TraitementActualités
211

octobre/novembre 2015 

Le TAF chez les personnes souffrant de dysfonction rénale

Comme nous l’avons déjà mentionné dans ce numéro de TraitementActualités, des essais cliniques se poursuivent pour évaluer la nouvelle formulation du ténofovir (ténofovir alafénamide ou TAF); certains de ces essais comparent ce dernier à la formulation originale du médicament (fumarate de ténofovir disoproxil ou TDF). Les études ont révélé que le TAF était aussi efficace que le TDF et qu’il était très probablement plus sûr, notamment pour les reins et les os. Les participants inscrits aux études en question avaient une santé rénale relativement bonne.

Mais le TAF sera-t-il sans danger chez les personnes aux prises avec une dysfonction rénale préexistante? Pour tenter de répondre à cette question, des chercheurs ont mené l’étude 292-0112. Aux fins de cette dernière, l’équipe a cherché à inscrire des participants souffrant d’une dysfonction rénale légère à modérée classée en fonction du DFGe (débit de filtration glomérulaire estimé). À la suite des évaluations de sélection, les chercheurs ont recruté 242 participants séropositifs qui répondaient aux critères suivants : DFGe entre 30 et 69 ml/minute; utilisation d’une combinaison de médicaments anti-VIH stable (couramment appelée TAR); charge virale inférieure à 50 copies/ml. Tous les participants ont remplacé leur traitement par un régime comportant le TAF et ont été suivis pendant 48 semaines. En général, le TAF s’est révélé sûr et, lorsque cette formulation du ténofovir a été substituée au TDF, on a constaté des améliorations de la densité osseuse et de la santé rénale. Signalons toutefois que tous les participants qui ont remplacé le TDF par le TAF n’ont pas connu d’amélioration de leurs lésions rénales, particulièrement dans les cas où les reins avaient subi de graves dommages.

Détails de l’étude

Tous les 242 participants ont remplacé leur régime en cours par le régime suivant :

  • TAF + FTC + elvitégravir + cobicistat (cette combinaison à doses fixes en un seul comprimé s’appelle Genvoya)

Les participants avaient le profil moyen suivant au début de l’étude :

  • âge : 58 ans (il est à noter que 28 % des participants avaient au moins 65 ans)
  • 79 % d’hommes, 21 % de femmes
  • compte de CD4+ : 632 cellules/mm3
  • charge virale en VIH : moins de 50 copies/ml
  • 40 % souffraient l’hypertension
  • 14 % souffraient de diabète de type 2
  • DFGe : 56 ml/minute (il est à noter que 34 % des participants avaient un DFGe d’au moins 60 ml/min)
  • 33 % avaient des taux de protéines faibles ou modérés dans l’urine, ce qui laisse soupçonner des lésions rénales

Dans l’ensemble, 158 participants prenaient le TDF dans le cadre de leur régime, alors que 84 participants recevaient d’autres analogues nucléosidiques.

Résultats

Pour évaluer la santé rénale dans le monde en dehors des essais cliniques, les médecins font habituellement faire des analyses de sang en laboratoire, notamment pour faire mesurer le taux du produit de déchets créatinine. Ils peuvent ensuite insérer la quantité de créatinine détectée dans une formule afin d’estimer l’état de fonctionnement des reins. On appelle la valeur ainsi obtenue le débit de filtration glomérulaire estimé (DFGe). Les médecins ont habituellement recours au DFGe parce que l’évaluation du DFG réel (écrit DFGr) serait difficile pour les patients. Signalons que le DFGe est une estimation qui est utile dans le cadre des analyses de laboratoire de routine demandées par les médecins.

Toutefois, dans le contexte de recherche dont nous parlons, il était important d’établir le DFGr parce le DFGe n’est qu’une valeur calculée (et non une valeur mesurée). Dans la présente étude, les chercheurs ont été en mesure d’évaluer le DFG réel. Ils ont constaté qu’il n’y avait pas de changement significatif dans le DFGr et seulement des changements mineurs dans le DFGe après le changement pour un régime à base de TAF. Dans l’ensemble, cela porte à croire que le TAF n’a pas d’impact majeur sur la capacité de filtration du sang des reins.

Les chercheurs ont également fait faire des analyses d’urine en laboratoire afin d’évaluer les taux de certaines protéines dans l’urine des participants, dont les suivantes :

  • rapport protéine/créatinine
  • rapport albumine/créatinine
  • rapport protéine se liant au rétinol/créatinine
  • rapport bêta2-microglobuline/ créatinine

Ils ont constaté des baisses significatives des taux de ces protéines parmi les utilisateurs du TAF mais pas parmi les participants recevant le TDF. Dans l’ensemble, cela laisse croire que le TAF aidait à réduire les lésions rénales, comparativement au TDF.

Lésions rénales modérées à graves

Les chercheurs se sont concentrés sur les personnes présentant un taux élevé de protéine totale dans leurs échantillons d’urine (plus de 200 mg/gramme), car ce sous-groupe était susceptible de présenter davantage de lésions rénales que les autres participants.

Remplacement du TDF par le TAF

Les analyses ont révélé que 47 % des participants qui recevaient un régime à base de TDF au début de l’étude avaient un taux de protéine élevé dans l’urine, ce qui laisse soupçonner la présence de lésions rénales. Quarante-huit semaines après avoir remplacé le TDF par le TAF, ces participants avaient un taux élevé de protéine urinaire dans une proportion de 13 %. Cette différence est significative du point de vue statistique. Elle révèle que le remplacement du TDF par le TAF est associé à une amélioration considérable de la santé rénale. Il faut toutefois souligner que ce changement de régime n’a pas aidé toutes les personnes qui avaient utilisé le TDF. Il est possible que les reins de celles-ci ne se soient pas remis après le changement parce que les lésions rénales étaient particulièrement graves, ou encore d’autres facteurs non liés au TAF auraient pu nuire à la santé rénale, tels qu’une tension artérielle supérieure à la normale, le diabète de type 2, etc.

Usage de TAF sans avoir utilisé initialement le TDF

Parmi les participants qui utilisaient des analogues nucléosidiques autres que le TDF au début de l’étude, 29 % avaient un taux élevé de protéine dans l’urine. Quarante-huit semaines après avoir remplacé leur régime par le TAF, ils avaient un taux élevé de protéine urinaire dans une proportion de 22 %. Cette différence n’est pas significative du point de statistique.

Ces changements confirment que le TDF peut jouer un rôle majeur dans le développement de lésions rénales et que la substitution du TAF peut aider considérablement à réduire la gravité des lésions rénales chez certains patients.

Accent sur l’albumine

Une autre façon d’évaluer les lésions rénales consiste à mesurer le taux d’une protéine spécifique appelée albumine dans l’urine.

Les participants qui prenaient le TDF au début de l’étude avaient un taux d’albumine élevé dans les proportions suivantes :

  • au début de l’étude : 55 % avaient un taux d’albumine élevé dans l’urine
  • 48 semaines après le changement pour le TAF : 22 % avaient un taux d’albumine élevé dans l’urine

Cette différence entre les taux d’albumine est significative du point de vue statistique. Il est donc possible que le remplacement du TDF par le TAF ait un rôle à jouer chez les personnes atteintes de lésions rénales.

En revanche, on n’a constaté qu’une faible baisse des taux d’albumine élevés chez les participants qui prenaient des analogues nucléosidiques autres que le TDF au début de l’étude. Parmi ces derniers, les taux d’albumine étaient élevés dans les proportions suivantes :

  • au début de l’étude : 37 % avaient un taux d’albumine élevé dans l’urine
  • 48 semaines après le changement pour TAF : 34 % avaient un taux d’albumine élevé dans l’urine

Changements dans la densité osseuse

En ce qui concerne la densité minérale osseuse, les changements suivants se sont produits au cours de l’étude :

Colonne vertébrale

  • participants ayant remplacé le TDF par le TAF : augmentation de 2,3 %
  • participants ayant remplacé un autre analogue nucléosidique par le TAF : augmentation de 1 %

Hanches

  • participants ayant remplacé le TDF par le TAF : augmentation de 1,5 %
  • participants ayant remplacé un autre analogue nucléosidique par le TAF : augmentation de 0,7 %

Changements dans les lipides

Comme lors d’autres études, les participants qui ont remplacé le TDF par le TAF ont généralement connu une augmentation de leurs taux de lipides à jeun, y compris les suivants :

  • cholestérol
  • mauvais cholestérol (LDL-C)
  • bon cholestérol (HDL-C)
  • triglycérides

Parmi les participants qui ont substitué le TAF à un analogue nucléosidique autre que le TDF, les taux de lipides ont baissé de façon modeste.

Points clés

Le fait de remplacer un régime à base de TDF par un régime à base de TAF a donné lieu à des améliorations des évaluations de la santé rénale et osseuse.

Les participants qui ne prenaient pas de régime à base de TDF et qui ont remplacé leur traitement par un régime à base de TAF n’ont pas connu d’amélioration significative sur le plan de la santé rénale ou osseuse. Cependant, leurs taux de lipides ont baissé légèrement.

Dans l’ensemble, les données de cette étude portent à croire que les personnes qui souffrent de dysfonction rénale pendant qu’elles prennent un régime à base de TDF peuvent généralement s’attendre à une amélioration lorsqu’elles y substituent un régime à base de TAF. Notons cependant qu’une telle amélioration ne s’est pas produite chez tous les participants qui ont substitué leur régime à un régime à base de TAF.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCE :

Gupta S, Pozniak A, Arribas J, et al. Subjects with renal impairment switching from tenofovir disoproxil fumarate to tenofovir alafenamide have improved renal and bone safety through 48 weeks. In: Program and abstracts of the 8th IAS Conference on HIV Pathogenesis, Treatment and Prevention, 19-22 July 2015, Vancouver, Canada. Abstract TUAB0103.