Connectons nos programmes

Dépistage systématique du VIH dans les soins aigus 

Vancouver STOP Project
Vancouver, Colombie-Britannique
2013

Leçons tirées

  1. Élaborer des arguments solides. L’élaboration de solides arguments de santé publique et l’analyse des données sur l’état actuel de l’épidémie et du dépistage, de même que l’approbation des principaux dirigeants des autorités sanitaires et des hôpitaux participants, se sont révélées d’importants facteurs de succès dans cette initiative.
  2. S’assurer que de robustes structures d’amélioration de la qualité sont en place. Les hôpitaux de Vancouver sont dotés de fortes structures d’amélioration de la qualité, la plupart des unités comptant des équipes spécialement affectées à cette tâche. L’avènement de l’offre systématique de tests de dépistage du VIH s’inscrit bien dans ces structures et dans le vaste objectif stratégique d’améliorer les soins aux patients.
  3. Intégrer la formation et l’information aux voies de communication existantes. L’équipe de projet fournit la formation par l’entremise des structures préexistantes. Dans tous les cas, l’équipe a utilisé les voies de communication en place pour livrer les messages et a mis à profit la hiérarchie naturelle des hôpitaux pour assurer la diffusion du message sur le dépistage systématique du VIH.
  4. Fournir aux médecins des renseignements fondés sur des cas réels. Pendant le suivi auprès des médecins et des dirigeants de chaque unité, l’équipe de projet fournit aux médecins des données fondées sur des cas précis, ce à quoi ils réagissent de façon favorable. L’équipe utilise des cas récents de diagnostic en soins aigus pour décrire comment un patient s’est présenté à l’hôpital, quels étaient ses symptômes et ses antécédents médicaux, y compris les occasions où on aurait pu poser un diagnostic. Cette façon de procéder a été particulièrement utile pour promouvoir l’offre systématique d’un test de dépistage aux personnes âgées, pour qui les médecins remettent en question l’utilité du test.
  5. Le dépistage du VIH dans les soins aigus est acceptable. Le dépistage systématique du VIH est une pratique acceptable pour les patients des hôpitaux de Vancouver, où le taux de refus se situe entre trois et huit pour cent. Ce taux d’acceptation élevé a réduit l’anxiété des médecins face à une réaction potentiellement négative des patients à qui on offre le test.
  6. Procédures simplifiées. Le counseling avant le test et le suivi de santé publique ont tous les deux été cités comme étant d’importants obstacles à l’intégration du dépistage systématique du VIH aux soins aigus. Le processus de consentement a été simplifié, et un processus de délégation du suivi a été élaboré.