Nouvelles CATIE

24 décembre 2010 

Y a-t-il un lien entre les triglycérides et les lésions nerveuses?

La neuropathie périphérique (NP) se produit lorsque les nerfs dans les régions périphériques du corps—mains, pieds, jambes—subissent des dommages. Les signes/symptômes de la NP peuvent comprendre les suivants :

  • perte du sens du toucher
  • sensibilité accrue à la douleur
  • sensations de picotement
  • sensations de brûlure (particulièrement dans les pieds)
  • douleurs aiguës inattendues et intermittentes (particulièrement dans les jambes)

La NP peut être causée par l’alcoolisme, certaines chimiothérapies et l’infection au VIH, ainsi que par la toxicité des médicaments « d » :

  • d4T (stavudine, Zerit)
  • ddI (didanosine, Videx)
  • ddC (zalcitibine, Hivid)

De nos jours au Canada et dans les autres pays à revenu élevé, on évite généralement l’usage des médicaments « d » à cause du risque de NP et d’autres problèmes de toxicité. La NP demeure cependant un problème pour certaines personnes séropositives qui utilisent des médicaments anti-VIH plus sûrs. Des chercheurs du centre d’excellence en neurologie de l’Université de la Californie à San Diego ont découvert un lien entre la NP et un taux anormalement élevé de triglycérides (substances graisseuses se trouvant dans le sang).

À propos des triglycérides

Les triglycérides sont un type de lipides (substances graisseuses). Lorsqu’on consomme des calories en excès à partir de l’alcool ou de la nourriture, l’organisme les convertit en triglycérides. Les cellules adipeuses servent d’entrepôt aux triglycérides et les libèrent dans le sang entre les repas comme source d’énergie. Les personnes infectées par le VIH peuvent présenter un taux anormalement élevé de triglycérides, qu’elles suivent une trithérapie ou pas, et ce problème survient souvent dans le contexte d’autres problèmes de lipides et métaboliques. L’hypertriglycéridémie (taux élevé de triglycérides) semble être un facteur de risque de maladies cardiovasculaires.

Le lien entre l’hypertriglycéridémie et la NP chez les PVVIH est récemment devenu plus clair, et la maîtrise de ce problème pourrait devenir à l’avenir une stratégie pour prévenir et soulager la détresse causée par la neuropathie périphérique.

Détails de l’étude

Au cours de la dernière décennie, une équipe de chercheurs à l’UC San Diego a recruté 436 PVVIH et 55 personnes séronégatives pour une étude sur la NP. Ils ont recueilli une grande gamme de données se rapportant à la santé des volontaires, ainsi que des échantillons de sang à des fins d’analyse. La collecte des échantillons a été effectuée de manière aléatoire, sans égard à l’état de jeûne des volontaires.

Les participants étaient majoritairement des hommes (14 % de femmes, 84 % d’hommes) et avaient en moyenne 47 ans. La plupart des PVVIH (75 %) suivaient une trithérapie et avaient une charge virale très faible et un compte de CD4+ relativement élevé (460 cellules).

L’abus d’alcool était un problème courant qui touchait environ 45 % des participants.

Résultats—triglycérides

Même après avoir ajusté les données en fonction de l’âge, une comparaison des volontaires séropositifs et séronégatifs a révélé des taux de triglycérides plus élevés chez les PVVIH.

Résultats—neuropathie périphérique

La NP était près de trois fois plus fréquente chez les PVVIH (27 %) que chez les personnes séronégatives (10 %).

Chez les PVVIH, la présence d’un taux élevé de triglycérides était associée à une augmentation de 260 % du risque relatif de NP.

Cette association s’est maintenue malgré la prise en compte de facteurs couramment associés à un risque accru de NP, comme l’âge, le rapport taille-poids, le compte de CD4+ le plus faible mesuré, le diabète de type 2, la prise d’inhibiteurs de la protéase et de statines (médicaments utilisés pour réduire les taux de lipides).

Au-delà du VIH

Lors d’expériences sur des souris, des chercheurs ont également découvert un lien entre l’hypertriglycéridémie et l’endommagement subséquent des nerfs périphériques. De plus, lors d’un essai clinique mené récemment au Canada chez des personnes séronégatives, on a trouvé un lien entre la réduction des taux de triglycérides et une amélioration significative de la santé des nerfs périphériques.

Questions liées à la conception de l’étude

L’essai mené à San Diego était une étude par observation de nature transversale. Il ne s’agissait pas d’une étude contrôlée randomisée de longue durée. En fait, une seule prise de sang a été effectuée. Étant donné les limitations des études par observation et transversales, les chercheurs sont dans l’impossibilité de prouver des liens de cause à effet; dans le cas présent, les chercheurs ne pouvaient prouver que l’hypertriglycéridémie causait la NP. Conscients de ce bémol, les chercheurs de San Diego ont fait valoir que les triglycérides pourraient être « un substitut pour un autre facteur sous-jacent non mesuré, tels que la dysfonction mitochondriale, le stress oxydatif ou une atteinte microvasculaire, qui serait le lien causal avec la neuropathie ».

Pistes futures

Étant donné les résultats obtenus par cette équipe de San Diego, d’autres études devront être menées pour confirmer ou réfuter le lien entre l’hypertriglycéridémie et la NP chez les PVVIH.

Santé du cœur

Les lignes directrices sur le traitement et la prise en charge des PVVIH encouragent les professionnels de la santé à vérifier régulièrement les taux de lipides et de sucre sanguin à jeun de leurs patients. Une combinaison de modifications de son style de vie—alimentation améliorée, arrêt du tabagisme, exercice régulier, consommation modérée d’alcool, et de la prise de médicaments et de suppléments tels que les statines, l’huile de poisson et la niacine sous la supervision de son médecin—peut aider à réduire les taux de triglycérides et de cholestérol. Le maintien d’un taux normal de triglycérides aide à réduire les risques de maladies cardiovasculaires. Pour en savoir plus sur la santé du cœur, consultez le feuillet d’information détaillé de CATIE intitulé « Le VIH et la maladie cardiovasculaire : gardez votre cœur et vos vaisseaux sanguins en bonne santé », à l’adresse suivante :

http://www.catie.ca/fr/feuillets-info/autres-états-de-santé/le-vih-et-la-maladie-cardiovasculaire

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCES :

  1. Banerjee S, McCutchan JA , Ances BM, et al. Hypertriglyceridemia in combination antiretroviral-treated HIV-positive individuals: potential impact on HIV sensory polyneuropathy. AIDS. 2011; in press.
  2. Grunfeld C, Kotler DP, Shigenaga JK, et al. Circulating interferon-alpha levels and hypertriglyceridemia in the acquired immunodeficiency syndrome. American Journal of Medicine. 1991 Feb;90(2):154-62.
  3. Baker J, Ayenew W, Quick H, et al. High-density lipoprotein particles and markers of inflammation and thrombotic activity in patients with untreated HIV infection. Journal of Infectious Diseases. 2010 Jan 15;201(2):285-92.
  4. Perkins BA, Dholasania A, Buchanan RA, et al. Short-term metabolic change is associated with improvement in measures of diabetic neuropathy: a 1-year placebo cohort analysis. Diabetes Medicine. 2010 Nov;27(11):1271-9.
  5. Toth PP. Drug treatment of hyperlipidaemia: a guide to the rational use of lipid-lowering drugs. Drugs. 2010 Jul 30;70(11):1363-79.
  6. Fazio S, Guyton JR, Polis AB, et al. Long-term safety and efficacy of triple combination ezetimibe/simvastatin plus extended-release niacin in patients with hyperlipidemia. American Journal of Cardiology. 2010 Feb 15;105(4):487-94.