Connectons nos programmes

Services de pairs navigateurs 

Positive Living Society of BC, L’hôpital St. Paul, Vancouver STOP Project
Vancouver, Colombie-Britannique
2013

Mise en œuvre du programme

Lieu

Le programme des pairs navigateurs se déroule en milieu clinique et par intervention de proximité, à partir de deux bureaux distincts.

À la clinique, le bureau des pairs navigateurs est situé dans l’aire de réception principale de la clinique d’immunodéficience à l’hôpital St. Paul, dans la section où se trouvent chercheurs, médecins, travailleurs sociaux et spécialistes du VIH. Le bureau offre une ambiance invitante et chaleureuse, et on y trouve des ressources conçues pour informer les clients et leur donner l’espoir d’une meilleure santé à l’avenir.

Les pairs navigateurs en intervention de proximité travaillent à partir d’un bureau situé dans les locaux de PLBC. Leurs principales tâches consistent à accompagner les clients à des rendez-vous ou à les rencontrer dans des cafés. Ils coordonnent leurs activités conjointement avec le coordonnateur du programme et l’équipe d’intervention de proximité de STOP. Pour de plus amples renseignements sur cette dernière équipe, veuillez l'étude de cas.

Embauche de pairs navigateurs

Recrutement des pairs navigateurs

PLBC a pris les devants quant au recrutement des pairs en plaçant d’abord des affiches dans les organismes communautaires locaux de lutte contre le VIH. Les personnes intéressées communiquaient avec l’organisme communautaire pour une entrevue de « présélection » visant à déterminer si elles répondaient aux critères du programme. Pour être admissibles à une entrevue pour le poste, les candidats devaient vivre avec le VIH depuis au moins trois ans et démontrer une saine intégration du VIH dans leur vie quotidienne. En outre, toute personne qui divulguait qu’elle était en sevrage devait ne pas avoir consommé de substances depuis au moins trois ans, afin de réduire l’impact des déclencheurs potentiels. Tous les candidats devaient être disposés à divulguer publiquement leur séropositivité et, le cas échéant, leurs antécédents de dépendance. Enfin, les candidats devaient démontrer de solides aptitudes à la prise en charge personnelle et indiquer comment ils avaient développé une attitude positive et optimiste par rapport au VIH. L’intelligence émotionnelle, l’empathie et la pensée logique étaient également des atouts.

Entrevue avec les candidats potentiels

Les candidats recommandés ont été interviewés par PLBC de l’une des deux façons suivantes : ceux qui désiraient obtenir un poste de pair navigateur à temps plein ont été officiellement interviewés par un jury de sélection; ceux qui recherchaient un poste à temps partiel ont subi une entrevue plus informelle de style « discussion ». Cette approche a été utilisée parce que plusieurs des candidats qui voulaient travailler à temps partiel avaient une expérience limitée en ce qui concerne les curriculum vitae et les entrevues d’embauche. Afin de réduire les obstacles au processus d’embauche pour ces personnes, PLBC a utilisé une approche de « counseling narratif » lors des entrevues : la conversation informelle était encouragée et l’intervieweur utilisait le dialogue pour obtenir les renseignements nécessaires pour prendre la décision d’embauche. Dans tous les cas, les candidats ont reçu l’assurance que, peu importe à quel point leur vécu avait été difficile, cela ne réduirait pas leurs chances d’être embauchés.

Cependant, ce ne sont pas tous les candidats interviewés qui pouvaient être embauchés. Ceux qui n’ont pas été choisis se sont vu offrir du soutien individuel pour les encourager à élaborer des stratégies continues pour soutenir leur réintégration du marché du travail.

Création d’une équipe diversifiée

Avant le recrutement et les entrevues, PLBC a mené des consultations communautaires informelles en vue de déterminer la diversité appropriée pour les pairs navigateurs à recruter. L’organisme voulait savoir quelles communautés, quels groupes d’âge et quels types d’expériences les pairs navigateurs devaient représenter. Pour Vancouver, au moment particulier où ce programme a été élaboré, le « bon mélange » de personnes vivant avec le VIH était le suivant : une femme de classe moyenne, un jeune homme gai, un homme gai d’âge mûr, des personnes en sevrage à la suite d’une dépendance, une personne d’origine autochtone, et une personne parlant couramment le mandarin et/ou le cantonais.

Formation des pairs navigateurs

Les pairs navigateurs reçoivent une formation poussée, entre autres sur le traitement, la prévention et la prise en charge du VIH, sur la façon d’aider les clients à prendre leur propre santé et leurs propres soins en charge, et sur la prise en charge personnelle, par les pairs navigateurs, de leurs propres soins.

Par la suite, une grande partie de cette formation est transmise des pairs navigateurs aux clients lors de conversations. La formation est donc offerte dans un langage clair et en utilisant des diagrammes et autres outils conviviaux. L’objectif est d’amener les clients à assimiler et à retenir l’information, à développer des compétences de prise en charge personnelle et à faire des choix éclairés au sujet de leur vie et de leurs soins de santé, grâce au soutien des pairs navigateurs.

La formation porte entre autres sur les sujets suivants (pour des renseignements plus détaillés sur cette formation, veuillez communiquer avec PLBC  (voir la section Coordonnées) :

Aperçu du projet de Services de pairs navigateurs : Cet atelier retrace l’historique du programme et du travail par les pairs à PLBC. On y présente aussi les buts et objectifs du projet, ainsi que les attentes des pairs navigateurs.

Travail en équipe interdisciplinaire : Étant donné que ce programme représente un partenariat unique entre les milieux clinique et communautaire, on offre aux pairs navigateurs de l’information sur ce que cela signifie de travailler dans cet environnement. On organise une visite guidée de la clinique; le personnel clinique donne de l’information sur la structure de l’établissement et les services offerts par celui-ci, et les pairs prennent conscience de l’importance de la confidentialité dans un contexte clinique.

Ce que signifie être un pair : Les pairs navigateurs sont formés de manière à acquérir des compétences liées à la participation active des personnes vivant avec le VIH; on présente aussi des stratégies pour déterminer dans quelle mesure chaque personne est prête à remplir le rôle de pair, ainsi que des renseignements sur les limites et les déclencheurs.

Formation spécifique au travail d’intervention de proximité : Les pairs navigateurs qui effectuent du travail d’intervention de proximité se voient offrir une formation précise portant entre autres sur le travail avec l’équipe d’intervention de proximité de STOP, les compétences liées au dépistage du VIH, des renseignements sur les cliniques de dépistage du VIH et le respect de la confidentialité des renseignements provenant des clients en contexte d’intervention de proximité.

Renseignements sur les compétences liées à la lutte contre le VIH : Une partie importante de la formation des pairs a trait aux compétences liées à la lutte contre le VIH/sida. Ces renseignements sont divisés en deux sections : « Connaître le VIH » (contenu) et « Vivre avec le VIH » (processus). Ces deux sections constituent le fondement des renseignements essentiels sur le VIH que les pairs navigateurs fournissent à leurs clients.

La section « Connaître le VIH » offre l’information la plus à jour qui soit sur le VIH, y compris des stratégies de prévention et les derniers développements en matière de soins et de traitement du VIH. La section « Vivre avec le VIH » offre aux pairs navigateurs l’occasion de discuter de ce que ce module signifie dans la vie quotidienne.

Le contenu de la formation sur le VIH comprend : voir le VIH comme une invalidité épisodique; prévenir la progression de la maladie; le cycle de vie du virus; le traitement du VIH et les tests sanguins; les effets secondaires du VIH et de la TAR; les facteurs qui influencent le vieillissement prématuré; l’équation de la transmission; la divulgation; l’importance de la prise en charge personnelle en cas de séropositivité et le concept des soins centrés sur le patient.

Formation continue

En plus de la formation structurée des pairs navigateurs, ces derniers reçoivent également une formation supplémentaire pour soutenir et améliorer leurs compétences sur une base ponctuelle, notamment :

  1. Compétences en informatique (offert par un autre programme de PLBC)
  2. Formation par observation d’autres pairs navigateurs
  3. Aptitudes à la reformulation, enseignées par un psychologue
  4. Mener des conversations d’interrogation appréciative/fondées sur les forces
  5. Transfert et contre-transfert
  6. Accompagner quelqu’un qui reçoit des nouvelles catastrophiques, avec une infirmière du Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique
  7. Réduction des méfaits associés à la dépendance, avec une infirmière de VCH spécialisée dans la réduction des méfaits
  8. Options en matière de dépistage du VIH, avec l’équipe du Projet STOP
  9. Modèle trans-théorique du changement comportemental
  10. Deuil et perte
  11. Comprendre le processus de communication

Enfin, PLBC organise des déjeuners-conférences mensuels et des dîners-forums trimestriels sur des sujets liés à la santé et au VIH. Ces occasions d’apprentissage sont fournies par des médecins de la communauté et financées par les entreprises pharmaceutiques. Tous les pairs navigateurs sont tenus d’y assister.

Tous les employés à temps plein reçoivent également un montant annuel pour le perfectionnement afin d’améliorer leurs compétences en tant qu’employés.

Pour plus de renseignements sur la formation des pairs navigateurs, veuillez voir la section Matériel du programme.

Accès, par les clients, aux Services de pairs navigateurs

Les clients potentiels des Services de pairs navigateurs doivent avoir récemment reçu un diagnostic d’infection au VIH ou être des PVVIH qui ont besoin d’être soutenues et de recommencer à recevoir des soins.

Il existe de nombreuses façons d’avoir accès aux Services de pairs navigateurs. Habituellement,  les gens s’impliquent dans le programme après y avoir été aiguillés. Ces recommandations proviennent d’une variété de sources, y compris l’équipe d’intervention de proximité de STOP, qui rencontre des gens dans la rue ou dans d’autres organismes communautaires; le personnel de la clinique d’immunodéficience, qui rencontre des clients potentiels dans sa pratique clinique générale; les bureaux sans rendez-vous de PLBC, fréquentés entre autres par des personnes qui cherchent à obtenir des services de soutien, ainsi que des organismes communautaires qui connaissent bien le mandat des Services de pairs navigateurs.

Au début, toutes les recommandations allaient directement au coordonnateur du programme, qui gère la répartition du travail entre les pairs. Le coordonnateur du programme pouvait déterminer efficacement quel pair navigateur conviendrait le mieux au nouveau client. Au fil du temps, cependant, les pairs sont devenus connus à la clinique d’immunodéficience et dans le travail d’intervention de proximité, de sorte que les recommandations mentionnaient parfois un pair particulier. Dans ces cas, le coordonnateur du programme est tout de même avisé, puisqu’il aide à gérer la charge de travail des pairs. Que l’on demande un pair navigateur précis ou non, avant de jumeler un pair avec un client potentiel, le coordonnateur du programme considère les traits de caractère et les expériences clés du pair qui se rapprochent de ceux du client potentiel.

À la clinique, il n’est pas toujours nécessaire de passer par le coordonnateur du programme. Le contact entre le pair navigateur et le client peut se faire très rapidement, car un membre du personnel de la clinique d’immunodéficience peut accompagner un patient au bureau des pairs navigateurs ou, avec l’accord du patient, il peut inviter un pair navigateur à assister à son rendez-vous médical.

Prise de contact avec les pairs navigateurs de la clinique

Quand un nouveau client entre à la clinique d’immunodéficience, il doit se soumettre à un processus d’admission (habituellement une entrevue) avec une infirmière ou un travailleur social de la clinique. D’ordinaire, un pair navigateur de la clinique intervient dans le processus immédiatement après cette admission – une étape clé pour établir la confiance et assurer la continuité des soins avec le client. Le pair navigateur est en mesure de mettre à contribution son vécu dès le début. C’est parfois la première fois qu’un nouveau client rencontre une personne vivant avec le VIH. Une fois que le nouveau patient a rencontré le pair navigateur, il peut choisir de participer à ce service de façon continue. S’il décide de le faire, le client et le pair navigateur se rencontreront seul à seul, généralement peu de temps (1 ou 2 jours) après l’inscription du client au programme.

Les pairs tisseront ensuite des liens continus avec les clients et leur offriront un éventail de services. Les rencontres peuvent avoir lieu chaque semaine, toutes les deux semaines ou chaque mois, mais dans la plupart des cas, les clients se présentent sans rendez-vous. La clinique d’immunodéficience en général et les Services de pairs navigateurs plus précisément sont conçus de manière à être aussi accessibles que possible, de sorte que les clients n’ont pas besoin d’un rendez-vous pour voir leur pair navigateur.

Lorsqu’ils sont de service, les pairs navigateurs qui travaillent à la clinique d’immunodéficience sont soit dans leur bureau – avec la porte ouverte – soit dans la salle d’attente, afin d’offrir une présence amicale et non menaçante pour les personnes qui entrent à la clinique et en sortent. En se rendant accessibles, les pairs aident à repérer des ressources particulières, à combler les lacunes pour les gens qui se trouvent dans la clinique achalandée, et à impliquer les patients qui se heurtent à des difficultés dans le système de santé, y compris des aspects comme les temps d’attente et l’aiguillage.

Prise de contact avec les pairs navigateurs en intervention de proximité

Les personnes qui prennent contact avec les pairs navigateurs en intervention de proximité ne reçoivent habituellement aucun soin, ce qui n’est pas le cas des personnes qui entrent en contact avec les pairs navigateurs à la clinique d’immunodéficience, car elles reçoivent déjà une certaine forme de soins dans cet établissement. Les personnes qui prennent contact avec les pairs navigateurs en intervention de proximité sont habituellement repérées par l’équipe d’intervention de proximité de STOP ou par d’autres fournisseurs de soins de santé qui travaillent dans la communauté. Les clients en situation d’intervention de proximité appartiennent typiquement à l’une des trois grandes catégories ci-dessous :

  1. Ceux qui ont récemment reçu un diagnostic d’infection au VIH ont une capacité modérée à bonne à gérer leur propre santé et leurs soins et sont généralement stables. Ces personnes n’ont pas accès aux pairs navigateurs de la clinique d’immunodéficience parce qu’elles n’ont pas reçu leur diagnostic à cette clinique ou ne sont pas des patients de celle-ci.
  2. Ceux qui ont récemment reçu leur diagnostic d’infection au VIH et éprouvent des difficultés à prendre leur santé et leurs soins en charge. Ces difficultés sont généralement liées à la dépendance ou à des problèmes de santé mentale ou de logement précaire. Les personnes appartenant à cette catégorie peuvent n’avoir accès à aucune forme de soins de santé.
  3. Ceux qui vivent avec le VIH (et sont au courant de leur séropositivité) depuis un certain temps et éprouvent des difficultés à prendre leur santé et leurs soins en charge. Ces difficultés sont généralement liées à la dépendance ou à des problèmes de santé mentale ou de logement précaire. Les personnes appartenant à cette catégorie peuvent n’avoir accès à aucune forme de soins de santé.

Quand un client potentiel est repéré, le fournisseur de services, habituellement une infirmière en intervention de proximité, lui expliquera la valeur du programme. Si le client accepte de rencontrer un pair navigateur, une recommandation est faite au coordonnateur. Ce dernier et l’infirmière détermineront quel pair navigateur convient le mieux et si oui ou non une infirmière accompagnera le pair navigateur à sa première rencontre avec le client. Comme il s’agit d’un moment très vulnérable pour la plupart des personnes ayant récemment reçu un diagnostic, indépendamment de leur stabilité, il faut adopter des approches personnalisées avec chaque client.

Le pair navigateur prendra contact avec le client, lui expliquera son rôle et lui laissera le temps de s’exprimer. Si le premier contact se fait par téléphone ou par message texte, le pair et le client choisiront un moment et un endroit mutuellement convenables pour se rencontrer, et leur relation s’établira à partir de ce moment.

Le travail des pairs navigateurs

Un pair navigateur aide une personne vivant avec le VIH à participer activement aux décisions liées à ses soins afin d’améliorer sa santé physique et émotionnelle, et à aborder la progression de la maladie et, possiblement, à la freiner. Pour ce faire, les pairs navigateurs en milieu clinique et en intervention de proximité offrent des services similaires. Les deux fournissent des services essentiels pour assurer l’implication du client et l’arrimage aux soins et les deux aident les clients à avoir confiance dans les services sociaux et de santé. Les deux équipes facilitent le processus par lequel leurs clients acquièrent des connaissances sur le VIH et des aptitudes à la prise en charge personnelle. Ils aident à s’assurer que les personnes vivant avec le VIH, quelle que soit leur situation particulière, ne passent pas à travers les mailles du filet du système de soins de santé.

Les pairs navigateurs utilisent un modèle de relation thérapeutique, c’est-à-dire qu’ils abordent les clients là où ces derniers se trouvent et au rythme qui leur convient. Les pairs navigateurs aident les clients à explorer l’univers souvent intimidant du traitement du VIH et des services connexes, en leur offrant un éventail de services de soutien visant à leur permettre de développer des stratégies pour la prise en charge de leur santé physique et émotionnelle.

Bien qu’il n’y ait pas de relation type entre un pair navigateur et un client, ce qui suit donne un aperçu des services que les navigateurs pairs offrent souvent à leurs clients.

Offrir un soutien affectif : Bien que les pairs navigateurs ne soient pas formés pour faire du counseling, ils offrent tout de même un soutien affectif aux clients. Toutefois, si un client a besoin d’un counseling plus intensif pour résoudre d’importants problèmes de santé mentale, ils seront également aiguillés vers un travailleur social de la clinique d’immunodéficience ou un psychologue communautaire.

Communiquer les notions de base sur le VIH et le sida : Les pairs navigateurs sont formés pour renseigner leurs clients sur le VIH de façon informelle en leur fournissant de l’information sur le traitement, les soins et la transmission du virus dans des conversations seul à seul, et parfois en utilisant le matériel de formation élaboré pour le programme de pairs navigateurs. Le programme vise entre autres à briser les mythes liés au VIH en fournissant des renseignements sur les nouvelles réalités de la maladie, sa progression, sa transmission et la prévention des ITS.

Développer les aptitudes des clients à la prise en charge personnelle : Utilisant l’éducation solidaire, les pairs navigateurs abordent les aptitudes des patients en ce qui a trait à la prise en charge de leur santé physique et émotionnelle. Ils parlent aux clients des stratégies utilisées par ces derniers pour rester en bonne santé. Ils leur fournissent aussi de l’information et du soutien en ce qui concerne les stratégies de divulgation de la séropositivité (y compris des renseignements sur les droits et obligations juridiques), les stratégies de réduction des méfaits et l’importance du traitement antirétroviral pour la prévention de la transmission du VIH à d’autres personnes.

Préparer les clients à entamer une TAR : Les pairs navigateurs parlent aux clients des avantages de la thérapie antirétrovirale, les aident à comprendre le mode d’action des antirétroviraux et les notions de base des analyses sanguines courantes, et leur donnent de l’information sur le traitement afin qu’ils puissent prendre des décisions éclairées sur la pertinence d’un traitement antirétroviral et le meilleur moment pour en entamer un et l’observer. C’est un aspect très important du travail des pairs navigateurs, car il aide les clients à mieux comprendre le traitement et à déterminer s’ils sont prêts à l’entamer.

Appuyer les changements comportementaux : Les pairs appuient les changements de comportement que les clients souhaitent apporter dans leur vie afin d’avoir une plus grande stabilité. Plus précisément, les changements liés à l’usage de drogues sont soutenus par une éducation sur la réduction des méfaits, l’aiguillage vers des services de counseling pour dépendances et de soutien psychologique, ainsi que les efforts visant à améliorer le logement et à créer des espaces sécuritaires pour les clients grâce, entre autres, à la création ou au renforcement de réseaux sociaux (proches, amis, groupes de soutien, organismes communautaires).

Accompagner les clients : Les pairs navigateurs en intervention de proximité appuient également leurs clients en les accompagnant à des rendez-vous médicaux ou autres et à des réunions de groupes de soutien pour les personnes qui ont des problèmes de dépendance. Il s’agit d’un outil important pour les gens qui ont moins de stabilité dans leur vie.

Une fois que les pairs navigateurs ont communiqué les notions de base du VIH et sur la prise en charge personnelle, le client est appuyé dans ses efforts pour rester arrimé aux soins grâce à des programmes de santé supplémentaires qui répondent à ses besoins physiques, affectifs, sociaux et spirituels. Ces programmes comprennent des consultations avec des nutritionnistes, des retraites de guérison, des renseignements sur le traitement, des groupes de soutien par les pairs, des programmes de réseaux sociaux formels liés au VIH, et bien d’autres éléments.

Toutefois, étant donné que les pairs navigateurs en milieu clinique et en intervention de proximité travaillent dans des contextes très différents, certaines de leurs tâches sont différentes. La section ci-dessous présente les services supplémentaires offerts par les pairs navigateurs en milieu clinique.

Pairs navigateurs à la clinique

En tant que membres de l’équipe de soins de santé de la clinique d’immunodéficience, les pairs navigateurs jouent un rôle primordial dans la création de liens de confiance entre les clients et le système de soins de l’hôpital St. Paul et aident ainsi les clients à rester arrimés aux soins offerts par la clinique d’immunodéficience.

En plus des services offerts par tous les pairs navigateurs, ceux qui travaillent en milieu clinique offrent également les services suivants en fonction des besoins de chaque client :

Appuyer les PVVIH qui ont été admises à l’hôpital : Les pairs navigateurs en milieu clinique soutiennent non seulement les clients de la clinique d’immunodéficience, mais également les patients de l’unité 10C – l’unité de traitement du VIH de l'hôpital St. Paul. C’est là que sont admises les personnes aux prises avec des infections opportunistes liées au VIH, des tumeurs malignes, des infections liées à l’injection de drogues, des complications liées à une maladie chronique du foie (par exemple, hépatite B et C) et des effets indésirables liés au traitement antirétroviral. Lorsque les clients sont transférés pour la première fois de l’unité 10C à une clinique externe, un pair navigateur en intervention de proximité prend le relais pour s’assurer que le client demeure dans le continuum de soins au nouveau lieu de traitement.

Offrir du soutien pour les rendez-vous : Afin de favoriser un arrimage continu aux soins, les pairs navigateurs communiquent avec les patients pour leur rappeler leurs rendez-vous. Ils leur parlent également de la relation médecin/patient, du langage utilisé par les médecins, de ce que signifient des soins axés sur le patient et de la préparation d’une liste de questions que le patient pourrait avoir au sujet de sa santé afin de se préparer à son rendez-vous médical. Ils expliqueront aussi le processus d’accès aux médicaments, les formulaires de demande d’analyses sanguines et comment composer avec les longues périodes dans les salles d’attente. Ils seront présents lors des rendez-vous des clients si ces derniers en font la demande et feront avec eux une récapitulation après le rendez-vous.

Animation et soutien de groupes de discussion sur la prise en charge personnelle

Les pairs navigateurs animent aussi des groupes de prise en charge personnelle à PLBC et à la clinique d’immunodéficience. Ces groupes fonctionnent comme des groupes de soutien, offrant aux clients des occasions de bâtir leur réseau de soutien. Ces groupes aident aussi à renforcer les aptitudes à la prise en charge personnelle de la santé en matière de VIH. Ils offrent également un soutien de transition quand les clients cessent d’utiliser les services d’un pair navigateur de façon continue et acquièrent une stabilité et une autonomie accrues, tout en maintenant des liens avec la communauté de lutte contre le VIH. Les clients qui ont de la difficulté à assister aux réunions des groupes peuvent être accompagnés par un pair navigateur pour les premières réunions.

Bâtir la relation entre pair et fournisseur de soins de santé

PLBC et la clinique d’immunodéficience ont rapidement repéré les intervenants clés dans chaque organisme afin d’assurer le succès de la collaboration entre les pairs et la clinique. Ces intervenants ont été chargés de travailler ensemble pour établir des objectifs et la vision du projet, et aider à assurer le soutien continu des autres employés.

PLBC et la clinique d’immunodéficience ont fourni un soutien continu à leurs organismes respectifs pour les aider à faire face aux changements provoqués par l’arrivée des pairs dans le milieu clinique. Par exemple, les pairs, qui peuvent être des clients de la clinique dans leur vie personnelle, sont devenus des collègues du personnel de la clinique. Ce double rôle peut être difficile à gérer pour les pairs et les cliniciens pendant la période d’ajustement au changement.

Pour faire face au changement, les pairs et les fournisseurs de soins devaient être disposés à apprendre les uns des autres et à discuter de leurs approches en matière de prestation de services aux clients, ce qui représentait une courbe d’apprentissage abrupte pour les deux parties. Ces obstacles initiaux ont été réduits à mesure que le programme s’est établi et a commencé à avoir une influence positive sur les clients.

L’arrimage soutenu des clients aux soins et les résultats de santé visiblement meilleurs ont fourni les données probantes requises pour que les deux groupes constatent la valeur du programme. Quelques mois après l’élaboration du programme, la plupart des fournisseurs de soins de santé qui y participaient, ainsi que les pairs eux-mêmes, en sont venus à valoriser l’expertise des pairs navigateurs et à voir ce rôle comme un complément essentiel aux autres services offerts par la clinique d’immunodéficience et par l’entremise de l’équipe d’intervention de proximité de STOP.

Assurer la confidentialité

Le droit des clients à la confidentialité est l’une des plus importantes valeurs du programme des pairs navigateurs. Les pairs navigateurs se voient offrir une formation sur le concept de confidentialité et doivent signer des ententes de confidentialité avec PLBC et le projet STOP de Vancouver. Pour obtenir un exemplaire de la politique de confidentialité, veuillez consulter la section Matériel du programme.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.