Connectons nos programmes

Autour de la table de cuisine 

Chee Mamuk Aboriginal Program, BC Centre for Disease Control
Colombie-Britannique
2010

Raison d'être du programme

Les autochtones, et surtout les femmes, sont affectés de manière disproportionnée par le VIH/sida. D’après le Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique, bien que les autochtones représentent environ 5 % de la population totale de la C.-B., les femmes autochtones représentaient 24 % de tous les nouveaux cas d’infections au VIH en 2009.

Étant donné l’héritage du colonialisme et l’asservissement historique des communautés autochtones, les femmes autochtones doivent surmonter de multiples défis et obstacles à leur santé. La pauvreté, une nutrition inadéquate, un manque d’éducation et un niveau élevé de violence affective et physique font des femmes autochtones l’une des populations les plus vulnérables. Les femmes autochtones ont également moins facilement accès aux services de soutien, ce qui les rend plus susceptibles de contracter le VIH.

Dans ce contexte, Chee Mamuk implique les communautés locales et éduque les femmes autochtones (souvent des employées des services sociaux et de santé) sur le VIH, les ITS et l’hépatite d’une manière non seulement culturellement pertinente, mais qui renforce aussi leur sentiment d’identité culturelle ainsi que leur capacité d’éducatrice et de modèle au sein de leur communauté traditionnelle.

À ce jour, Autour de la table de cuisine a mis en place deux cycles (2004-2007 et 2008-2010) au cours desquels les employés du programme ont organisé des ateliers de formation qui tenaient compte des différences culturelles pour les animatrices locales. Celles-ci ont ensuite transmis cet enseignement dans leurs communautés de la Colombie-Britannique, aussi bien à Vancouver que dans les communautés isolées. Autour de la table de cuisine en est à son troisième cycle avec cinq communautés en cours de formation et soutenues en 2010-2011.

Six communautés ont participé au premier cycle. Quatre d’entre elles continuent à animer des activités. Le deuxième cycle du projet comptait cinq communautés, trois dans le nord-ouest de la C.-B., une dans l’intérieur et une dans le centre-ville est de Vancouver. Le troisième cycle implique deux communautés de l’Île de Vancouver, une du nord de la C.-B., une du sud-est et une de l’intérieur.

Au départ, Chee Mamuk s’est occupé de tout le financement de la mise en place communautaire. Toutefois, à la suite de difficultés associées à l’éloignement de certaines communautés participantes, comme la distribution rapide de fonds à mesure des besoins, chaque communauté reçoit maintenant un petit budget (2 500 $) qu’elle contrôle. Les communautés doivent dire comment ces fonds sont utilisés. Chee Mamuk continue à promouvoir le programme, à former et à soutenir les animatrices dans les communautés et à distribuer le matériel de formation et de promotion.