HepCInfo Updates

ActualitésinfohépatiteC 7.17 

Bienvenue à Actualités infohépatiteC numéro 7.17 de CATIE du 3 septembre au 16 septembre 2016. Poursuivez votre lecture pour en apprendre davantage sur les nouvelles découvertes scientifiques et celles qui ont été mises à jour dans les domaines de la prévention, des soins, du traitement et du soutien liés à l'hépatite C.

À la une

Le développement d'un vaccin contre l'hépatite C progresse mais fait face à des obstacles

Un vaccin contre l’hépatite C prometteur est en cours d’essai clinique, mais en général le développement d’un vaccin contre l’hépatite C rencontre de nombreux obstacles, ont déclaré des chercheurs lors du 5e Symposium international sur les soins en hépatite C pour les consommateurs de substances (INHSU 2016).

Alors qu’une très large couverture des programmes de réduction des méfaits et du dépistage et du traitement de l’hépatite C a le potentiel d’éliminer le virus de l’hépatite C, un vaccin contre l’hépatite C serait un important outil additionnel. Les vaccins ont joué un rôle clé dans l’éradication ou la baisse d’autres types d’infections dans le monde.  

Certains des défis liés au développement d’un vaccin contre l’hépatite C incluent :

  • Le virus de l’hépatite C a une grande variabilité génétique, ce qui rend difficile le développement d’un vaccin efficace contre toutes les souches du virus
  • Il est dangereux d’utiliser le virus de l’hépatite C au complet, car il pourrait causer une infection

Une nouvelle étude du nom de VIP (Vaccine is prevention ou le vaccin c’est la prévention) aux É.-U. est en train d’examiner l’efficacité d’un vaccin parmi 540 personnes qui utilisent des drogues injectables. Les participants recevront le vaccin (appelé AdCh3NSmut) au début de l’étude et un rappel huit semaines plus tard (appelé le rappel MVAN smut).

Les participants seront suivis pendant 88 semaines afin d’évaluer l’innocuité, les réponses immunitaires spécifiques à l’hépatite C et son efficacité à prévenir l’hépatite C. Les résultats initiaux sont attendus début 2017.

 (HIVandhepatitis.com, septembre 2016, en anglais)

Le fait d'être guéri de l'hépatite C réduit la fatigue

La fatigue est un symptôme courant de l’hépatite C, mais le fait d’en être guéri réduit grandement la possibilité d’éprouver de la fatigue, ont déclaré des chercheurs lors du 5e Symposium international sur les soins en hépatite C pour les consommateurs de substances (INHSU 2016).

L’étude comprenait 56 participants ayant l’hépatite C et qui étaient clients d’une clinique externe au Danemark. On a évalué les participants à l’aide d’un questionnaire unique qui incluait plusieurs évaluations différentes de la fatigue.

Plus des deux tiers des participants souffraient d’une fatigue importante sur le plan clinique. La fatigue était grandement associée à l’inflammation du foie et à des lésions hépatiques avancées. Elle n’était pas associée à une consommation actuelle ou passée de drogues ou à l’utilisation d’un traitement de substitution aux opiacés.

Les participants qui avaient guéri suite au traitement étaient peu susceptibles d’éprouver de la fatigue après le traitement.

Les chercheurs  ont suggéré que le traitement par AAD semble réduire la fatigue, ce qui vient appuyer davantage l’idée d’un traitement prompt.

(HIVandhepatitis.com, septembre 2016, en anglais)

Santé Canada lève l'interdiction de prescrire de l'héroïne

Santé Canada a levé l’interdiction de prescrire de l’héroïne, aussi connue sous le nom de diacétylmorphine. Ce traitement peut être utile aux personnes souffrant de sévères problèmes de consommation de substances et qui n’ont pas répondu au traitement de substitution des opiacés (TSO).

La prescription d’un traitement à base d’héroïne est utilisée en Suisse, aux Pays-Bas et en Allemagne. 

Un essai clinique canadien du nom de « Study to Assess Longer-term Opioid Medication Effectiveness » (SALOME) a testé le traitement de prescription médicale d’héroïne parmi les personnes qui ne répondaient pas au TSO. Lors de l’essai, ceux qui recevaient un traitement de prescription médicale d’héroïne ont connu des améliorations sur le plan physique et de la santé mentale, étaient plus susceptibles de continuer le traitement et de réduire leur consommation de drogues de la rue que ceux prenant de la méthadone.

Les médecins peuvent demander de prescrire de l’héroïne à leurs patients en vertu du Programme d’accès spécial de Santé Canada (PAS).

(ici.radio-canada.ca, septembre 2016, en français)

Branchez-vous au monde scientifique

Tous les régimes oraux antiviraux à action directe chez les patients étant co-infectés par le VIH/hépatite C et souffrant de cirrhose sont efficaces et sécuritaires : résultats de la vraie vie de la cohorte ANRS CO13–HEPAVIH, Clinical Infectious Diseases, septembre 2016, en anglais

Efficacité et innocuité de régimes à base de sofosbuvir pour l’infection chronique par le VHC, génotype 3 : résultats de l’étude HCV-TARGET , Clinical Infectious Diseases, septembre 2016, en anglais