Connectons nos programmes

ORCHID 

Asian Society for the Intervention of AIDS (ASIA)
Vancouver, Colombie-Britannique
2010

Mise en œuvre du programme

ORCHID est un programme d’intervention et de recherche qui offre des services aux travailleuses du sexe employées dans des établissements.

Des équipes de deux personnes assurent la facette intervention. L’équipe se compose d’un pair (une femme qui est ou a été travailleuse du sexe et qui est payée pour ce travail pour ORCHID) et une bénévole. Chaque équipe d’intervention contacte trois à cinq salons de massages par mois auxquels elle offre :

  • De l’information et des ressources sur le sécurisexe et sur les questions juridiques qui concernent les travailleuses du sexe
  • Une occasion pour les travailleuses du sexe de parler de ce qu’elles font avec une intervenante et d’autres travailleuses du sexe 
  • Des évaluations et des références à d’autres services sociaux et de santé offerts aux travailleuses du sexe

On parle souvent de ronde pour désigner l’ensemble des trois à cinq salons visités par chaque équipe d’intervention. 

La recherche est assurée par deux chercheurs qui se rendent dans les salons de massage pour obtenir des renseignements auprès des travailleuses du sexe et offrir des tests de dépistage des ITS et du VIH sur place. Pendant cette portion du programme, les chercheurs se rendent dans les salons de massage chaque semaine pour y offrir des tests de dépistage.

Lieu

ORCHID coordonne les interventions dans les salons de massage de Vancouver, Burnaby, Richmond et Surrey. À ce jour, ORCHID a offert ses services à 55 établissements. À tout moment, le programme est en contact régulier avec 25 à 30 salons de massage. Certains autres établissements acceptent les publications sur le sécurisexe et le matériel mais refusent d’admettre qu’ils font le commerce du sexe.

Recrutement et engagement

Intervenantes

Au départ, les pairs-intervenantes étaient recrutées par la collaboration avec une autre organisation, mais maintenant qu’ORCHID a mis en place des relations plus solides avec les femmes qui travaillent dans les salons de massage, la majorité des pairs sont recrutées directement par les équipes d’intervention.

Les intervenantes bénévoles sont recrutées à l’aide d’annonces affichées dans les universités de Colombie Britannique et Simon Fraser. Ces annonces décrivent le projet et indiquent comment contacter le coordonnateur du programme ORCHID.

Au début du programme, de nombreuses intervenantes souffraient d’épuisement professionnel parce que les gérants de salons de massage hésitaient (et beaucoup continuent à le faire) à les laisser parler à leurs employées. Les coordonnateurs du programme ORCHID ont donc changé la ronde des équipes pour s’assurer que chaque groupe reste impliqué et capable de communiquer avec les femmes dans les établissements. Les relations avec les gérants se sont améliorées au fil du temps et les intervenantes sont maintenant assignées à des rondes régulières pour conserver une certaine continuité qui aide à établir et à maintenir des relations de confiance avec les salons de massage.

Gérants de salons de massage

Pour convaincre les gérants de salons de massage de participer au programme ORCHID les équipes d’intervention commencent par avoir des conversations informelles avec eux. C’est une tâche souvent difficile car de nombreux gérants hésitent à s’impliquer par peur de conséquences légales. Les intervenantes doivent donc s’engager à long terme dans cet effort.

  • Étape 1 : Identifier les emplacements des salons de massage. 
    ORCHID le fait en lisant les sections de divertissement pour adultes dans les journaux et magazines.
  • Étape 2 : Confirmer où les services sexuels sont offerts par des femmes asiatiques
    Pour savoir quels emplacements annoncés dans les journaux et magazines emploient des travailleuses du sexe asiatiques, les administrateurs de ORCHID visitent les forums en ligne créés par et pour les clients pour discuter des services sexuels offerts et des femmes qui les offrent. Les administrateurs de ORCHID disent que les forums décrivent les femmes en termes choquants et méprisants, c’est pourquoi ce sont eux qui font ces recherches et non les bénévoles.
  • Étape 3: Contacter les salons de massage
    Pour contacter les salons de massage qui emploient des femmes asiatiques, l’équipe d’intervention remet au gérant une lettre qui explique les activités du programme ainsi qu’un petit cadeau (comme une boîte de biscuits) qui, dans la culture chinoise, est accepté comme un geste courtois faisant ainsi preuve de respect pour la culture.

    Au début de la première visite, l’équipe explique dans la langue maternelle du gérant (et parfois des femmes) le programme ORCHID et ce qu’il peut faire pour l’établissement. Elle lui remet une trousse d’intervention et indique qu’ORCHID peut leur rendre visite une fois par mois pour leur remettre du matériel. Les visites individuelles sont essentielles pour gagner la confiance du salon. Les appels téléphoniques sont mal reçus et les envois de littérature par la poste sont mal compris par le gérant et sont facilement perdus, ignorés ou jetés.

    Si un salon ne manifeste aucun intérêt à la première visite, l’équipe d’intervention n’insiste pas. Elle quitte les lieux et y retourne un mois plus tard. Pendant les quelques premières visites, les intervenantes devraient porter un t-shirt ORCHID et apporter la littérature ORCHID, les cartes de droits, de petits sacs contenant des condoms et du lubrifiant et une trousse d’intervention.    

  • Étape 4: Maintenir l’engagement
    L’équipe d’intervention visite chaque salon de massage de sa ronde une fois par mois. Il n’est pas rare que les intervenantes rencontrent le gérant régulièrement pendant un an ou plus avant d’être autorisées à communiquer directement avec les travailleuses du sexe.

Depuis le lancement d’ORCHID, de plus en plus de gérants acceptent de recevoir les équipes d’intervenantes dans leurs locaux à mesure que la réputation de confiance du programme s’établit auprès des propriétaires et des travailleuses du sexe.

Une fois qu’une équipe a gagné la confiance du gérant, elle peut s’organiser pour visiter l’établissement quand il n’y a pas trop de monde pour parler aux employées. Le meilleur moment varie selon le salon et son emplacement géographique.

Pour en savoir plus sur la manière de convaincre les gérants de salon de massage, veuillez lire ORCHID Outreach Dos and Don’ts dans la section Matériel du programme.

Travailleuses du sexe

Une fois que l’équipe d’intervention est autorisée à entrer dans le salon de massage, elle offre de menus cadeaux aux femmes qui ne sont pas avec des clients comme geste de respect culturel et elle leur parle du programme ORCHID, de questions de santé sexuelle et juridiques. Elle leur remet des condoms et du lubrifiant gratuits dans des petits sacs de style chinois ainsi que des brochures sur des questions de santé sexuelle et  juridiques. Les intervenantes encouragent les femmes à parler parce que souvent, c’est une occasion pour elles d’obtenir des informations sur leur santé sexuelle, de recevoir gratuitement du matériel pour le sécurisexe et de poser des questions de manière confidentielle.

Formation

Les pairs et les bénévoles suivent une session de formation initiale ORCHID de trois heures qui offre une introduction aux ITS courantes et au VIH, propose des techniques pour approcher les salons de massage et transmettre des informations aux femmes asiatiques employées par les salons de massage comme travailleuses du sexe.

Les techniques enseignées ont été élaborées pendant le programme. Par exemple, si le salon de massage affirme qu’il n’y a pas de commerce de sexe sur les lieux, les sacs de style chinois contenant du matériel de sécurisexe sont offerts aux femmes en suggérant qu’elles l’utilisent dans leur vie personnelle.

Des ateliers de formation approfondissent les sujets abordés dans la session initiale. Ces ateliers-discussions expliquent comment traduire l’information et travailler en équipe pour atteindre les travailleuses du sexe. Les préoccupations des intervenantes sont abordées pendant ces ateliers et régulièrement signalées aux coordonnateurs du programme.

Pour plus de renseignements sur les méthodes de formation ORCHID, se référer à la section Matériel du programme et communiquer avec ORCHID.

Intervention dans les salons de massage

Une fois qu’une relation a été établie avec les travailleuses du sexe selon la stratégie de recrutement et d’engagement ORCHID, l’équipe d’intervention rencontre les femmes pour déterminer ce qu’elles savent sur la santé sexuelle et les questions de droit. Les visites suivantes sont organisées pour éduquer les femmes sur ces sujets et d’autres pour lesquels elles auraient demandé de l’information. En général, l’équipe visite chaque salon une fois de plus pour déposer du matériel supplémentaire de sécurisexe.

La relation entre le salon et l’équipe et l’atmosphère de la visite varient d’un endroit à l’autre et d’une visite à l’autre. Dans certains salons, les intervenantes restent assez longtemps pour forger des relations et avoir des conversations éducatives, mais dans d’autres, elles ont juste assez de temps pour un échange rapide d’information et la remise des paquets. Là où les conversations sont autorisées, les intervenantes passent plus de temps avec les femmes, discutent avec elles de stratégies pour négocier des rapports sexuels plus sécuritaires et leur expliquent leurs droits en matière juridique et soins de santé.

Quelle que soit la durée de la visite, l’équipe d’intervention doit :

  • Remettre les paquets dès son arrivée
  • Demander au salon si les affaires marchent bien et déterminer s’il y a eu récemment des problèmes avec la police
  • Déterminer si la visite d’une infirmière de rue, des tests de dépistage d’ITS et /ou d’ateliers sur les ITS et le sécurisexe sont nécessaires

Sujets et ressources offerts par l’équipe d’intervention :

  • Réponses aux questions sur la santé sexuelle
  • Brochures éducatives sur la santé sexuelle
  • Matériel de sécurisexe dans des sacs de style chinois
  • Information sur les droits des travailleuses du sexe
  • Références et soutien en matière de soins de santé
  • Services d’interprétation et de traduction

En se basant sur les commentaire de la clientèle ciblée, ORCHID prévoit élargir ses efforts d’intervention et inclure des programmes à l’intention des femmes nouvelles dans le travail du sexe, car ces dernières doivent relever des défis encore plus grands que leurs collègues plus expérimentées.

Il y a aussi des projets de rédiger des brochures sur le sécurisexe destinées aux gérants de salons de massage et aux clients. De plus, des ateliers extérieurs d’autodéfense sont en cours d’élaboration pour aider les femmes à négocier du sécurisexe avec les clients agressifs.

Après avoir établi cette relation critique avec les travailleuses du sexe et leur employeur, l’équipe d’intervention demande si l’équipe de recherche ORCHID peut entrer dans l’établissement. Cette demande est toujours faite auprès du gérant par l’équipe d’intervention ou par le coordonnateur du programme qui insistent sur le fait que l’équipe de recherche est sûre, ne porte pas de jugement et aide les travailleuses du sexe en leur offrant des services de santé. De plus, toutes les femmes participantes reçoivent une rémunération qui sert aussi de prime d’encouragement. Par conséquent, de nombreux salons acceptent de recevoir l’équipe de recherche.

Une fois qu’elle peut entrer, l’équipe de recherche composée de deux personnes demande aux femmes de remplir un questionnaire démographique qui identifie les caractéristiques clés des femmes asiatiques employées comme travailleuses du sexe dans les salons de massage et évalue ce qu’elles savent des risques liés au VIH et aux ITS. Les chercheurs offrent aussi sur place des tests de dépistage rapide des ITS et du VIH.

Les résultats des tests de dépistage rapide du VIH sont donnés immédiatement. Les résultats des tests de dépistage des ITS sont remis aux femmes dans la semaine. Les traitements sont expliqués lors de counselling pré-test et de counselling post-test en cas de résultat positif. À ce jour, il n’y a pas eu de test positif pour le VIH. Si une femme a besoin d’être traitée pour une ITS, l’équipe de recherche fournit le traitement. Lorsque cela est impossible (comme pour les verrues, par exemple), elle remet à la femme une lettre explicative requérant le traitement, que cette dernière peut remettre à un médecin. Pour plus de renseignements sur les tests administrés, veuillez vous référer à la section Matériel du programme.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.