Questions fréquentes sur la PrEP

L’essentiel de la PrEP

Qu’est-ce que la PrEP?

La PrEP est utilisée par des personnes séronégatives afin de prévenir l’infection par le VIH. L’acronyme PrEP signifie prophylaxie pré-exposition. La PrEP consiste à prendre un comprimé sur ordonnance qui contient deux médicaments, l’emtricitabine et le ténofovir. Il est très important de prendre le comprimé tel qu’il est prescript afin que la PrEP fonctionne. La prise de la PrEP nécessite aussi d’aller consulter un médecin ou une infirmière tous les trois mois pour un dépistage du VIH et des autres infections transmissibles sexuellement (ITS), pour faire le suivi des effets secondaires possibles et pour recevoir du soutien continu.

À qui la PrEP est-elle destinée?

La PrEP est destinée aux personnes qui s’exposent continuellement au risque de contracter le VIH. La PrEP pourrait être une bonne option pour toute personne séronégative qui :

  • a parfois des relations sexuelles vaginales ou anales sans condom et qui ignore le statut VIH actuel d’un ou de plusieurs de ses partenaires sexuels
  • a un partenaire sexuel séropositif dont la charge virale ne reste pas indétectable sous l’effet du traitement
  • s’injecte parfois des drogues en partageant des aiguilles

Les personnes qui s’intéressent à prendre la PrEP devraient parler à un professionnel de la santé pour déterminer si elle leur convient.

Qui peut prescrire la PrEP?

Une ordonnance est nécessaire pour obtenir la PrEP. D’ordinaire, la PrEP est prescrite par un médecin ou une infirmière praticienne, et certains pharmaciens ont également le droit de la prescrire.

Il existe au Canada des lignes directrices nationales sur la PrEP pour renseigner les professionnels de la santé sur la manière de l’offrir. Certaines provinces ont également leurs propres lignes directrices sur la PrEP. Un module d’éducation médicale continue (en anglais seulement) a été créé pour aider les professionnels de la santé à prodiguer les soins liés à la PrEP conformément aux lignes directrices nationales canadiennes.

À quelle fréquence est-il nécessaire de prendre la PrEP?

La plupart des personnes qui utilisent la PrEP prennent un comprimé tous les jours; on appelle cette méthode la PrEP quotidienne. La PrEP est approuvée par Santé Canada pour un usage quotidien. Les hétérosexuels, les personnes qui utilisent des drogues et les personnes trans doivent prendre la PrEP tous les jours.

Les hommes gais, les hommes bisexuels et les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes ont aussi l’option de prendre la PrEP à la demande (parfois appelée PrEP intermittente). Les personnes qui utilisent la PrEP à la demande prennent seulement des comprimés les jours qui précèdent et qui suivent les relations sexuelles. Cette stratégie consiste à prendre deux comprimés dans les 2 à 24 heures précédant la première activité sexuelle, puis un comprimé par jour jusqu’à 48 heures après la dernière activité sexuelle. Les lignes directrices canadiennes sur la PrEP recommandent que seuls les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes soient envisagés comme candidats à la PrEP à la demande.

En quoi consiste la PrEP, à part la prise de comprimés?

Quand on suit la PrEP, il ne suffit pas de prendre des comprimés. Avant que toute personne commence la PrEP, il est important qu’elle passe un test de dépistage du VIH pour s’assurer qu’elle n’a pas déjà le VIH. Si une personne commence la PrEP lorsqu’elle est déjà séropositive (sans le savoir), cela pourrait créer de graves problèmes pour le traitement futur de son VIH.

Les personnes qui souhaitent commencer la PrEP doivent également faire évaluer leur fonction rénale et se faire tester pour les autres infections transmissibles sexuellement (ITS), ainsi que pour les hépatites A, B et C (un test de grossesse est également indiqué, s’il y a lieu). Les personnes à risque de contracter l’hépatite A ou B peuvent parler à leur professionnel de la santé afin de se faire vacciner.

Les personnes qui prennent la PrEP doivent voir un professionnel de la santé à la fin du premier mois, puis tous les trois mois par la suite pour un dépistage du VIH et des autres ITS, pour faire le suivi des effets indésirables et pour recevoir du soutien continu si elles en ont besoin. S’il est possible que la personne sous PrEP tombe enceinte, le professionnel de la santé peut également effectuer un test de grossesse lors de chaque visite.

Dans quelle mesure la PrEP est-elle efficace pour prévenir la transmission du VIH?

Chez les personnes qui prennent la PrEP comme elle est prescrite et qui reçoivent des soins médicaux continus, il est extrêmement rare que le VIH se transmette lors des relations sexuelles.

Il existe moins de données probantes sur l’efficacité de la PrEP pour prévenir le VIH chez les personnes qui s’injectent des drogues. Nous savons cependant que si la PrEP est utilisée comme elle est prescrite, elle réduit énormément le risque de contracter le VIH chez les personnes qui s’injectent des drogues.

Il est très important de prendre les comprimés comme ils sont prescrits, parce que la PrEP peut être moins efficace si des doses sont oubliées. Si une personne oublie des doses, les taux de médicaments dans son corps risquent d’être trop faibles pour prévenir l’infection par le VIH.

La PrEP offre-t-elle une protection contre des infections autres que le VIH, ou est-elle utile pour prévenir la grossesse?

La PrEP aide seulement à prévenir le VIH — elle n’offre aucune protection contre les autres ITS (comme la chlamydia, la gonorrhée et la syphilis) ou d’autres infections (comme les hépatites A, B et C). De plus, elle n’offre pas de protection contre la grossesse. Les personnes sous PrEP peuvent envisager différentes options pour aider à prévenir les ITS et la grossesse, comme les condoms.

Quelle est la difference entre la PrEP et la PPE?

La PrEP et la PPE consistent toutes deux à prendre des médicaments pour prévenir le VIH, mais elles sont différentes. Dans le cas de la PrEP, on prend deux médicaments anti-VIH de façon continue, en commençant avant toute exposition potentielle au VIH et en continuant après. La PPE (prophylaxie post-exposition) est différente. Dans ce cas-ci, la personne séronégative prend une combinaison de médicaments anti-VIH (habituellement trois) pour réduire le risque d’infection par le VIH après une exposition potentielle au virus. La PPE doit commencer le plus tôt possible et obligatoirement dans les 72 heures suivant l’exposition potentielle au VIH. Les medicaments sur ordonnance utilisés pour la PPE doivent être pris tous les jours pendant quatre semaines complètes (28 jours).

Préoccupations courantes au sujet de la PrEP

Pourquoi avons-nous besoin de la PrEP si les gens peuvent simplement utiliser des condoms?

Plus les gens ont d’options pour prévenir le VIH, plus il leur est facile d’en trouver une qui leur convient. Bien que les condoms soient la pierre angulaire de la prevention du VIH depuis longtemps, ce n’est pas tout le monde qui s’en sert lors de chaque relation sexuelle. Les raisons pour lesquelles les gens n’utilisent pas de condoms peuvent varier. À titre d’exemple, notons que certaines personnes ont de la difficulté à parler de l’usage de condoms avec leurs partenaires, et d’autres trouvent que les condoms nuisent à leur fonctionnement sexuel ou réduisent leur plaisir. La PrEP est un outil de prévention du VIH additionnel que certaines personnes pourraient préférer au condom. Elle n’est pas destinée à remplacer le condom chez tout le monde.

La PrEP décourage-t-elle l’usage de condoms et fait-elle augmenter les risques d’ITS?

La PrEP a été conçue à l’intention des personnes qui s’exposent continuellement au risque de contracter le VIH. Cela comprend les personnes qui n’utilisent pas de condoms régulièrement et qui sont donc peut-être déjà à risque de contracter des ITS. La recherche indique que l’usage de condoms est en déclin au Canada depuis deux décennies, même avant l’arrivée de la PrEP. La PrEP est un outil qui peut aider à compenser ce déclin en offrant aux gens une autre option hautement efficace pour prévenir le VIH.

La recherche indique que certaines personnes deviennent moins prudentes et font des choses qui augmentent leurs risques d’ITS après avoir commencé la PrEP, mais de nombreuses personnes n’en font pas. Les personnes sous PrEP devraient recevoir du counseling sur les façons de réduire leurs risques, car cela pourrait les encourager à utiliser des condoms dans les situations où des risques d’ITS sont peut-être présents. Les personnes sous PrEP font aussi l’objet de tests de dépistage d’ITS de routine et sont traitées lorsque c’est nécessaire, ce qui aide à protéger leur santé et à les empêcher de transmettre les ITS à d’autres personnes.

Une personne sous PrEP devrait-elle également utilizer des condoms et d’autres stratégies de prévention?

Chaque personne a le droit de décider si elle veut utilizer la PrEP seule ou en combinaison avec d’autres strategies de prévention. Il est important de faire comprendre aux personnes utilisant la PrEP que même si la PrEP est hautement efficace pour prévenir le VIH, elle n’offre aucune protection contre les autres ITS et d’autres infections comme l’hépatite C. Elle n’empêche pas non plus la grossesse. De nombreuses personnes choisissent d’utiliser des stratégies de prévention additionnelles lorsqu’elles prennent la PrEP, comme l’usage de condoms. Toutefois, en fin de compte, le choix d’utiliser des stratégies de prévention additionnelles ou pas revient à chaque personne qui prend la PrEP. Le counseling sur la réduction des risques permet à ces personnes et à leurs partenaires de prendre des décisions éclairées concernant le niveau de risque qu’ils se sentent à l’aise de prendre.

Innocuité, interactions médicamenteuses et situations où les gens ne devraient pas prendre la PrEP

Quels sont les effets secondaires possibles de la PrEP?

La PrEP est sûre et généralement bien tolérée, et la plupart des personnes qui la prennent ne signalent aucun effet secondaire. Certaines personnes éprouvent cependant des effets secondaires comme la nausée, la diarrhée ou la fatigue, mais ceux-ci disparaissent habituellement tout seuls après quelques jours ou semaines à mesure que le corps s’adapte à la médication.

Chez certaines personnes, la PrEP peut nuire à la function rénale et hépatique et réduire la densité osseuse. Lorsque cela arrive, la fonction des organes et la densité osseuse reviennent habituellement à la normale après l’arrêt de la PrEP. Il est important que les professionnels de la santé vérifient régulièrement la fonction rénale et qu’ils détectent tout autre effet indésirable éventuel des medicaments chez les personnes utilisant la PrEP.

Les médicaments de la PrEP interagissent-ils avec d’autres médicaments ou drogues?

Toute personne qui envisage de prendre la PrEP devrait parler à son professionnel de la santé de tous les autres médicaments ou drogues qu’elle prend. Il n’y a pas d’interactions connues entre les médicaments de la PrEP et la majorité des médicaments et drogues couramment utilisés, mais la PrEP peut tout de même interagir avec certains médicaments. L’Université de Liverpool maintient une liste de médicaments susceptibles d’interagir avec la PrEP (en anglais seulement).

Qui ne devrait pas prendre la PrEP?

Les personnes qui ont le VIH ne doivent pas prendre la PrEP. Les médicaments de la PrEP peuvent être utilizes pour le traitement du VIH, mais seulement en combinaison avec d’autres médicaments anti-VIH. Si une personne qui a déjà le VIH prenait la PrEP, elle présenterait un risque de résistances médicamenteuses, ce qui pourrait compliquer ses options de traitement futures. Pour cette raison, il est très important d’effectuer un dépistage du VIH avant de commencer la PrEP et de nouveau lors de chaque rendez-vous de suivi.

Toute personne qui envisage de prendre la PrEP devrait discuter de tous ses problèmes de santé préexistants avec son professionnel de la santé, et plus par ticulièrement des problèmes touchant les reins, le foie ou les os (p. ex., les hépatites A, B ou C ou l’ostéoporose). Ces problems n’empêchent pas nécessairement la personne de prendre la PrEP, mais des considérations spéciales ou des suivis additionnels pourraient être nécessaires.

Le mode d’action de la PrEP dans le corps

De quelle façon la PrEP agit-elle pour prévenir le VIH?

Pour comprendre comment la PrEP fonctionne dans le corps, examinons d’abord comment l’infection par le VIH peut se produire chez une personne qui ne prend pas la PrEP.

L’infection par le VIH peut avoir lieu si le virus parvient à entrer dans le corps par un contact de sang à sang ou en traversant une muqueuse, comme celle du tractus genital ou du rectum. Une fois dans le corps, le VIH cible les cellules CD4 du système immunitaire et commence à se répliquer à l’intérieur de celles-ci, de sorte à créer des millions de copies de lui-même. Ces copies se propagent ensuite dans le corps à la recherche d’autres cellules CD4 à utiliser pour faire d’autres copies du virus. Le système immunitaire s’active et tente de chasser le virus, mais si les cellules immunitaires n’y parviennent pas, l’infection par le VIH se propage à d’autres régions du corps, tells que les ganglions lymphatiques, les intestins et les organes. À ce stade, l’infection devient permanente.

Chez les personnes qui prennent régulièrement et correctement la PrEP, les taux de médicaments atteignent des concentrations élevées aux endroits où le VIH peut entrer dans le corps (p. ex., le sang et les tissus génitaux et rectaux). Les médicaments de la PrEP empêchent le VIH de faire des copies de lui-même à l’intérieur des cellules CD4. Puisque le VIH est incapable de se répliquer, le système immunitaire peut débarrasser le corps du virus et prévenir ainsi l’infection permanente. Voilà pourquoi il est tellement important de prendre la PrEP telle qu’elle est prescrite pour s’assurer qu’il y a suffisamment de médicaments dans le corps pour empêcher le VIH de se répliquer.

Dans quelles situations la PrEP échoue-t-elle à prévenir le VIH?

Dans la plupart des cas où une personne utilisant la PrEP a contracté le VIH, c’est parce qu’elle ne prenait pas ses médicaments comme ils étaient prescrits. Si les comprimés ne sont pas pris tels qu’ils sont prescrits, les taux de médicaments dans le corps risquent de ne pas être suffisamment élevés pour prévenir l’infection par le VIH.

Dans certains cas extrêmement rares, des personnes ont contracté le VIH pendant qu’elles prenaient la PrEP comme elle était prescrite. Dans la majorité de ces cas, la personne a été exposée à une souche du VIH qui était résistante aux médicaments de la PrEP. Jusqu’à présent, quelques cas seulement d’échec de la PrEP ont été signalés chez des personnes qui prenaient la PrEP comme elle était prescrite.

Combien de temps la PrEP met-elle à offrir une protection contre le VIH après l’avoir commencée?

Pour offrir de la protection, les médicaments de la PrEP doivent atteindre un certain niveau dans le sang et les muqueuses (p. ex. dans le rectum et le vagin) et s’y maintenir. La PrEP quotidienne met environ une semaine à fournir sa protection contre le VIH lorsqu’elle est utilisée telle qu’elle est prescrite. Chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes qui prennent la PrEP à la demande, la protection commence deux heures après la prise des deux premiers comprimés.

Que se passe-t-il si une personne oublie de prendre un ou plusieurs de ses comprimés?

Il est très important de prendre les comprimés tels qu’ils sont prescrits afin que la PrEP soit efficace. Les gens devraient s’efforcer de prendre la PrEP plus ou moins à la même heure chaque jour, mais le fait de prendre occasionnellement son comprimé à une autre heure de la journée ne devrait pas causer de problème. Si une personne oublie de prendre son comprimé une journée, elle devrait continuer comme avant et prendre un seul comprimé le lendemain. On ne doit pas prendre de comprimés additionnels pour compenser des doses oubliées. Lorsque des doses sont oubliées, ce serait peut-être une bonne idée d’utiliser des outils de prévention du VIH additionnels pendant une semaine  approximativement, parce qu’il est possible que la protection conférée par la PrEP ne soit pas complète. Cette recommandation s’applique particulièrement aux femmes et aux hommes trans qui ont des relations sexuelles vaginales (frontales), parce qu’une bonne observance est cruciale pour maintenir des taux de médicaments protecteurs dans le vagin (orifice frontal). La recherche indique que les taux de medicaments peuvent rester protecteurs chez les hommes prenant la PrEP au quotidien et qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes même s’ils oublient de prendre quelques doses de temps en temps.

Si le niveau de risque d’une personne change, peut-elle cesser de prendre la PrEP sans danger?

Oui. Les gens peuvent prendre la PrEP pour une période courte, moyenne ou longue, comme ils veulent. De nombreuses personnes utilisent seulement la PrEP pour une période précise de leur vie où elles en ont besoin, en fonction de leur risque de VIH. Les personnes qui voudraient cesser de prendre la PrEP devraient parler à leur professionnel de la santé pour déterminer pendant combien de jours elles devraient continuer à prendre la PrEP après leur plus récente exposition potentielle et discuter des options de prevention additionnelles à envisager pendant que les effets de la PrEP s’estompent graduellement.

Considérations spéciales pour des populations particulières

Y a-t-il des considerations spéciales pour les personnes trans qui prennent la PrEP?

La PrEP quotidienne peut être utilisée sans égard au sexe ou à l’identité de genre de la personne. Les experts croient que la PrEP peut prévenir efficacement le VIH chez les personnes trans. Ils croient aussi que les interactions entre les médicaments de la PrEP et les hormones utilisées par certaines personnes trans sont peu probables. Il importe toutefois de souligner que cette question n’a pas été bien étudiée. Quelques données portent à croire que les hormones féminisantes utilisées par certaines femmes trans peuvent causer une faible réduction de la quantité de medicaments de la PrEP dans le sang, mais les concentrations des médicaments demeurent suffisamment élevées pour protéger contre le VIH. En raison de cette interaction potentielle, on recommande que les femmes trans prennent la PrEP quotidienne plutôt que la PrEP à la demande. Les hommes trans qui ont des relations sexuelles frontales devraient également prendre la PrEP tous les jours parce que des doses quotidiennes sont nécessaires pour maintenir des taux de medicaments élevés dans l’orifice frontal ou vagin. Il n’existe à l’heure actuelle aucune donnée attestant l’efficacité de la PrEP chez les personnes ayant subi une chirurgie d’affirmation de genre.

Y a-t-il des considerations spéciales pour les jeunes personnes qui prennent la PrEP?

La PrEP est approuvée par Santé Canada pour les personnes de 18 ans ou plus, mais un professionnel de la santé peut choisir de la prescrire à une personne de moins de 18 ans.

Les experts croient que la PrEP est aussi efficace chez les jeunes que chez les adultes, même si aucune étude n’a été menée précisément pour examiner son efficacité chez les jeunes. Des études ont cependant révélé que la PrEP semblait sans danger chez les jeunes. Certains craignent toutefois que la PrEP puisse causer des problèmes osseux plus tard dans la vie. Cette crainte réside dans le fait que la masse osseuse atteint habituellement son pic au début de l’âge adulte, et le pic de la masse osseuse est un prédicteur de la santé osseuse plus tard dans la vie. Les jeunes personnes qui envisagent de prendre la PrEP peuvent discuter de ces préoccupations avec un professionnel de la santé afin de déterminer si la PrEP leur convient.

Y a-t-il des considerations spéciales pour les personnes enceintes, allaitantes ou souhaitant avoir un bébé qui envisagent de prendre la PrEP?

Il est possible de prendre la PrEP quotidiennement Durant la grossesse et l’allaitement sans risquer de nuire au parent ou au bébé. La PrEP peut également être une option de prévention du VIH pour les couples qui souhaitent avoir un bébé si l’un des partenaires a le VIH et ne suit pas de traitement efficace. Les personnes enceintes, allaitantes ou souhaitant avoir un bébé devraient discuter de leurs options avec un professionnel de la santé.

Obtenir la PrEP et se rappeler de la prendre

Quels conseils avez-vous pour parler de la PrEP à un professionnel de la santé?

La première étape consiste à trouver un professionnel de la santé avec qui la personne se sent à l’aise de parler honnêtement de ses comportements sexuels, de sa consommation de drogues et de son désir d’utiliser la PrEP. Certaines personnes pourraient se sentir à l’aise de parler à leur médecin ou infirmière praticienne, alors que d’autres voudront trouver un professionnel de la santé d’expérience qui a déjà prescrit la PrEP. Les cliniques de santé sexuelle ou les organismes VIH pourraient être en mesure de mettre les gens en contact avec des professionnels de la santé appropriés dans leur localité.

C’est une bonne idée pour les personnes qui souhaitent prendre la PrEP de faire un peu de recherche avant de consulter leur professionnel de la santé. La PrEP a été approuvée récemment au Canada, et certains professionnels de la santé n’en savent pas grand-chose. Si une personne arrive à son rendez-vous bien renseignée sur la PrEP, elle peut expliquer à son professionnel de la santé pourquoi la PrEP serait une bonne option pour elle. Avant de parler à son professionnel de la santé de la PrEP, la personne ferait bien d’écrire ses questions afin qu’elle puisse les poser durant le rendez-vous.

Quelles options existent pour aider à payer la PrEP?

Le coût de la PrEP est couvert par la plupart des régimes publics d’assurance maladie ainsi que par certains régimes privés au Canada. Lorsqu’elle n’est pas assurée, la PrEP quotidienne coûte à peu près 250 $ par mois. Les personnes qui souhaitent prendre la PrEP peuvent parler à un médecin, à un pharmacien ou à un organisme VIH pour savoir comment la payer. On peut consulter une liste de programmes nationaux, provinciaux et territoriaux qui couvrent le coût de la PrEP.

Quels outils et stratégies peuvent aider une personne à se rappeler de prendre ses comprimés?

Certaines personnes ont de la difficulté à se souv enir de prendre la PrEP telle qu’elle est prescrite. Il est utile de s’exercer à prendre la PrEP quotidienne à la même heur e tous les jours. À titre d’exemple, notons que certaines personnes prennent la PrEP tous les matins avec leur déjeuner, alors que d’autres la prennent tous les soirs en se couchant. Les personnes qui prennent d’autres médicaments quotidiens (tels que des vitamines, la pilule anticonceptionnelle ou la méthadone) peuvent prendre la PrEP à la même heure que ces autres médicaments. Il serait bénéfique pour certaines personnes de régler une alarme pour se rappeler leurs prises de médicaments. Il existe aussi des applications pour téléphone mobile qui peuvent servir de rappel.

Pour les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes qui songent à prendre la PrEP à la demande, il serait utile de considérer quel schema posologique serait plus facile à respecter. Certains hommes pourraient trouver qu’il est plus facile de prendre un comprimé tous les jours plutôt que de suivre un horaire de PrEP à la demande.

Ressources additionnelles

Quelles ressources existent pour les personnes qui souhaitent prendre la PrEP et qui voudraient en savoir plus?

Une liste de ressources destinées aux clients se trouve à : www.catie.ca/fr/prep/clients

Quelles ressources existent pour les fournisseurs de services qui voudraient en savoir plus sur la PrEP?

Une liste de ressources destinées aux fournisseurs de services se trouve à : www.catie.ca/fr/prep/communautaires

Où puis-je trouver des lignes directrices cliniques sur la PrEP?

Les lignes directrices nationales et provincials se trouvent à : www.catie.ca/fr/prep/cliniques

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.