HepCInfo Updates

Actualités infohépatiteC 9.16  

Bienvenue à Actualités infohépatiteC numéro 9.16 de CATIE du 21 juillet au 3 août 2018. Poursuivez votre lecture pour en apprendre davantage sur les nouvelles découvertes scientifiques et celles qui ont été mises à jour dans les domaines de la prévention, des soins, du traitement et du soutien liés à l'hépatite C.

Nous rendons parfois compte de l’utilisation expérimentale de médicaments contre l’hépatite C. Pour plus de renseignements sur l’utilisation approuvée des traitements de l’hépatite C au Canada, consultez le tableau des Médicaments anti-hépatite C approuvés au Canada pour les adultes et les feuillets d'information sur chacun des traitements anti-hépatite C.

À la une

L’Organisation mondiale de la Santé recommande de traiter toutes les personnes ayant l’hépatite C

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié de nouvelles lignes directrices sur les soins et le traitement de l’hépatite C qui recommandent que toutes les personnes ayant l’hépatite C soient traitées par des médicaments pangénotypiques.

Les nouvelles recommandations reflètent l’augmentation du nombre de médicaments pouvant traiter tous les génotypes du virus de l’hépatite C (médicaments pangénotypiques), la plus grande accessibilité de ces médicaments dans les pays à faible et à moyen revenu et la recherche démontrant les bienfaits du traitement chez les personnes ayant peu ou pas de lésions hépatiques.

Les lignes directrices incluent aussi les recommandations suivantes :

  • Traiter toutes les personnes de 12 ans ou plus.
  • Utiliser des médicaments pangénotypiques pour éviter la nécessité de tests de génotypage.
  • Utiliser des processus de dépistage et de traitement simplifiés.
  • Intégrer le dépistage et le traitement de l’hépatite C dans d’autres services.

Pour voir toutes les recommandations, consultez Guidelines for the care and treatment of persons diagnosed with chronic hepatitis C virus infection.

Selon l’OMS, « Les lignes directrices permettent de simplifier considérablement la dispensation du traitement curatif aux 70 millions de personnes vivant avec l’hépatite C chronique dans le monde ». (infohep.org, juillet 2018, en anglais)

De nombreux sites de consommation supervisée (SCS) offrent le dépistage de l’hépatite C, mais peu d’entre eux offrent le traitement

La plupart des sites de consommation supervisée offrent le dépistage de l’hépatite C et un service d’aiguillage, mais peu d’entre eux offrent le traitement, ont rapporté des chercheurs lors du Congrès international sur le sida à Amsterdam. 

L’étude a évalué 49 sites de consommation supervisée situés dans les pays suivants : Pays-Bas, Allemagne, Suisse, Espagne, Danemark, France, Australie, Canada, Luxembourg et Norvège.

Presque tous les sites offraient la distribution d’aiguilles et de seringues et de condoms, ainsi que l’orientation des clients vers les services de santé, de traitement de la toxicomanie et d’autres soins. Le quart des sites offraient des traitements de substitution aux opiacés (TSO) sur place. La plupart (89 %) offraient la prise en charge des surdoses sur place et 37 % d’entre eux fournissaient de la naloxone aux clients.

Les deux tiers des sites offraient le dépistage de l’hépatite C, 25 % offraient le suivi de la fonction hépatique par tests sanguins ou Fibroscan, mais seulement 4 % offraient le traitement de l’hépatite C.

Selon les estimations, 80 % des clients se sont fait tester pour l’hépatite C et 60 % ont reçu un résultat positif pour cette infection. Plus de la moitié des clients (54 %) se sont fait tester pour le VIH.

Un grand nombre de sites offraient aussi une gamme d’autres services de santé et sociaux, tels que les soins de santé mentale (44 %), le soutien à l’autogestion des maladies chroniques (50 %) et l’accès aux douches et à la buanderie (78 %).

Selon les chercheurs, « Ces établissements devraient être considérés comme des fournisseurs à bas seuil du traitement anti-VHC pour les personnes qui s’injectent des drogues dans la communauté; des arrangements novateurs sont souhaitables ». (infohep.org, août 2018, en anglais)

Les personnes ayant des problèmes de santé mentale ou de consommation sont moins susceptibles d’être traitées pour l’hépatite C

Les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale ou de consommation sont moins susceptibles d’être traitées pour l’hépatite C que les personnes n’ayant pas ces problèmes, ont rapporté des chercheurs dans Hepatology.

L’étude a examiné les données de 29 544 personnes ayant l’hépatite C qui avaient ou qui n’avaient pas suivi de traitement entre 2011 et 2017 dans quatre grandes cliniques aux États-Unis.

Les participants ont été répartis en deux groupes selon la période où ils ont reçu des soins :

  1. Avant l’introduction des AAD, 2011 à 2013
  2. Après l’introduction des AAD, 2014 à 2016

Dans l’ensemble, 17 % des participants ont été traités pour l’hépatite C. Les taux de traitement ont augmenté entre la période précédant l’arrivée des AAD et la période plus récente (de 3,5 % à 22 %).

Plus de la moitié des participants (59 %) avaient reçu un diagnostic se rapportant à la santé mentale ou à la consommation de substances. Les personnes souffrant de problèmes de santé mentale ou de consommation étaient moins susceptibles que les personnes n’ayant pas de tels problèmes d’être traitées pour l’hépatite C et ce, autant avant l’introduction des AAD (rapport de cotes ajusté : 0,46) qu’après (rapport de cotes ajusté : 0,63).

En ce qui concerne l’accès au traitement, les chercheurs ont également constaté des différences fondées sur la race, l’âge et les régimes d’assurance maladie; les participants blancs de classe moyenne et les personnes ayant une assurance maladie étaient les plus susceptibles de se faire traiter l’hépatite C.

Selon les chercheurs, « L’objectif d’éradiquer l’hépatite C nécessite une stratégie qui augmente l’accès pour les personnes ayant des comorbidités, surtout celles aux prises avec des problèmes de santé mentale et de consommation, les populations sans assurance ou mal desservies, et toutes les minorités raciales/ethniques. » (infohep.org, juillet 2018, en anglais)

Branchez-vous au monde scientifique

Résumé du cadre pancanadien sur les infections transmissibles sexuellement et par le sang, Relevé des maladies transmissibles au Canada, juillet 2018

Infection par le virus de l'hépatite C dans les communautés des Premières Nations de la Saskatchewan : défis et innovations, Relevé des maladies transmissibles au Canada, juillet 2018