Connectons nos programmes

Programme Positive Service Coordination 

Services communautaires LOFT, Services de logement et de soutien McEwan
Ontario
2015

Défis

LOFT a cerné un certain nombre de défis soutenus pour le programme Positive Service Coordination :

  1. Différences entre les partenaires. Avec 17 organismes partenaires, LOFT évolue dans plusieurs systèmes organisationnels, cultures et lignes directrices. Bien qu’ils visent tous à rehausser le bien-être du client, il peut s’avérer difficile de coordonner la communication et le flux de travail entre les services cliniques et communautaires. LOFT et d’autres partenaires mettent actuellement à l’essai, à titre pilote, un projet de planification de soins coordonnés qui pourrait réduire les problèmes de communication entre les partenaires.
  2. Planification des congés. Certains membres du programme Positive Service Coordination commencent d’abord par entamer des traitements pour des maladies mentales ou pour l’utilisation de drogues et d’alcool. Typiquement, ces services ne sont pas offerts par l’entremise d’un partenaire du programme, ce qui signifie que la planification des congés avec le gestionnaire de cas ne se produit pas toujours. Les gestionnaires de cas du programme Positive Service Coordination doivent assurer un suivi proactif auprès des fournisseurs de services externes afin de savoir quand le client obtiendra son congé. Il sera ainsi plus facile de transférer les membres de l’établissement où ils reçoivent un traitement vers un logement de transition ou vers des soins de répit.
  3. Occasions d’emploi limitées pour les membres. Quand les membres du programme Positive Service Coordination acquièrent une certaine stabilité, certains d’entre eux veulent travailler. Bien que certains partenaires du programme offrent des occasions d’emploi et de bénévolat, celles-ci ne suffisent pas à la demande. Le programme Positive Service Coordination aimerait forger des liens plus étroits avec des établissements d’enseignement et des services d’emploi en vue d’offrir aux membres des occasions supplémentaires afin que ceux qui désirent travailler puissent le faire.   
  4. Stigmatisation. La stigmatisation demeure un obstacle à l’obtention de soins appropriés pour les membres du programme PSC. Les fournisseurs de services en dehors du réseau des partenaires du programme peuvent stigmatiser la consommation de drogues et d’alcool, les maladies mentales et le VIH. La plupart des membres du programme sont aux prises avec ces trois défis, ce qui fait qu’il est très difficile pour eux de s’impliquer activement dans les soins. Les gestionnaires de cas défendent les droits et intérêts des membres et modélisent des comportements que les membres peuvent utiliser pour défendre leurs propres droits et intérêts, ce qui peut réduire l’incidence de la stigmatisation sur l’état de santé des patients.