Connectons nos programmes

Projet d’intervention en milieux isolés 

Blood Ties Four Directions Centre
Yukon
2010

Raison d'être du programme

Les populations autochtones du Canada sont affectées par un taux disproportionné de VIH et d’hépatite C. D’après l’Agence de la santé publique du Canada, 29 % des personnes qui ont reçu un diagnostic positif de VIH (tests dans lesquels l’ethnicité était enregistrée en 2008) étaient autochtones.

Le taux d’hépatite C dans le Yukon, où 23 % de la population est d’ascendance autochtone, semble être le plus élevé au Canada. Toutefois, le manque de données représentatives sur cette région rend difficile l’évaluation de l’impact réel du VIH et de l’hépatite C. Bien qu’environ les deux tiers de la population du Yukon vive dans la capitale Whitehorse, la proportion de populations autochtones est plus élevée dans les régions isolées. Les populations de ces communautés se comptent pas centaines et non par milliers. Dans ces communautés, les maladies transmises sexuellement, lorsqu’elles se savent, portent un lourd stigmate.  

En 2004, Blood Ties faisait partie d’un comité directeur pour un projet qui utilisait des ateliers et autres activités afin d’encourager les femmes des Premières nations à jouer un rôle de leaders dans l’éducation sur le VIH de leur communauté. Ce programme intitulé Réduire la vulnérabilité au VIH était mené par le Conseil des femmes autochtones du Yukon (Yukon Aboriginal Women’s Council). Une évaluation du projet a identifié les problèmes suivants dans la région :

  1. Les communautés isolées sont au courant du VIH, mais il y a des lacunes au niveau de la transmission du VIH et de l’hépatite C et de l’évaluation des risques.
  2. Les personnes vivant avec le VIH sont mal acceptées dans la communauté.
  3. Il y a souvent une certaine réticence à admettre que le VIH affecte une communauté.
  4. Les fournisseurs de services sociaux et de santé locaux n’ont que peu ou aucune formation en matière de VIH/sida et ne peuvent pas faire face aux problèmes liés au VIH.
  5. Les communautés isolées du Yukon ont besoin d’un programme d’intervention continu.
  6. Tous les membres de la communauté et les personnes à risque ont besoin d’ateliers sur le VIH et l’hépatite C, pas seulement les femmes. 

Blood Ties Four Directions Centre — dont le double mandat est d’offrir de l’éducation sur la prévention du VIH et de l’hépatite C dans les communautés isolées depuis 2001 — s’avère être le mieux placé pour relever ce défi avec un programme éducatif et de renforcement de capacités.

Blood Ties, un organisme théoriquement non autochtone, opérant en partenariat avec le Conseil des Premières Nations du Yukon, a établi un comité directeur qui comprend des directeurs de services sociaux et de santé et d’autres intervenants des communautés des Premières Nations, afin d’assurer la pertinence des activités du projet.  Un élément essentiel à la réussite du projet était l’utilisation de méthodes de communication et un environnement d’apprentissage en harmonie avec les valeurs et le sens d’identité des Premières Nations.