Hépatite C : Un guide détaillé

Le traitement de l’hépatite C chez les personnes co-infectées par le VIH et l’hépatite C

Les options de traitement à la disposition des personnes co-infectées par le VIH et l’hépatite C sont devenues plus nombreuses. Les taux de guérison des nouveaux traitements ont tendance à être aussi élevés chez les personnes co-infectées que chez les personnes ayant seulement l’hépatite C. La durée du traitement est également semblable dans de nombreux cas.

Régimes de traitement contre l’hépatite C

Les nouveaux médicaments antiviraux à action directe (AAD) qui guérissent la plupart des gens sont également efficaces chez les personnes co-infectées par le VIH. Dans de nombreux cas, le traitement ne dure que 12 semaines et provoque peu d'effets secondaires. Ces médicaments se prennent par voie orale.

Dans le passé, le peg-interféron et la ribavirine étaient les seuls médicaments anti-hépatite C disponibles pour le traitement des personnes co-infectées par le VIH. Cette combinaison n'est plus utilisée à l'heure actuelle.

De nombreux médicaments AAD sont disponibles au Canada pour les personnes co-infectées par le VIH. Pour en savoir plus sur les différentes combinaisons d'AAD, consultez Médicaments anti-hépatite C approuvés au Canada pour les adultes. Une personne peut parler à son professionnel de la santé pour déterminer quelle combinaison serait la plus efficace pour elle.

Le paiement du traitement est en train de devenir plus facile car il existe davantage de programmes qui aident les patients à payer les médicaments, notamment les régimes publics d’assurance médicaments, les assurances privées et les programmes des compagnies pharmaceutiques. Un professionnel de la santé pourra vous aider à déterminer si vous êtes admissible au traitement et si vous pouvez obtenir un soutien financier ou autre en vertu d’un de ces programmes. Vous trouverez d’autres renseignements à ce sujet dans la section La couverture de frais dans votre région.

Commencer le traitement de l’hépatite C

La décision de commencer le traitement se prend en consultation avec son professionnel de la santé et en tenant compte de plusieurs facteurs, dont les suivants :

  • état de santé global de la personne
  • état de santé du foie
  • degré de stabilisation de l’infection au VIH (charge virale en VIH, compte de CD4)
  • chances de succès du traitement

En général, les personnes co-infectées par l’hépatite C et le VIH qui ne suivent aucun traitement pour ces infections commencent un traitement contre le VIH (traitement antirétroviral ou TAR) avant de faire traiter l’hépatite C afin de stabiliser leur système immunitaire. Une fois que le VIH de la personne est bien maîtrisé, son professionnel de la santé peut envisager un traitement contre l'hépatite C. Il n’en est pas moins important de surveiller régulièrement la santé du foie des personnes qui ne suivent pas de traitement anti-hépatite C parce que les lésions hépatiques peuvent progresser plus rapidement chez les personnes co-infectées par le VIH, comparativement aux personnes ayant seulement l’hépatite C.

Interactions médicamenteuses

Parfois, lorsqu’une personne prend en même temps des médicaments pour plus d’une maladie, les médicaments en question exercent des effets les uns sur les autres. On appelle ce genre de réaction une interaction médicamenteuse. Les interactions médicamenteuses peuvent causer des effets secondaires plus nombreux ou plus graves ou encore compromettre l’efficacité d’un médicament particulier. Quels que soient les médicaments anti-VIH utilisés, il est important de vérifier régulièrement la fonction hépatique en faisant des tests sanguins afin de détecter toute complication pour le foie. De cette manière, la plupart des gens peuvent suivre un traitement qui est sûr et efficace.

Un autre genre d’interaction médicamenteuse peut se produire lorsqu’une affection médicale existante comme l’hépatite C compromet l’efficacité ou l’innocuité d’un médicament particulier. De nombreux médicaments anti-VIH, notamment un groupe appelé inhibiteurs de la protéase, sont dégradés par le foie et peuvent interférer avec d’autres médicaments. Pour les personnes ayant le VIH et l’hépatite C, un professionnel de la santé pourrait recommander de réduire la dose d’un médicament particulier ou de remplacer ce dernier par un médicament moins nocif pour le foie. De nombreuses personnes ayant à la fois le VIH et le VHC utilisent un groupe de médicaments anti-VIH appelés inhibiteurs de l’intégrase parce que ces derniers ont tendance à avoir moins d’interactions avec les médicaments utilisés pour traiter le VHC.

Les personnes qui prennent n’importe quel médicament anti-VIH devraient se renseigner sur le risque d’interactions avec les médicaments anti-hépatite C en parlant à leur professionnel de la santé et/ou à leur pharmacien.

Pour obtenir de l’information sur d’autres sujets liés au traitement du VIH, consultez la section Traitements du VIH.

Révisé en 2018.