Connectons nos programmes

Clinique d’immunodéficience 

L’hôpital St. Paul
Vancouver, Colombie-Britannique
2013

Évaluation du programme

La clinique est fondée sur une culture d’amélioration continue de la qualité, et les programmes et services qu’elle offre sont fréquemment évalués en vue d’améliorer l’expérience des patients.

Les activités d’évaluation de la clinique peuvent se diviser en deux grandes catégories :

  1. amélioration continue de la qualité
  2. évaluation du projet STOP

Amélioration continue de la qualité

L’équipe d’amélioration de la qualité de l’IDC se réunit chaque mois pour analyser les données sur l’amélioration de la qualité saisies par la clinique et utilise ces données pour améliorer les services existants ou en ajouter de nouveaux, en fonction des besoins des patients. L’équipe aide aussi des équipes ou programmes précis au sein de la clinique à établir des indicateurs appropriés pour évaluer leurs propres services.

La satisfaction des patients est évaluée par un groupe consultatif de patients. Afin de rendre le groupe aussi accessible que possible, tous les deux mois, on invite les patients à formuler des commentaires sur les services et programmes de la clinique et à partager leurs expériences. De la nourriture est offerte à toute personne qui se présente à la réunion.

Évaluation du projet STOP

Avec la mise en œuvre du projet STOP, la clinique a analysé les données qu’elle a recueillies pour mesurer sa réussite en fonction de plusieurs indicateurs, dont le nombre de clients sous traitement antirétroviral pour qui le traitement était indiqué sur le plan clinique, le nombre de personnes ayant récemment eu une mesure de leur compte CD4 et de leur charge virale et le nombre de patients impliqués dans leurs soins.

L’analyse a révélé que plusieurs patients de l’IDC étaient tombés entre les mailles du filet et que la clinique avait besoin d’un processus pour les réintégrer. En conséquence de cette analyse, l’IDC a adopté une approche proactive – appels téléphoniques, lettres, recours à l’équipe de gestion de cas au besoin – pour impliquer de nouveau ces clients.

Pairs navigateurs

Le programme de pairs navigateurs a été évalué sur les plans quantitatif et qualitatif en vue de déterminer son efficacité à aider les patients à s’impliquer dans leurs soins. En suivant la fréquence des séances entre navigateurs et clients et en demandant aux clients de donner une cote à leur expérience avec les navigateurs et à leur propre niveau de connaissance du VIH, la clinique a déterminé que la plupart des clients avaient une plus grande confiance en soi et une meilleure connaissance du VIH et de la façon de le prendre en charge à la suite de leurs interactions avec les pairs.

La clinique a aussi évalué son partenariat avec l’équipe d’intervention de proximité du projet STOP, l’unité de soins aigus du VIH de l’hôpital St. Paul et les pairs navigateurs. Cette évaluation a révélé que le personnel clinique appréciait la présence de pairs au sein de leurs équipes parce qu’ils offrent un soutien et de l’information en puisant dans leur expérience de vie avec le VIH.

Tests de dépistage sur place

L’a clinique d’immunodéficience John Ruedy recueille des données quantitatives sur l’initiative de tests de dépistage sur place, y compris le nombre de tests effectués et le nombre de résultats positifs. Le personnel recueille aussi des données sur l’endroit où les gens ont entendu parlé de ce service et pourquoi ils ont choisi la clinique pour un test de dépistage rapide. Jusqu’à présent, les résultats indiquent que 50 pour cent des gens ont pris connaissance du service sur Internet et que bon nombre des patients préfèrent subir leur test en milieu hospitalier parce qu’il protège mieux leur anonymat qu’une clinique de santé sexuelle ou le cabinet de leur médecin de famille.

Équipe de santé mentale

Depuis novembre 2012, l’équipe de santé mentale se contente de recueillir des données quantitatives sur le nombre de personnes aiguillées vers ses services et le nombre de personnes en transition vers d’autres services de santé mentale. Ces données sont recueillies en vue de déterminer si l’équipe doit s’élargir et si elle devrait former des partenariats avec d’autres services et organismes pour offrir aux patients un soutien en santé mentale.

Gestion intensive de cas

Depuis novembre 2012, la clinique s’occupe à peaufiner son service de gestion des cas et à créer de nouveaux critères d’évaluation afin de mieux mesurer les résultats obtenus par les patients.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.