L’héritage et les effets persistants des pensionnats canadiens

8 juin 2021

La nouvelle de la découverte des dépouilles de 215 enfants dans une fosse commune sur le site d’un ancien pensionnat à Kamloops, en Colombie-Britannique, a été dévastatrice pour tous. Mais, pour les peuples autochtones de l’Île-de-la-Tortue, rien de surprenant. Les Autochtones ne sont que trop familiers avec les mauvais traitements qu’ils et les membres de leur famille ont reçu dans les pensionnats aux mains du gouvernement canadien et de nos institutions. Même ces enfants qui ont réussi à rentrer chez eux en vie furent dépossédés de leur culture, leur langue et de leurs liens familiaux.

Au cours de notre travail, nous avons découvert l’impact intergénérationnel laissé par les pensionnats qui continue d’exposer les communautés autochtones à un plus grand risque de VIH, d’hépatite C et une plus grande détérioration de la santé. Le dernier pensionnat a fermé ses grilles en 1996 – un passé pas si lointain. Et, à ce jour, les peuples autochtones continuent de subir la discrimination et le racisme qui sévissent dans le système de soins de santé.

En tant qu’organisme non autochtone au Canada, CATIE reconnaît son propre rôle et privilège dans les systèmes de la colonisation, et nous nous efforçons de les démanteler. Nous nous engageons à décoloniser notre travail. Nous appuyons les 94 Appels à l’action rendus publics par la Commission de vérité et réconciliation du Canada et nous engageons à répondre aux appels lancés aux organismes consacrés à la santé et à l’éducation comme le nôtre.

CATIE soutient aussi pleinement la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (DNUDPA). Celle-ci entérine les droits qui « constituent les normes minimales nécessaires à la survie, à la dignité et au bien-être des peuples autochtones du monde ». La DNUDPA reconnaît non seulement les droits collectifs des peuples autochtones, mais aussi que les États doivent se concerter et coopérer de bonne foi avec eux par l’intermédiaire de leurs propres institutions représentatives afin d’obtenir leur consentement préalable, donné librement et en connaissance de cause avant d’adopter et de mettre en place des mesures législatives ou administratives qui peuvent les affecter.

La ligne d’écoute téléphonique des pensionnats indiens propose un soutien aux survivant.es des pensionnats. Le numéro à composer est le 1-866-925-4419.