Connectons nos programmes

Projet de dépistage du VIH par les pairs 

PHS Community Services Society
Vancouver, Colombie-Britannique
2013

Leçons tirées

  1. Partenariats entre pairs et infirmières. Vu le soutien infirmier sur place, les personnes qui obtenaient un résultat positif au test de dépistage ou qui se savaient déjà séropositives ont été solidement arrimées à des services de santé et psychosociaux. Cet arrimage à un soutien immédiat a amélioré la probabilité générale d’une implication continue dans les soins de santé. Cela rehaussait également la sécurité du dépistage par les pairs, en triant préalablement les participants qui seraient mieux servis par une infirmière.
  2. Formation des pairs et des employés à administrer les tests. Le fait d’impliquer à la fois des pairs et des membres du personnel dans l’administration des tests aux événements a permis d’offrir un mentorat et un soutien de la part de fournisseurs de services connus et dignes de confiance.
  3. Communication précoce et continue avec la communauté. Une meilleure communication avec les autres fournisseurs de services de Vancouver avant le début du projet aurait contribué à dissiper les idées erronées concernant le fait d’offrir des incitatifs dans un quartier où les gens vivent dans la pauvreté.
  4. Acceptabilité du dépistage par des pairs. Les événements de dépistage par les pairs permettaient aux participants d’obtenir des soins de santé faciles d’accès et fournis par des personnes qui comprenaient leur culture. Le fait de connaître le pair qui leur administrait le test ne constituait pas un obstacle pour les participants, malgré les craintes des cliniciens quant à l’absence d’anonymat. En effet, une partie du succès de l’initiative tient au fait  qu’elle a dissipé la croyance selon laquelle les gens veulent toujours demeurer anonymes lorsqu’ils passent un test de dépistage du VIH.
  5. Éducation de masse. En l’assortant de divertissements et de repas, on a fait du dépistage un événement communautaire. C’était un moyen efficace d’actualiser les connaissances des résidents sur le VIH, sa transmission, la période fenêtre, les traitements et la réduction du risque de transmission ultérieure. Après les événements, des employés de PHS ont parfois vu des participants partager leur savoir avec leurs pairs dans la rue.
  6. Incitatifs. La remise d’incitatifs était un moyen de joindre un groupe de personnes fortement marginalisées qui, autrement, n’auraient pas recouru à des services de santé. Certes, cela augmentait le risque que certaines personnes se fassent tester plusieurs fois, mais ces cas ont été rares et la plupart du temps ont été repérés par le personnel avant même que le test soit administré. Cependant, un participant qui avait passé plusieurs tests de dépistage et obtenu des résultats négatifs en juin a reçu un résultat positif plus tard au cours de l’été — ce qui donne à penser que des tests répétés au cours de la période fenêtre de trois mois pourraient être indiqués dans ce contexte. Dans l’ensemble, l’offre d’un incitatif a aidé à forger des liens avec la communauté. L’incitatif (un certificat-cadeau valide dans un grand magasin local) a aussi permis aux participants de se procurer des choses essentielles.