TraitementActualités
213

février 2016 

Zepatier pour la cirrhose

Zepatier est un comprimé à doses fixes renfermant les deux médicaments anti-VHC suivants :

  • elbasvir : 50 mg
  • grazoprévir : 100 mg

Zepatier se prend une fois par jour avec ou sans nourriture.

Des chercheurs ont passé en revue les données de six essais cliniques sur Zepatier afin de mieux comprendre son innocuité et son efficacité. Pour faire leur analyse, les chercheurs se sont fiés aux données portant sur 402 participants et se sont concentrés sur les cas de cicatrisation étendue du foie (cirrhose).

La présence de cirrhose a été confirmée par une des évaluations suivantes (chez la majorité des participants) :

  • biopsie du foie (29 % des participants)
  • échographie spécialisée appelée Fibroscan (64 % des participants); un résultat supérieur à 12,5 kilopascals indique la cirrhose
  • tests sanguins (7 % des participants), tels que le rapport entre l’enzyme du foie AST et le nombre de plaquettes; un résultat supérieur à 2,0 laisse soupçonner fortement la cirrhose. On appelle ce test le rapport AST/plaquettes. Les participants qui ont passé ce test ont également passé un test appelé Fibrotest (qui mesure les taux de six protéines différentes) pour confirmer la présence de cirrhose.

Notons que tous les participants inscrits à cette étude avaient la cirrhose mais n’en éprouvaient pas de symptômes graves (on parle dans un tel cas de cirrhose compensée). Les médecins de ces participants leur ont attribué un score de Child-Pugh A; ce système de classement prévoit les chances de survie sur deux ans si aucun traitement n’est amorcé. Pour les patients ayant le VHC recevant un score de Child-Pugh A, on prévoit des chances de survie de 100 % sur 12 mois et de 85 % sur 24 mois.

Les participants avaient le profil moyen suivant lors de leur admission aux essais cliniques sur Zepatier :

  • âge : 56 ans
  • 66 % d’hommes, 34 % de femmes
  • génotypes (GT) et sous-types du VHC : GT1a – 55 %; GT1b – 38 %; GT4 – 6 %; GT6 – 1 %
  • co-infection au VIH : 10 %
  • aucun traitement anti-VHC antérieur : 42 %

Résultats

Les taux de guérison peuvent différer selon le sous-groupe évalué. Dans cette section, nous examinons les taux de guérison en fonction de facteurs comme les antécédents de traitement, le génotype et la méthode d’évaluation de la cirrhose.

Le traitement a duré 12 semaines, à moins qu’une durée différente soit stipulée.

Les proportions suivantes de participants avaient une charge virale indétectable en VHC 12 semaines après la fin de leur traitement par Zepatier (on appelle ce jalon une réponse virologique soutenue, écrite RVS12, et les participants en question sont considérés comme guéris) :

Aucun traitement anti-VIH antérieur

  • Zepatier : 98 % ont guéri (135 participants sur 138)
  • Zepatier + ribavirine : 90 % ont guéri (28 participants sur 31)

Traitement anti-VHC antérieur

  • Zepatier + ribavirine pendant 16 à 18 semaines : 100 % ont guéri (49 participants sur 49)

Bien que nous ne fournissions pas de détails, notons que Zepatier seul pendant 16 à 18 semaines a été moins efficace chez les patients déjà traités que la combinaison Zepatier + ribavirine utilisée pour une période égale.

Selon le génotype

Les participants ont guéri dans les proportions suivantes :

  • Zepatier – GT1a : 96 % ont guéri (73 personnes sur 76)
  • Zepatier – GT1b : 100 % ont guéri (56 personnes sur 56)
  • Zepatier – GT4 : 100 % ont guéri (6 personnes sur 6)

Voici les résultats selon la méthode utilisée pour évaluer la cirrhose :

  • Zepatier – biopsie : 100 % ont guéri (38 personnes sur 38)
  • Zepatier – tests sanguins : 100 % ont guéri (8 personnes sur 8)
  • Zepatier – Fibroscan : 98 % ont guéri (89 personnes sur 91)

Accent sur l’innocuité

Aux fins de l’analyse de l’innocuité, les chercheurs ont utilisé des données additionnelles se rapportant aux participants. Les participants utilisaient les régimes suivants :

  • Zepatier : 264 participants
  • Zepatier + ribavirine : 193 participants
  • placebo : 22 participants

Les effets indésirables liés aux médicaments se répartissaient  comme suit :

  • Zepatier : 42 % des participants ont signalé des effets secondaires
  • Zepatier + ribavirine : 73 % ont signalé des effets secondaires
  • placebo – 41 % ont signalé des effets secondaires

Les effets indésirables graves liés aux médicaments se répartissaient comme suit :

  • Zepatier : 0,4 %
  • Zepatier + ribavirine : 0 %
  • placebo : 0 %

Voici la répartition des décès selon les régimes :

  • Zepatier : un décès dû à une maladie cardiovasculaire
  • Zepatier + ribavirine : un décès dû à un accident de la route
  • placebo : aucun décès

Les effets secondaires courants se répartissaient comme suit :

Fatigue inattendue ou manque d’énergie

  • Zepatier : 15 %
  • Zepatier + ribavirine : 31 %
  • placebo : 18 %

Maux de tête

  • Zepatier : 17 %
  • Zepatier + ribavirine : 21 %
  • placebo : 14 %

Nausées

  • Zepatier : 4 %
  • Zepatier + ribavirine : 14 %
  • placebo : 14 %

Résumé

En général, Zepatier a été bien toléré. Les effets secondaires courants étaient une fatigue inattendue ou un manque d’énergie, des maux de tête et des nausées. Les effets secondaires étaient habituellement d’intensité légère ou modérée.

Zepatier s’est révélé très efficace chez les participants atteints de cirrhose compensée, les taux de guérison se situant entre 97 % et 100 %.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCE :

Jacobson I, Lawitz E, Kwo P, et al. An integrated analysis of 402 compensated cirrhotic patients with HCV genotype 1, 4 or 6 infection treated with elbasvir and grazoprevir. American Association for the Study of Liver Disease, 13-17 November 2015. Abstract 42.