchés au cœur. Le rôle du DCI consiste à surveiller le rythme cardiaque. En cas de besoin, il peut émettre de faibles signaux électriques qui permettent de normaliser les battements du cœur.

Si les vaisseaux sanguins qui approvisionnent le cœur en sang oxygéné sont étroits ou obstrués, les cardiologues peuvent effectuer une angioplastie coronaire dans le cadre des efforts visant à déterminer la cause sous-jacente de l'arythmie cardiaque. Lors de cette intervention, on insère un long tube mince et souple dans une artère. On peut ensuite gonfler le bout du tube comme un petit ballonnet, ce qui permet de dilater l'artère. Les médecins peuvent aussi insérer un petit tube (endoprothèse vasculaire ou stent) qui sert à garder l'artère ouverte pendant plus longtemps.

Il existe d'autres chirurgies que l'on peut effectuer aussi, dont les suivantes :

  • pontage coronarien
  • chirurgie cardiaque pour corriger toute anomalie génétique
  • greffe de cœur