Connectons nos programmes

Programme Making the Links 

Hassle Free Clinic
Toronto, Ontario
2018

Mise en œuvre du programme

Le programme Making the Links est offert aux clients de la Hassle Free Clinic s’identifiant comme des hommes gais, bisexuels et HARSAH. Dans la mesure du possible, la clinique accepte aussi les cas référés de sources externes. Le programme inclut jusqu’à huit (avec une certaine latitude) séances de counseling gratuites, confidentielles et individuelles, de l’aiguillage vers un médecin et (ou) des services de soutien communautaires et du soutien continu pour naviguer les services sociaux et le système de soins de santé.

Programme de prévention

Les clients s’identifiant comme des hommes gais, bisexuels et HARSAH qui pratiquent des activités sexuelles à risque élevé et qui ont reçu un résultat de test négatif au VIH peuvent participer au programme pour les aider à demeurer séronégatifs. Les clients peuvent déterminer eux-mêmes s’ils estiment prendre plus de risques sexuels qu’ils le souhaitent, ou encore les médecins ou les conseillers peuvent déterminer les clients à aiguiller en raison de leurs activités à risque élevé. Si les clients y consentent, leurs coordonnées sont transmises au gestionnaire de programme/conseiller qui les contacte par téléphone ou courriel.

Le client et son conseiller fixent un premier rendez-vous durant lequel ils discutent des besoins du client. Aux fins du programme, le client doit remplir un formulaire officiel d’orientation qui comprend ses antécédents détaillés en matière de santé mentale et physique, les enjeux sur lesquels le client aimerait travailler ou dont il souhaite discuter ainsi que l’information sur les sujets qui lui sont pertinents. Un formulaire de consentement, un énoncé de respect de la vie privée et de confidentialité ainsi qu’un document sur les politiques et les procédures font également partie du processus d’orientation.

Le Programme de prévention aborde les enjeux qui amènent les clients à adopter des comportements sexuels à risque élevé (p. ex. : antécédents de traumatisme, intimidation, homophobie internalisée), tout en tenant compte des problèmes syndémiques entourant le VIH. Le Programme de prévention comprend souvent plus de séances que le Programme de suivi en raison de la nature des sujets discutés (c.-à-d. de nombreux clients bénéficient de huit séances de counseling ou plus). Les sujets discutés lors des séances de counseling incluent souvent :

  • Les dépendances;
  • L’estime de soi et le sentiment de sa propre valeur;
  • Les traumatismes sexuels et les autres types de traumatismes;
  • La dépression et l’anxiété.

Les clients du Programme de prévention peuvent également être aiguillés vers des services médicaux et (ou) sociaux et des ressources communautaires tout au cours de leur participation au programme. Dans le cadre du Programme de prévention, les clients sont fréquemment aiguillés vers une thérapie à long terme (p. ex. : psychothérapie individuelle), des services de counseling spécialement pour les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans, transsexuelles, bispirituelles et intersexuées se préoccupant de leur consommation de drogues et d’alcool, des groupes de soutien adressant l’image corporelle ou les dépendances, la prophylaxie pré-exposition et vers différents groupes de soutien communautaires.

Grâce à des bilans réguliers, on peut déterminer si les clients sont prêts à quitter le Programme de prévention, toutefois ces derniers peuvent continuer à nécessiter d’autres formes de soutien. Si les clients nécessitent des services à long terme, le conseiller peut les aider à avoir accès à ces services. Il peut également aiguiller des clients vers d’autres programmes communautaires en fonction des besoins identifiés afin de s’assurer qu’ils obtiennent le soutien dont ils ont besoin au moment de quitter le programme.

Programme de suivi

Lorsqu’un client gai, bisexuel, HARSAH reçoit un résultat positif au VIH à la suite d’un test de dépistage rapide effectué à la Hassle Free Clinic ou à l’une de ses cliniques satellites, on lui offre l’occasion de participer au programme Making the Links. La plupart des cas référés au programme Making the Links proviennent de la Hassle Free Clinic et de ses sites satellites, bien que le programme accepte également des cas d’organismes extérieurs. Les organismes extérieurs incluent les cliniques d’immigration, les services d’urgence des hôpitaux, les bureaux de soins primaires et d’autres types de cliniques où le dépistage est offert.

Si les clients y consentent, leurs coordonnées sont transmises au gestionnaire de programme/conseiller qui les contacte par téléphone ou courriel. Les clients sont normalement aiguillés vers le programme Making the Links en moins d’une semaine. Cependant, si le gestionnaire du programme se trouve en clinique au moment du dépistage, il peut diriger les clients en personne le jour même.

Lors de la première visite, le client et son conseiller discutent des besoins du client et le conseiller remplit un formulaire d’orientation indiquant quel type de soutien recherche le client. La première conversation peut également inclure une discussion sur les types de soutien dont bénéficie déjà le client et d'autres facteurs importants, comme son statut pour les assurances. Cette information peut être utile pour déterminer le type d’aiguillage qui sera effectué. Un formulaire de consentement, un énoncé de respect de la vie privée et de confidentialité ainsi qu’un document sur les politiques et les procédures font également partie du processus d’orientation. 

Il se peut que les clients ne possèdent pas de médecin de soins primaires qui soit compétent en matière de soins liés au VIH, le programme s’efforce donc d’aiguiller les clients vers un médecin spécialisé en VIH. Le premier rendez-vous avec un médecin de soins primaires spécialisés en VIH est normalement fixé dans les 10 jours à deux semaines suivant le test de dépistage rapide du VIH du client. Le programme permet également d’aiguiller les personnes nouvellement diagnostiquées vers d’autres services sociaux et de santé, tels des organismes de lutte contre le VIH (p. ex. : AIDS Committee of Toronto, Toronto People with AIDS Foundation), des organismes de santé mentale (p. ex. : le Centre de toxicomanie et de santé mentale, l’Hôpital St-Michael), la HIV & AIDS Legal Clinic of Ontario, des services d’aide au revenu et d’assurance-médicaments ainsi que des ressources communautaires pertinentes aux clients par le biais d’aiguillage cordial (p. ex. : via un courriel présentant le client).

Le Programme de suivi inclut du counseling offert après le test de dépistage. Les sujets discutés lors du counseling varient et sont adaptés aux besoins du client, identifiés lors de la première séance. Dans le Programme de suivi, les clients nécessiteront souvent seulement une ou deux séances pour parler avec le conseiller et être aiguillés vers les fournisseurs de santé et de services sociaux nécessaires. Si d’autres problèmes se présentent nécessitant le soutien d’un conseiller (p. ex. : sentiment d’isolement), les clients peuvent rencontrer un conseiller pour des séances supplémentaires. Parmi les sujets discutés lors du counseling, notons :

  • bilan avec les clients après leur diagnostic pour voir où ils en sont;
  • soutien pour les clients afin qu’ils expriment leurs sentiments et leurs pensées ainsi que l’occasion d’offrir de l’éducation et de les rassurer;
  • discussion sur les approches de traitements (p. ex. : questions sur les médicaments, l’assurance-médicaments) et à quoi s’attendre pendant les deux premiers mois;
  • discussion sur la façon dont le diagnostic du client l’affecte.

À mesure que les clients sont aiguillés vers les services dont ils ont besoin, ces derniers quittent peu à peu le programme. Le conseiller du programme effectue des bilans qui aident à déterminer si le client se sent appuyé et s’il souhaite obtenir du soutien additionnel. Les cas sont référés vers les services médicaux et (ou) sociaux ainsi que vers les ressources communautaires tout au cours de la période où le client participe au programme. Chaque client quitte le programme à un moment différent. Le conseiller fait un suivi avec le client dans les trois mois, six mois et un an après le début du traitement anti-VIH afin d’évaluer les obstacles aux soins et d'aider le client à les franchir.