Point de mire sur la prévention

Printemps 2016 

Mise à jour sur la recherche : Fuites cachées : la cascade du traitement du VIH en Colombie-Britannique, selon le genre, l’âge, la catégorie de risque et la région

par Logan Broeckaert

La cascade de traitement du VIH (aussi appelée « cascade des soins » ou « continuum des soins ») est devenu un outil très utile pour mesurer le succès d’une région pour diagnostiquer le VIH, arrimer les personnes vivant avec le VIH à des soins, les retenir dans les soins, leur offrir d’amorcer un traitement et les aider à atteindre une charge virale indétectable.

Dernièrement, des chercheurs de la Colombie-Britannique ont examiné de plus près leur cascade du traitement du VIH; ils ont observé des différences entre les personnes vivant avec le VIH, selon l’âge, le genre, l’emplacement et la catégorie de risque. L’étude1 a analysé des ensembles de données reliées de l’année 2011 afin de relever le nombre de personnes vivant avec le VIH à chaque étape de la cascade. Les cinq étapes de la cascade étaient :

  1. Diagnostic
  2. Arrimage aux soins
  3. Rétention dans les soins
  4. Traitement du VIH
  5. Charge virale indétectable

Dans l’ensemble de la cascade en 2011 :

  • 7 621 personnes vivaient avec le VIH et avaient été diagnostiquées
  • 96 % (7 299) des personnes diagnostiquées étaient arrimées à des soins
  • 87 % (6 348) des personnes arrimées étaient retenues dans les soins
  • 91 % (5 754) des personnes retenues dans les soins recevaient un traitement du VIH
  • 85 % (4 862) des personnes recevant un traitement du VIH avaient une charge virale indétectable.

Genre

Un examen plus approfondi a révélé que l’attrition est plus forte chez les femmes que chez les hommes à toutes les étapes de la cascade :

  • 11 % des hommes vs 20 % des femmes ont été perdus entre l’arrimage aux soins et la rétention dans les soins
  • 8 % des hommes vs 15 % des femmes ont été perdus entre la rétention dans les soins et l’amorce d’un traitement du VIH
  • 13 % des hommes vs 27 % des femmes ont été perdus entre l’amorce d’un traitement du VIH et l’atteinte d’une charge virale indétectable.

Âge

En ce qui concerne l’âge, plus les personnes étaient jeunes et plus les pertes augmentaient dans la cascade. Par exemple, l’attrition la plus forte s’observait chez les individus de moins de 30 ans à toutes les étapes :

  • 25 % ont été perdus entre l’arrimage aux soins et la rétention dans les soins
  • 23 % ont été perdus entre la rétention dans les soins et l’amorce d’un traitement du VIH
  • 27 % ont été perdus entre l’amorce d’un traitement du VIH et l’atteinte d’une charge virale indétectable.

En comparaison, le taux d’attrition le plus faible s’observait chez les individus âgés de plus de 50 ans à toutes les étapes de la cascade :

  • 11 % ont été perdus entre l’arrimage aux soins et la rétention dans les soins
  • 5 % ont été perdus entre la rétention dans les soins et l’amorce d’un traitement du VIH
  • 11 % ont été perdus entre l’amorce d’un traitement du VIH et l’atteinte d’une charge virale indétectable.

Catégorie de risque

À l’examen de la catégorie de risque, les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HARSAH) présentaient le taux d’attrition le plus faible à toutes les étapes de la cascade; ce taux était le plus élevé chez les personnes hétérosexuelles et les personnes qui s’injectent des drogues. Dans la transition entre l’arrimage aux soins et la rétention dans les soins, 11 % des hétérosexuels, 14 % des personnes qui consomment des drogues et 6 % des HARSAH ont été perdus. Dans la transition entre l’amorce d’un traitement du VIH et l’atteinte d’une charge virale indétectable, 15 % des hétérosexuels, 27 % des personnes qui s’injectent des drogues et 8 % des HARSAH ont été perdus.

Emplacement géographique

En divisant les données selon les cinq régies de la santé, les chercheurs ont constaté que la Northern Health Authority accusait les plus fortes pertes et la Vancouver Coastal Health Authority, les plus faibles pertes.

Quelles sont les implications pour les services liés au VIH?

Bien que la cascade du traitement en Colombie-Britannique s’approche des cibles 90-90-90 de l’ONUSIDA pour le traitement des personnes vivant avec le VIH et l’atteinte de la suppression virale, un examen plus approfondi révèle que les femmes, les jeunes, les personnes qui s’injectent des drogues et les résidents du nord de la C.-B. ne sont pas impliqués de manière optimale dans les soins. La création ou le renforcement de services de dépistage systématique et ciblé du VIH de même que de programmes et services qui améliorent la rétention dans les soins et l’observance aux traitements parmi ces groupes, comme la navigation de la santé et les soins multidisciplinaires, pourrait aider l’ensemble des personnes vivant avec le VIH à profiter des bienfaits des soins et traitements.

Références

  • 1. Lourenço L, Colley G, Nosyk B, et al. High levels of heterogeneity in the HIV cascade of care across different population subgroups in British Columbia, Canada. Paraskevis D, editor. PLoS ONE. 2014;Dec 26;9(12):e115277.

À propos de l’auteur

Logan Broeckaert détient une maîtrise en histoire et est actuellement recherchiste/rédactrice à CATIE. Avant de se joindre à CATIE, Logan a travaillé à des projets nationaux et provinciaux de recherche et d’échange de connaissances pour le compte de la Société canadienne du sida et de l’Association de la santé publique de l’Ontario.