Nouvelles CATIE

12 octobre 2010 

Risque possible de carence en vitamine D sous l'effet de l'éfavirenz

Le corps a besoin de vitamine D pour absorber du calcium et maintenir la force des muscles et des os. Cette vitamine exerce également sur le système immunitaire des effets qui ne sont pas bien compris. Fait intéressant, à l'époque précédant l'arrivée des antibiotiques, la vitamine D était utilisée pour le traitement de la tuberculose.

La vitamine D est fabriquée après l'exposition de la peau au soleil. Cependant, les personnes vivant dans les endroits où le climat est froid ou qui ne s'exposent pas suffisamment au soleil risquent d'éprouver une carence en vitamine D. La vitamine D se trouve dans les poissons gras et dans les oeufs et le lait enrichis, mais il est peu probable que les sources alimentaires fournissent suffisamment de vitamine D à la personne moyenne.

La vitamine D chez les personnes vivant avec le VIH

Plusieurs études ont permis de constater que la carence en vitamine D était courante chez les personnes vivant avec le VIH (PVVIH), surtout durant les mois d'hiver et chez les personnes au teint basané (la peau foncée met beaucoup plus de temps à fabriquer de la vitamine D que la peau claire). Mais des études ont également découvert une carence en vitamine D chez les PVVIH de pays tropicaux comme le Brésil, l'Inde et la Tanzanie.

À en croire nombre de rapports sortis au cours des deux dernières décennies, la carence en vitamine D est fréquente chez les personnes séropositives, qu'elles suivent ou non un traitement anti-VIH (couramment appelé trithérapie ou multithérapie). Depuis quelques années, cependant, un nombre croissant de rapports ont fait le lien entre un taux de vitamine D inférieur à la normale et le médicament anti-VIH éfavirenz (Sustiva, Stocrin et dans Atripla). Dans le cadre d'une étude en particulier, le risque de carence en vitamine D aurait augmenté significativement après l'exposition à cet analogue non nucléosidique. Lors d'une autre étude, l'exposition à l'éfavirenz et à l'AZT (zidovudine, Retrovir) a également été associée à une baisse du taux de vitamine D. L'étude en question a révélé qu'il était possible d'améliorer le taux de vitamine D en remplaçant l'éfavirenz par le darunavir-ritonavir (Prezista-Norvir).

Dans cet article de Nouvelles-CATIE, nous rendonscompte des résultats de la première étude mentionnée ci-dessus. La deuxième étude et ses implications possibles feront l'objet de notre prochain bulletin.

Détails de l'étude

Des chercheurs de la Case Western Reserve University à Cleveland, dans l'état d'Ohio, ont analysé des échantillons de sang entreposés qui avaient été recueillis aux fins d'une étude sur la santé osseuse des personnes qui commençaient une trithérapie. D'autres prises de sang ont été effectuées entre les 6e et 12e mois de la trithérapie.

L'équipe a analysé les résultats obtenus auprès de 51 participants recevant une trithérapie à base d'éfavirenz et 36 autres dont la trithérapie comportait d'autres médicaments anti-VIH.

Au début de l'étude, le profil moyen des 87 participants était le suivant :

  • 25 % de femmes, 75 % d'hommes
  • âge – 35 ans
  • compte de CD4+ – 170 cellules
  • charge virale – 80 000 copies/mL
  • 33 % des participants souffraient d'une carence en vitamine D; ce problème était plus courant chez les personnes de couleur

Résultats—changements dans le taux de vitamine D sous l'effet de l'éfavirenz

L'analyse des échantillons de sang recueillis en moyenne 250 jours après le début de la trithérapie a révélé que le taux de vitamine D avait chuté de 20 % chez les patients recevant de l'éfavirenz. Chez les personnes qui ne prenaient pas ce médicament, le taux de vitamine D a augmenté légèrement (de 2 %). Cette différence est significative du point de vue statistique.

Les facteurs suivants n'ont pas eu d’impact important sur le taux de vitamine D :

  • compte de CD4+
  • durée de la trithérapie
  • analogues nucléosidiques spécifiques faisant partie de la trithérapie

Après avoir ajusté leurs calculs et tenu compte de plusieurs facteurs (taux de vitamine D avant la trithérapie, race/ethnie, saison de l'année où la prise de sang a été effectuée), les chercheurs ont découvert une augmentation statistiquement significative du risque de carence en vitamine D chez les patients recevant de l'éfavirenz.

Pourquoi la vitamine D?

Lorsque les rayons de soleil touchent la peau, le processus de production de  vitamine D démarre; des molécules de prévitamine D sont converties graduellement en vitamine D2 et, ensuite, en la forme active de la vitamine D, soit la vitamine D3, grâce à l'action de plusieurs enzymes.

La raison pour l'association entre l'exposition à l'éfavirenz et la baisse du taux de vitamine D n'est pas claire, mais les médicaments utilisés pour le traitement d'autres problèmes de santé pourraient nous donner quelques indices. Par exemple, nous savons qu’on a déjà constaté des carences en vitamine D chez des patients recevant des médicaments anticonvulsivants. Ces derniers interfèrent avec l'action des enzymes du cytochrome P450, ce qui risque de causer la production d’une forme inactive de vitamine D. Il est possible que l'éfavirenz ait le même effet.

Prudence

La présente étude comporte plusieurs limitations, la plus sérieuse étant peut-être le fait qu'il ne s'agit pas d'un essai clinique randomisé et contrôlé. Par conséquent, le risque d'interprétations biaisées des résultats est plus important.  Les auteurs ont tenté de prévenir ce genre de problème, mais ils risquent de ne pas avoir éliminé toutes les causes potentielles de biais. 

Il est à noter que, même si le taux de vitamine D a baissé sous l'effet de l'éfavirenz, les implications cliniques à court terme ne sont pas claires. Mentionnons par exemple que les chercheurs n'ont pas recueilli de données sur les fractures ou la densité minérale des os. Quoi qu'il en soit, les changements de courte durée dans le taux de vitamine D n'auront probablement aucun impact significatif sur la santé osseuse de la personne séropositive moyenne.

Étant donné la conception de cette étude, les chercheurs n’ont pas pu prouver que l'exposition à l'éfavirenz causait la carence en vitamine D.

La présente étude est importante parce qu'elle soulève la possibilité que la prise de l'éfavirenz provoque une carence en vitamine D chez certaines personnes.  Ce message est renforcé par un rapport récent publié par les responsables d'un essai clinique randomisé dont nous rendons compte dans notre prochain bulletin de Nouvelles-CATIE intitulé « Une étude révèle que le remplacement de l'éfavirenz par le darunavir permet d'améliorer le taux de vitamine D. »

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCES :

  1. Haug CJ, Aukrust P, Haug E, et al. Severe deficiency of 1,25-dihydroxyvitamin D3 in human immunodeficiency virus infection: association with immunological hyperactivity and only minor changes in calcium homeostasis. Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism. 1998 Nov;83(11):3832-8.
  2. Conrado T, Miranda-Filho Dde B, Bandeira F. Vitamin D deficiency in HIV-infected individuals: one more risk factor for bone loss and cardiovascular disease? Arquivos Brasileiros de Endocrinologia e Metabologia. 2010 Mar;54(2):118-22.
  3. Paul TV, Asha HS, Thomas N, et al. Hypovitaminosis D and bone mineral density in human immunodeficiency virus-infected men from India, with or without antiretroviral therapy. Endocrine Practice. 2010 Jul-Aug;16(4):547-53.
  4. Wasserman P, Rubin DS. Highly prevalent vitamin D deficiency and insufficiency in an urban cohort of HIV-infected men under care. AIDS Patient Care and STDs. 2010 Apr;24(4):223-7.
  5. Mueller NJ, Fux CA, Ledergerber B, et al. High prevalence of severe vitamin D deficiency in combined antiretroviral therapy-naive and successfully treated Swiss HIV patients. AIDS. 2010 May 15;24(8):1127-34.
  6. Mehta S, Giovannucci E, Mugusi FM, et al. Vitamin D status of HIV-infected women and its association with HIV disease progression, anemia, and mortality. PLoS One. 2010 Jan 19;5(1):e8770.
  7. Bang UC, Shakar SA, Hitz MF, et al. Deficiency of 25-hydroxyvitamin D in male HIV-positive patients: a descriptive cross-sectional study. Scandinavian Journal of Infectious Diseases. 2010 Apr;42(4):306-10.
  8. Mehta S, Hunter DJ, Mugusi FM, et al. Perinatal outcomes, including mother-to-child transmission of HIV, and child mortality and their association with maternal vitamin D status in Tanzania. Journal of Infectious Diseases. 2009 Oct 1;200(7):1022-30.
  9. Rodríguez M, Daniels B, Gunawardene S, et al. High frequency of vitamin D deficiency in ambulatory HIV-positive patients. AIDS Research and Human Retroviruses. 2009 Jan;25(1):9-14.
  10. Van Den Bout-Van Den Beukel CJ, Fievez L, et al. Vitamin D deficiency among HIV type 1-infected individuals in the Netherlands: effects of antiretroviral therapy. AIDS Research and Human Retroviruses. 2008 Nov;24(11):1375-82.
  11. Welz T, Childs K, Ibrahim F, et al. Efavirenz is associated with severe vitamin D deficiency and increased alkaline phosphatase. AIDS. 2010 Jul 31;24(12):1923-8.
  12. Gyllensten K, Josephson F, Lidman K, et al. Severe vitamin D deficiency diagnosed after introduction of antiretroviral therapy including efavirenz in a patient living at latitude 59 degrees N. AIDS. 2006 Sep 11;20(14):1906-7.
  13. Brown TT, McComsey GA. Association between initiation of antiretroviral therapy with efavirenz and decreases in 25-hydroxyvitamin D. Antiviral Therapy. 2010;15(3):425-9.