Nouvelles CATIE

22 juin 2021 

Analyse de la cascade des soins du VIH au Manitoba

  • Cascade des soins : cheminement de patients dans un système de santé qui va du dépistage à la suppression virale
  • On appelle les gouvernements à faire ce qui est en leur pouvoir pour que les personnes séropositives atteignent la suppression virale
  • Selon une étude manitobaine, des améliorations se multiplient dans la cascade des soins malgré la persistance de lacunes

L’amorce et la prise continue d’un traitement antirétroviral (TAR) aident à réduire la quantité de VIH dans le sang jusqu’à un niveau très faible que l’on qualifie couramment d’indétectable. La poursuite du TAR et l’observance de toutes les consignes s’y rattachant permettent de maintenir la suppression du VIH. À la longue, le traitement entraîne une amélioration des mesures se rapportant à la santé, ainsi qu’une réduction significative du risque de complications liées au sida. Grâce à ces bienfaits, nombre d’études prévoient une espérance de vie quasi normale pour de nombreuses personnes suivant un TAR. Un autre bienfait du traitement réside dans le fait que les personnes qui atteignent et maintiennent une charge virale indétectable ne transmettent pas le VIH lors des relations sexuelles.

Ces bénéfices du TAR pour l’individu et pour la société sont tellement importants que le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) encourage les villes, régions et pays du monde à aider leur population séropositive à passer par la cascade des soins afin qu’elle puisse atteindre la suppression virale. L’ONUSIDA résume cet objectif par l’expression « 95-95-95 », laquelle vise l’atteinte des cibles suivantes d’ici 2025 :

  • 95 % des personnes vivant avec le VIH savent qu’elles sont infectées
  • 95 % des personnes qui se savent infectées par le VIH ont commencé un TAR
  • 95 % des personnes qui ont commencé un TAR ont atteint la suppression virale

Cascade des soins

Afin d’aider les personnes séropositives à atteindre ces objectifs, les sociétés devront porter plus d’attention et investir davantage dans les systèmes de santé. À chaque étape importante du cheminement des gens dans le continuum des soins (autre mot pour cascade des soins), certaines personnes risquent de passer entre les mailles du filet et échouer à atteindre la prochaine étape à cause de divers obstacles. Il est utile de comprendre comment les gens s’acheminent dans les systèmes de santé parce que cela aide les équipes de recherche et les décideurs des politiques de la santé à reconnaître les lacunes de la cascade. Des interventions peuvent ensuite être élaborées pour surmonter les obstacles et assurer la progression des gens vers la prochaine étape, le but ultime étant l’atteinte de la suppression virale.

Au Manitoba

Des équipes de recherche du Manitoba ont étudié la cascade des soins en VIH de cette province auprès d’un grand nombre de patients. Elles ont trouvé que certaines personnes rencontraient des obstacles qui les empêchaient de progresser dans la cascade. Les obstacles en question se rapportaient à la race ou à l’ethnicité, à l’usage de substances, à l’âge et à la géographie. Cette étude constitue un bon point de départ pour comprendre les inégalités de la cascade des soins dans cette province. Ses résultats pourraient motiver d’autres équipes à mener des études afin de mieux comprendre pourquoi certaines personnes se heurtent à des obstacles dans la cascade des soins. Des éclaircissements à cet égard pourraient mener à l’élaboration d’interventions susceptibles d’améliorer les soins pour toutes les personnes séropositives vivant au Manitoba et peut-être ailleurs au Canada aussi.

Détails de l’étude

L’équipe de recherche a consulté diverses bases de données contenant des informations relatives aux facteurs suivants :

  • consultations de médecins
  • hospitalisations
  • délivrance de médicaments sur ordonnance
  • utilisation de services d’analyses de laboratoire

Comme lors de toutes les études de données sur la cascade des soins menées au Canada concernant des personnes séropositives, l’équipe manitobaine a pris soin de ne pas noter le nom des personnes participant à leur étude.

L’équipe de recherche a analysé des données se rapportant à 703 personnes jusqu’à la fin de 2017. Elle a décrit les différentes étapes de la cascade des soins de la manière suivante :

  • personne en vie et diagnostiquée séropositive
  • soins en cours (consultation d’un médecin et certains tests de laboratoire effectués)
  • rétention dans les soins (continuation des tests de laboratoire ou des consultations auprès d’un médecin)
  • traitement en cours (délivrance de médicaments à au moins deux reprises, à trois mois d’intervalle)
  • suppression virale (dans ce cas, l’atteinte d’une charge virale inférieure à 200 copies/ml)

Résultats

Voici la répartition des 703 personnes suivies en fonction des différentes étapes de la cascade des soins :

  • en vie et diagnostiquées : 100 % (703 personnes)
  • soins en cours : 91 % (638 personnes)
  • rétention dans les soins : 86 % (606 personnes)
  • traitement en cours : 82 % (573 personnes)
  • suppression virale : 74 % (523 personnes)

Lacunes dans le cheminement des gens

L’analyse des données porte à penser que certains membres des sous-groupes suivants ont rencontré des obstacles qui ont empêché leur cheminement dans la cascade :

  • personnes noires ou autochtones (par rapport aux personnes blanches)
  • personnes ayant des antécédents d’injection de drogues (par rapport aux personnes n’utilisant pas de drogues)
  • personnes jeunes, soit entre les âges de 18 et 29 ans (par rapport aux personnes plus âgées)
  • personnes vivant à l’extérieur de Winnipeg, notamment dans le Nord, le Sud ou l’Ouest du Manitoba

À retenir

Il importe de souligner que cette étude manitobaine n’a pas suivi toutes les personnes séropositives vivant dans la province. L’équipe de recherche n’en a pas moins affirmé que « des travaux précédents portent à penser que les données constituent une représentation raisonnable de la population générale recevant des soins pour le VIH au Manitoba ».

À en juger par l’analyse effectuée par cette équipe, le système de santé du Manitoba aide les personnes séropositives à progresser vers l’atteinte de la suppression virale. Cependant, comme c’est le cas dans plusieurs autres régions et pays, il y a encore place à amélioration.

La recherche sur la cascade des soins réalisée par cette équipe manitobaine peut servir de tremplin et inciter la tenue d’autres recherches pour déterminer quels obstacles existent dans la cascade et favoriser éventuellement l’élaboration de politiques visant à les éliminer. Ces recherches additionnelles pourraient nécessiter des entrevues, des groupes de discussion et la collaboration de partenaires communautaires.

—Sean R. Hosein

Ressources

Les progrès du Canada vers les cibles 90-90-90CATIE

Estimations de l’incidence et de la prévalence du VIH, et des progrès réalisés par le Canada en ce qui concerne les cibles 90-90-90 pour le VIHAgence de la santé publique du Canada

Objectifs sida 2025ONUSIDA

Objectifs 2020 : des avancées disparates. Le rapport de l’ONUSIDA sur l’épidémie mondiale de sida fait état d’un échec accentué par la COVID-19ONUSIDA

RÉFÉRENCES

  1. McClarty LM, Blanchard JF, Becker ML. Leaving no one behind? An equity analysis of the HIV care cascade among a cohort of people living with HIV in Manitoba, Canada. BMC Public Health. 2021 Feb 4;21(1):281.
  2. McClarty LM, Kasper K, Ireland L, et al. The HIV care cascade in Manitoba, Canada: Methods, measures and estimates to meet local needs. Journal of Clinical Epidemiology. 2021 Apr;132:26-33.
  3. Samji H, Cescon A, Hogg RS, et al. Closing the gap: increases in life expectancy among treated HIV-positive individuals in the United States and Canada. PLoS One. 2013 Dec 18;8(12):e81355.