Connectons nos programmes

Projet Mets tes culottes 

l'Anonyme
Montréal, Québec
2010

Mise en œuvre du programme

Le projet Mets tes culottes est présenté sensiblement de la même façon aux jeunes femmes et aux jeunes hommes. Seul le nom du programme (« Hey fille! » pour les jeunes femmes, « Attache ta tuque! » pour les jeunes hommes) et le type de sous-vêtement distribué diffèrent. Par contre, lors de l’intervention individuelle, on suggère aux fournisseurs de services de personnaliser leur approche de façon à répondre aux besoins spécifiques de la personne avec laquelle ils discutent. Les fournisseurs de services ont le choix d’offrir le projet aux hommes, aux femmes ou aux deux.

Le projet comporte deux volets : 

  • La conception de l’outil sous-vêtement avec la sélection des slogans (par le biais de groupes de discussion avec les jeunes)
  • La formation des fournisseurs de services et la sensibilisation des jeunes

Lors de la sélection d’un slogan, les jeunes forment des groupes de discussion pour effectuer un remue-méninges de slogans qu’ils pourraient inscrire sur les sous-vêtements (qui sont distribués à la phase de sensibilisation du programme) basés sur des sujets de santé sexuelle qui leur sont pertinents.

Les intervenants et les éducateurs ayant accepté d’utiliser les sous-vêtements pour encourager les jeunes à parler de sécurisexe dans leur organisme participent à une demi-journée de formation (sur l’utilisation de l’outil et l’enjeux de prévention) basée sur l’approche Information, Motivation, habiletés de Comportement. De leur côté, ils font participer les jeunes à des discussions plus approfondies sur la santé sexuelle en leur remettant un sous-vêtement orné d’un slogan de sécurisexe conçu par leurs pairs. Pour plus d’information sur l’approche IMC, voir d’autres ressources pertinentes.

Lieu

Le personnel de L’Anonyme organise en général les groupes de discussion avec les jeunes dans un local prêté par les écoles/organismes participants. Ce local est habituellement celui où le fournisseur de services de l’organisme participant rencontre les jeunes. Comme ils sont en terrain connu, les jeunes s’y sentent plus à l’aise.

La formation des fournisseurs de services a lieu dans les salles de réunion des organismes-partenaires ou des centres de santé communautaire ou dans n’importe quel endroit calme et accessible à tous les fournisseurs de services participants.

Après les groupes de discussion et la formation, les fournisseurs de services poursuivent la sensibilisation individuelle avec les jeunes au sein de leurs établissements chaque fois que l’occasion se présente et selon les horaires.

Recrutement et engagement

Fournisseurs de services

Depuis plus de cinq ans, L’Anonyme tisse des liens avec les établissements clés desservant les jeunes du quartier Saint-Michel et a mis sur pied un comité consultatif composé des partenaires de projets, dont les fournisseurs de services clés (éducateurs, intervenants, infirmières, animateurs, etc.) dans différentes écoles, maisons de jeunes, organismes communautaires et CLSC.

L’Anonyme débute la mise en oeuvre des programmes « Hey fille! » ou « Attache ta tuque!  » plusieurs mois avant qu’ils ne commencent officiellement, en envoyant une lettre d’engagement aux directeurs des organismes-partenaires ayant exprimé le désir de participer. C’est par le biais de discussions informelles lors d’événements communautaires dans le quartier ou lors de consultations avec le personnel de L’Anonyme que les membres de ces organismes ont exprimé leur soutien à ce projet. La lettre d’engagement sert à solidifier leur engagement au niveau organisationnel.

Le coordonnateur du projet fait un suivi pour fixer le calendrier de formation (pour les fournisseurs de services) et les groupes de discussion (avec les jeunes).

Participants

Lorsque les fournisseurs de services ont confirmé leur participation et déterminé les dates des groupes de discussion, ils recrutent les participants (les jeunes) au sein de leurs établissements en faisant la promotion des groupes de discussion par le bouche à oreille et à l’aide des moyens habituels de communication (bulletins d’information, calendriers de l’organisme, babillards, etc.). On offre aux participants des repas et/ou des rafraîchissements pour les encourager à participer.

Les fournisseurs de services décident du nombre de groupes de discussion qu’ils animeront, selon l’intérêt exprimé par les jeunes de leur établissement et les contraintes de temps. Chaque groupe de discussion est annoncé pas plus de quelques semaines avant la date prévue pour la rencontre. D’après l’expérience de L’Anonyme, un préavis plus long disperse simplement le message et ne fait pas augmenter la participation.

Formation

Les fournisseurs de services désirant mettre le programme en oeuvre au sein de leurs établissements doivent suivre une formation d’une demi-journée qui :

  • Leur fait connaître L’Anonyme
  • Leur fournit un aperçu du projet Mets tes culottes
  • Décrit le besoin pour des projets de prévention et leur fonctionnement
  • Donne un aperçu des facteurs de risque liés aux ITS et au VIH
  • Explique comment utiliser le sous-vêtement du programme comme outil pédagogique

À la fin de la formation, les fournisseurs de services peuvent partager leurs expériences, poser des questions et parler de leurs préoccupations. De plus, ils ont l’occasion de se pratiquer à utiliser la remise des sous-vêtements pour amorcer une discussion personnelle avec les jeunes sur leur santé sexuelle. Cet exercice les aide à anticiper les questions et les situations qui pourraient se présenter. Au cours de la formation, ils recoivent un guide à l’intervention.

Pour quelques exemples du matériel éducatif de L’Anonyme, veuillez consulter la section Matériel du programme.

Groupes de discussion

Le but des groupes de discussion est de faire participer les jeunes femmes ou les jeunes hommes à la création de slogans de sécurixe qui seront imprimés sur des sous-vêtements qui seront distribués à leurs pairs. Chaque groupe de discussion comprend généralement huit à dix jeunes.

Étant donné que le programme « Hey fille! Mets tes culottes! » est conçu pour les jeunes femmes, l’organisme qui met en œuvre ce programme n’invitera que des femmes à participer au groupe de discussion. De même que le groupe de discussion du programme « Attache ta tuque! » n’inclura que des jeunes hommes. Les groupes de discussion permettent aux jeunes de participer activement à la réalisation d’une campagne de marketing social de promotion de la santé sexuelle. On leur offre également des rafraîchissements et l’occasion de bavarder avec leurs pairs de ce sujet de conversation unique.

Chaque groupe de discussion est dirigé par un animateur de L’Anonyme. Au cours d’une séance de 60 à 90 minutes, on donne aux participants un aperçu du projet et on leur demande de remplir un court questionnaire pour évaluer leurs connaissances, leurs motivations et leurs compétences liées à la santé sexuelle afin d’encourager la conversation et de donner le ton à la séance de remue-méninges qui suivra.

Même si l’animateur parle de quelques éléments de base de la prévention contre le VIH et les ITS, cette séance ne vise pas à faire de la sensibilisation ou de l’éducation sur le VIH et les ITS. Le but du groupe de discussion est de déterminer quels types de slogans sonnent le mieux aux oreilles des participants avant qu’ils n’aient été exposés à de l’information plus détaillée sur le VIH et les ITS pour que le slogan soit écrit dans le langage des participants et de leurs pairs.

Dans le but de stimuler le processus créatif, on présente aux participants des exemples de slogans de sécurisexe de campagnes antérieures (qu’elles soient à base d’une approche de pairs ou non). Ensemble, ils discutent des slogans qu’ils aiment ou n’aiment pas, puis font un remue-méninges d’idées pour trouver de nouveaux slogans.

Les participants se divisent en groupes de trois ou quatre. On donne à chaque groupe un sous-vêtement et on leur demande de choisir un des slogans ou d’en inventer un. La créativité est de mise pour incorporer les logos de L’Anonyme et du projet Mets tes culottes, en plus du slogan choisi, sur la culotte à l’aide d’un feutre ou de papier découpé. 

Un membre de chaque groupe essaie de « vendre » le slogan et le concept de son groupe à tous les participants. Ces derniers votent pour choisir leurs slogans préférés. La séance se termine par des rafraîchissements ou un repas.

Lorsque tous les groupes de discussion ont choisi leurs slogans préférés, le personnel de L’Anonyme se rencontre pour faire une sélection finale et choisir le ou les slogans qui reflètent le mieux l’information sur la santé sexuelle et dont l’impact pourrait être le plus important. Au cours des mois suivants, L’Anonyme finalise la conception des sous-vêtements et des copies en sont faites pour tous les établissements participants. L’Anonyme avait produit deux sous-vêtements différents pour chaque projet pour que les jeunes choisissent leur préféré.

L’Anonyme produit environ 1 200 sous-vêtements par année. La quantité est déterminée par le budget alloué au projet et la demande des organismes communautaires participants.

Intervention par les fournisseurs de services

Les sous-vêtements portant le slogan sont remis au fournisseur de services de chaque établissement participant. Ce dernier détermine la meilleure façon de les distribuer lors de cours, d’activités et autres événements. Le but est que les sous-vêtements servent d’outils pour engager les jeunes dans une conversation sérieuse sur la santé sexuelle.

La sensibilisation auprès des jeunes peut se faire en groupe ou individuellement. Les sous-vêtements sont des outils pratiques pour engager la conversation à tout moment avec les jeunes quand l’occasion d’approfondir le sujet de la santé sexuelle se présente. Par exemple, les sous-vêtements peuvent être distribués lors d’une discussion de groupe portant sur la sexualité dans une maison de jeunes où les participants ont d’excellentes relations avec l’animateur.

L’approche privilégiée est une approche individuelle qui permet de discuter à fond des préoccupations de chaque personne. Un intervenant, par exemple, peut remettre les sous-vêtements individuellement à chaque étudiant lorsqu’ils viennent lui demander conseil. Dans ce cadre plus personnel, le conseiller peut se servir des sous-vêtements pour enclencher une conversation sur les défis auxquels font face les jeunes hommes ou les jeunes femmes pour pratiquer le sécurisexe. 

Au moment de remettre le sous-vêtement, nous suggérons de le sortir de l’emballage pour mettre bien en évidence le condom et la carte de ressources qui y sont attachés et qui contiennent plus d’information sur les partenaires du projet ainsi que des ressources utiles sur la santé sexuelle.

Même si les participants au programme reçoivent leur sous-vêtement à différents moments et dans des situations différentes, le lancement de la campagne de sous-vêtements peut servir de rassemblement à l’école et/ou dans le quartier. À mesure que les jeunes reçoivent leur sous-vêtement, le bouche à oreille transforme ce sous-vêtement en symbole emblématique pour ceux qui le reçoivent. En d’autres termes, les jeunes finissent par les associer à leur cote de popularité.