TraitementActualités
214

mars/avril 2016 

TAF + FTC : le risque d’infection virale diminue chez les singes, mais qu’en est-il des humains?

La formulation actuelle du ténofovir (vendu sous le nom de Viread) est souvent un élément important des combinaisons de médicaments utilisés pour la prévention et le traitement du VIH. Le ténofovir est également un ingrédient de plusieurs combinaisons à dose fixes offertes en un seul comprimé, dont les suivantes :

  • Truvada : ténofovir + FTC
  • Stribild : elvitégravir + cobicistat + ténofovir + FTC
  • Complera : rilpivirine + ténofovir + FTC

Les médicaments contenant du ténofovir peuvent causer des effets secondaires, surtout chez certaines personnes déjà atteintes du VIH qui l’utilisent. Les effets secondaires associés au ténofovir peuvent inclure l’amincissement des os, un risque accru possible de fractures (comme indiqué plus tôt dans ce numéro de TraitementActualités) et la dysfonction rénale. La formulation originale du ténofovir s’appelle TDF (fumarate de ténofovir disoproxil).

On a mis au point une nouvelle formulation du ténofovir portant le nom de TAF (ténofovir alafénamide). La compagnie pharmaceutique qui a créé le TAF met graduellement sur le marché des combinaisons à doses fixes qui incluent son médicament. La première combinaison contenant du TAF à être approuvé au Canada et dans d’autres pays à revenu élevé s’appelle Genvoya; ce dernier ressemble à Stribild sauf qu’il contient du TAF à la place du TDF. Dans les essais cliniques, le TAF semble être beaucoup plus sûr que le TDF.

Qu’en est-il de la PrEP?

Truvada est approuvé au Canada, aux États-Unis et dans certains autres pays pour réduire le risque d’infection par le VIH lorsqu’il est utilisé dans le cadre d’un ensemble de mesures de prévention. Une question importante s’impose : la nouvelle version de Truvada, soit la combinaison TAF + FTC, sera-t-elle aussi efficace pour réduire le risque d’infection par le VIH?

Contrairement au TDF, le TAF ne s’accumule pas dans le sang mais est absorbé par les cellules du système immunitaire. En théorie, comme ces cellules constituent des cibles pour le VIH, le fait qu’elles contiennent du TAF (et du FTC) pourrait les protéger contre l’infection par le VIH.

Le TDF a été testé pour la première fois chez des singes au milieu des années 1990 et s’est révélé capable de réduire le risque que les animaux soient infectés par le VIS (virus de l’immunodéficience simienne), lequel peut causer une maladie semblable au sida chez des singes vulnérables. On a utilisé les expériences sur des singes pour orienter le développement réussi de Truvada à titre de PrEP. On reproduit maintenant ces expériences sur des singes afin d’évaluer la combinaison TAF + FTC.

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis ont publié les données d’expériences sur des singes dont ils ont exposé le rectum à de faibles concentrations du virus de l’immunodéficience hybride VISH. Lors de ces expériences, les singes recevaient soit la combinaison TAF + FTC (six animaux) soit un placebo (six animaux). Les chercheurs administraient ces interventions (médicaments ou placebo) par voie orale 24 heures avant l’exposition au VISH. Deux heures après l’exposition au virus, les singes ont reçu une autre dose de TAF + FTC ou du placebo.

L’administration des doses et l’exposition au virus ont été répétées de cette manière une fois par semaine pendant 19 semaines au total. Toutefois, après les cinq premières semaines (et cinq expositions au virus), les chercheurs ont suspendu l’essai parce qu’ils ont constaté que les animaux recevant le placebo ne contractaient pas l’infection aussi rapidement que prévu (seuls deux animaux sous placebo ont été infectés). Les chercheurs ont donc laissé les animaux se reposer pendant cinq semaines sans leur donner de médicaments, de placebo ou de virus. Après cette période, l’essai a repris, et les animaux ont subi 14 expositions additionnelles au VISH sur une période de 14 semaines.

Pendant toute l’étude, on analysait les échantillons de sang des singes afin de détecter une infection éventuelle par le VISH. Les tests utilisés incluaient la détection d’anticorps contre le virus et la recherche du matériel génétique du VISH. De plus, les techniciens analysaient des cellules immunitaires extraites des animaux afin de déterminer les concentrations de TAF et de FTC.

Résultats clés

Au cours de l’étude, tous les animaux traités par placebo ont été infectés, alors qu’aucun des animaux traités par TAF + FTC n’a contracté l’infection.

Appel à la prudence

Pendant qu’il présentait cette recherche à l’occasion de la Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI 2016), le chercheur des CDC a fait la déclaration suivante :

« … bien que ces données révèlent que [la combinaison TAF + FTC] protège [les singes] contre les infections rectales par le VISH, elle ne devrait pas être utilisée chez des humains à titre de PrEP avant que les essais cliniques soient terminés et qu’elle soit approuvée [par les agences de réglementation] pour la PrEP ».

Lors d’autres expériences menées chez des femmes, on a constaté que, comparativement au TDF (les deux médicaments par voie orale), le TAF donnait lieu à des concentrations de ténofovir de deux à 10 fois moins élevées dans les tissus vaginaux et rectaux sur une période de 48 heures. Les implications de cette différence pour la prévention du VIH ne sont pas claires. Voilà pourquoi il est tellement important que nous attendions les résultats d’un essai clinique proposé sur la combinaison TAF + FTC à titre de PrEP.

Gilead Sciences a entamé des discussions avec la Food and Drug Administration (FDA, agence de réglementation américaine) à propos de la conception du genre d’essai(s) clinique(s) nécessaire(s) pour montrer que la combinaison TAF + FTC peut protéger les humains contre l’infection par le VIH.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCES :

  1. Tsai CC, Follis KE, Sabo A, et al. Prevention of SIV infection in macaques by (R)-9-(2-phosphonylmethoxypropyl) adenine. Science. 1995 Nov 17;270(5239):1197-9.
  2. Massud I, Mitchell J, Babusis D, et al. Chemoprophylaxis with oral FTC/TAF protects macaques from rectal SHIV infection. Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections, 22-25 February 2016, Boston, MA. Abstract 107.
  3. Garrett KL, Cottrell ML, Prince HA, et al. Concentrations of TFV and TFVdp in female mucosal tissues after a single dose of TAF. Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections, 22-25 February 2016, Boston, MA. Abstract 102 LB.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.