Connectons nos programmes

Sexual Health Information Project (SHIP) (Projet d’information sur la santé sexuelle) 

Griffin Centre Mental Health Services
Ontario
2012

Évaluation du programme

Les groupes de discussion ouverte de ReachOUT, y compris Compass, ont été évalués en avril 2008 par une combinaison de méthodes quantitatives et qualitatives. S’appuyant sur un sondage et des entrevues individuelles, l’évaluation a permis de recueillir des données auprès de 35 participants passés et actuels du programme. Certaines des principales constatations de cette évaluation ont confirmé la pertinence des objectifs clés du programme ReachOUT, ainsi que la nécessité d’un milieu sécuritaire comme les groupes de discussion ouverte. Les résultats ont également mis en évidence le besoin soutenu de renforcer les capacités communautaires et ont contribué à la croissance et au développement de Compass, dont le principal objectif est de mettre les jeunes LGBTQ catalogués comme ayant une déficience intellectuelle de partout en Ontario en contact les uns avec les autres. En recommandant une diversification accrue des activités s’adressant aux jeunes desservis par le programme, l’évaluation a contribué à la conception du projet SHIP, qui met l’accent sur la participation des consultants et des participants à la création de ressources de sensibilisation. Pour examiner le rapport d’évaluation, consulter la section intitulée « Matériel du programme ».

Afin de mieux comprendre les besoins en santé sexuelle des LGBTQ catalogués comme ayant une déficience intellectuelle, les responsables du programme ReachOUT se sont alliés à des intervenants du projet de recherche sur le VIH et les jeunes handicapés, dont Sarah Flicker, Ciann Wilson et Alex McClelland de l’Université York; Stephanie Nixon de l’Université de Toronto; Denise Nepveux de l’Université de Syracuse; Devon Proudfoot de l’Université Duke; et Zack Marshall de l’Université Memorial de Terre-Neuve. Cette équipe a présenté des résultats à l’Association canadienne de recherche sur le VIH, au Réseau ontarien de traitement du VIH et à la conférence « Critical Junctures » à l’Université de Guelph; récemment, elle a aussi envoyé trois articles aux fins de publication relativement à ce projet.