Vision positive

hiver 2014 

Comment déjouer un problème de thyroïde

Une affection non traitée de la thyroïde, glande en forme de papillon, peut avoir un impact significatif sur votre corps et votre vie quotidienne. Découvrez comment en reconnaître les signes et ce que vous pouvez faire pour y remédier.

par Michelle Foisy

Des centaines de millions de personnes dans le monde en ont un. Tout comme environ un Canadien sur 10 — bien que la moitié d’entre nous n’en soyons pas conscients. Nous parlons ici d’un problème de la thyroïde.Butterfly

Un problème de thyroïde peut être si banal que vous ne le remarquez même pas ou il peut affecter votre apparence, votre état de santé et votre comportement. Lorsque cette petite glande située à la base du cou ne fonctionne pas adéquatement, elle peut occasionner des troubles de la fertilité, des maladies cardiaques, le diabète, l’arthrite ainsi que bien d’autres problèmes de santé. Elle peut aussi affecter votre humeur : une thyroïde hyperactive peut vous rendre anxieux et irritable tandis qu’une insuffisance thyroïdienne peut vous rendre fatigué et déprimé.

Il semble que les gens vivant avec le VIH soient légèrement plus susceptibles que la population générale à développer un problème de la thyroïde, même si la plupart n’éprouveront jamais un quelconque trouble thyroïdien. Quoi qu’il en soit, c’est l’une de ces choses dont il vaut mieux être au courant, car il existe des traitements qui permettent de gérer efficacement ces troubles. Ainsi, les personnes qui sont mieux en mesure de détecter les signes d’un déséquilibre thyroïdien pourront plus rapidement se prêter à un dépistage et, le cas échéant, prendre des mesures pour corriger le déséquilibre.

Voici deux récits mettant en lumière des troubles de la thyroïde susceptibles d’affecter les personnes vivant avec le VIH. L’hypothyroïdie de Selena est plus répandue alors que la maladie de Patrick, elle, est relativement peu fréquente.

Selena, 32 ans, a reçu son diagnostic de VIH il y a cinq ans et a alors entrepris une thérapie antirétrovirale (TAR) dans les mois qui ont suivi son diagnostic. Lors de sa dernière visite à la clinique du VIH, elle a indiqué se sentir fatiguée et léthargique et avoir pris 10 livres au cours des derniers mois malgré un régime stable. Les analyses sanguines ont confirmé une insuffisance thyroïdienne (appelée hypothyroïdie) attribuable à son infection par le VIH ou aux médicaments anti-VIH qu’elle prenait. En guise de traitement, son médecin lui a prescrit un supplément d’hormone thyroïdienne. Deux mois plus tard, Selena se sentait déjà plus énergique et avait même commencé à s’entraîner. Ses analyses sanguines subséquentes ont montré que l’état de sa thyroïde s’était stabilisé.

Quand Patrick, 40 ans, a reçu son diagnostic de VIH, son système immunitaire était extrêmement affaibli. Comme son compte de CD4 n’était plus que de 50, il a entrepris immédiatement un traitement anti- VIH. Sa réponse au traitement a été formidable au point que son taux de CD4 est rapidement remonté à 300 en un an. Cependant, 19 mois plus tard, il s’est mis à éprouver de nouveaux symptômes : il avait constamment très chaud et transpirait abondamment. Il était irritable et tremblotant et, même en l’absence de toute consommation de café, son cœur battait comme s’il faisait « un mauvais voyage de caféine ». Au cours de l’année précédente, il s’était beaucoup efforcé à prendre du poids, mais il avait perdu quelques livres depuis peu, en dépit du fait qu’il mangeait presque constamment. Sur la base de la description que Patrick a faite de ses symptômes et des résultats d’une analyse sanguine, son médecin lui a diagnostiqué un type de thyroïde hyperactive (hyperthyroïdie) connue sous le nom de maladie de Graves, probablement déclenchée par la forte réponse de son système immunitaire à son traitement anti-VIH. Patrick s’est vu prescrire une hormonothérapie thyroïdienne et un autre médicament pour ralentir son rythme cardiaque et atténuer ses tremblements. Au bout de quelques mois de ce traitement, ses taux d’hormones thyroïdiennes se sont stabilisés et il s’est senti redevenir lui-même.

Fonctionnement de la thyroïde

La thyroïde est une glande de petite taille en forme de papillon située à l’avant du cou, tout juste sous la pomme d’Adam et au-dessus de la clavicule. Elle produit deux hormones thyroïdiennes, la thyroxine (T4) et la triiodothyronine (T3), qui influent sur le métabolisme. Elles contrôlent la manière dont notre corps emmagasine et utilise l’énergie et participent à la régulation de l’humeur et du poids.

La libération des hormones thyroïdiennes dans la circulation sanguine est un processus complexe, régi par plusieurs glandes et hormones de notre corps. L’une de ces hormones, la thyréostimuline (ou TSH), sécrétée par l’hypophyse, petite glande qui se situe à la base du cerveau, régule la quantité d’hormones que libère la thyroïde dans la circulation sanguine.

Lorsque la thyroïde ne sécrète pas suffisamment d’hormones, il s’ensuit un ralentissement du métabolisme, comme pour Selena, et on parle alors de thyroïde insuffisamment active, ou d’hypothyroïdie. L’hypothyroïdie est souvent difficile à reconnaître, car beaucoup de ses symptômes ne sont pas spécifiques à la maladie thyroïdienne et peuvent être causés par d’autres problèmes de santé que les personnes vivant avec le VIH peuvent avoir.

Les symptômes les plus courants de l’hypothyroïdie, qui se développent généralement lentement au fil du temps, sont la fatigue, le gain de poids, la sécheresse de la peau et du cuir chevelu donnant lieu à des cheveux cassants, un amincissement capillaire et la calvitie. Les autres symptômes comprennent : sensation facile de froid, ralentissement du rythme cardiaque, ongles cassants, voix rauque, engourdissement ou picotements des mains et/ou des pieds (sensation nette de fourmillements), constipation, diminution de la capacité à transpirer, dépression et troubles de mémoire. Certaines personnes vont également développer une thyroïde qui a visiblement grossi, appelée goitre.

À l’autre extrémité du spectre, certaines personnes, comme Patrick, produisent trop d’hormones thyroïdiennes en raison d’une hyperactivité de la thyroïde, dite hyperthyroïdie. Au lieu d’un ralentissement comme cela se produit dans le cas de l’hypo-thyroïdie, il y a accélération du métabolisme. L’hyper-thyroïdie est généralement associée à une augmentation du volume de la thyroïde et peut entraîner une accélération du rythme cardiaque, une perte de poids, des tremblements, de l’anxiété et une augmentation de l’appétit. Les autres symptômes incluent des yeux globuleux, une intolérance à la chaleur, la peau moite et chaude, une transpiration excessive, des palpitations cardiaques, de la faiblesse musculaire et des selles fréquentes.

Médicaments susceptibles d’influer sur la thyroïde

Médicament

Effet

ritonavir (Norvir, aussi dans le Kaletra)

le médicament pour le cœur amiodarone (Cordarone)

le médicament anti-hépatite C interféron alpha (Pegasys, Pegetron)

le médicament antituberculeux rifampine (Rifadin, Rifater)

les médicaments anticonvulsivants carbamazépine (Tegretol), phénytoïne (Dilantin) et phénobarbital

le médicament anti-manie lithium (Carbolith)

les médicaments antihyperthyroïdiens* méthimizole (Tapazole) et propylthiouracil (Propycil)

hypothyroïdie

d4T (stavudine, Zerit)

forme légère d’hypothyroïdie donnant lieu soit à des symptômes très bénins, soit à une absence totale de symptômes

éfavirenz (Sustiva, Atripla)

le médicament pour le cœur amiodarone (Cordarone)

le médicament anti-hépatite C interféron alpha (Pegasys, Pegetron)

les agents de contraste iodés (parfois utilisés dans les tests d’imagerie)

le médicament antihypothyroïdien* lévothyroxine (Synthroid, Eltroxin)

hyperthyroïdie

*Lorsque la dose d’un médicament utilisé pour traiter l’hyper­thyroïdie est trop élevée, elle peut entraîner l’hypothyroïdie. Inversement, lorsque la dose d’un médicament utilisé pour traiter l’hypothyroïdie est trop élevée, il peut s’ensuivre une hyperthyroïdie.

Qui risque d’avoir une maladie de la thyroïde?

N’importe qui peut développer un problème de thyroïde, mais les femmes y sont beaucoup plus susceptibles que les hommes et les personnes âgées plus que les jeunes. Les personnes séropositives peuvent également présenter des taux légèrement plus élevés d’anomalies de la thyroïde que la population générale en raison de changements survenus au niveau du système immunitaire et causés par le VIH ou à cause de certaines infections et de cancers. Les antirétroviraux et les médicaments utilisés pour traiter certaines maladies qui sont plus fréquentes chez les personnes séropositives, telles l’hépatite C et la tuberculose, peuvent également affecter la fonction thyroïdienne (voir « Médicaments susceptibles d’influer sur la thyroïde » pour une liste de certains médicaments à surveiller).

Le Dr Stephen Shafran, spécialiste des maladies infectieuses du Centre hospitalier universitaire de l’Alberta à Edmonton, dit : « Dans l’ensemble, la maladie thyroïdienne n’est pas particulièrement fréquente parmi les personnes vivant avec le VIH, peut-être parce qu’elle est beaucoup plus répandue chez les femmes que chez les hommes et, qu’au Canada, le rapport hommes-femmes des cas d’infection à VIH est d’environ 3 : 1 ». Il précise également que, dans sa pratique anti-VIH, il voit plus de cas d’hypothyroïdie que d’hyperthyroïdie.

Cause à effet

La cause la plus fréquente de l’hypothyroïdie est appelée thyroïdite de Hashimoto; il s’agit une maladie auto-immune qui fait en sorte que les cellules immunitaires de la personne atteinte vont endommager sa thyroïde. La carence en iode, la chirurgie de la thyroïde, la radiothérapie pour traiter les cancers de la tête et du cou, ainsi que d’autres troubles endocriniens entrent généralement en ligne de compte dans le diagnostic de l’hypothyroïdie. Pour les personnes en phase avancée de l’infection au VIH, les médecins peuvent aussi tenir compte des infections ou cancers susceptibles d’envahir la thyroïde.

Bien que ce soit rare, les personnes séropositives peuvent développer une forme d’hyperthyroïdie appelée maladie de Graves, un à trois ans après le début de leur TAR en raison de la forte réaction de leur système immunitaire. À la suite de l’amorce du traitement anti-VIH, il y a eu amélioration du système immunitaire de Patrick, mais sa réponse aux médicaments était si forte qu’elle a favorisé la production d’anticorps; ceux-ci ont provoqué l’hyperactivité de sa thyroïde qui, en réaction, s’est mise à produire trop d’hormones.

Un certain nombre de médicaments peuvent également influer sur la thyroïde, ce qui est une raison de plus pour que les personnes séropositives n’oublient pas de mentionner à leur médecin et à leur pharmacien tous les médicaments qu’elles prennent.

Cerner le problème

Diagnostiquer un problème de thyroïde est la clé pour se sentir mieux et prévenir la survenue d’autres problèmes. Si l’hypothyroïdie de Selena n’avait pas été diagnostiquée, son manque d’énergie et son gain de poids auraient continué à taxer sa qualité de vie et son sentiment de bien-être. Quant à Patrick, si sa maladie de Graves était demeurée sans traitement en l’absence d’un diagnostic, il aurait développé des complications plus graves comme des maladies du cœur et une perte de la masse osseuse à long terme.

Heureusement pour ces deux personnes, le diagnostic d’une maladie de la thyroïde repose généralement sur la reconnaissance pure et simple des symptômes, un examen physique et des analyses sanguines. Les analyses de sang qui révèlent un taux bas de thyroxine et un taux élevé de TSH dénotent une hypothyroïdie. Quant aux tests sanguins qui révèlent un taux élevé de thyroxine et un taux bas de TSH, ils indiquent une hyperactivité de la thyroïde. (Pour tirer au clair les cas les plus complexes, d’autres tests comme une scintigraphie thyroïdienne ou une biopsie de la thyroïde peuvent être ordonnés.)

Compenser le déséquilibre

Le Dr Shafran fait remarquer que le traitement d’une insuffisance thyroïdienne a tendance à être plus simple que celui d’une thyroïde hyperactive : « l’hypothyroïdie se gère facilement avec la lévothyroxine [Synthroid, Eltroxin], médicament qui est disponible en de nombreuses concentrations ». D’autre part, dit-il, « la gestion de l’hyperthyroïdie tend à être plus complexe et les patients doivent être traités par un endocrinologue, médecin qui se spécialise dans le traitement des problèmes hormonaux ». En cas d’hyperthyroïdie, deux types de médicaments sont généralement prescrits : une hormonothérapie thyroïdienne et un médicament pour le cœur appelé bêtabloquant, pour enrayer les symptômes inconfortables tels que les battements rapides ou irréguliers de cœur et les tremblements. Parfois, on prescrit un traitement par iode radioactif afin de supprimer les cellules thyroïdiennes responsables de l’hyperactivité. La plupart des patients qui reçoivent de l’iode radioactif deviennent, en fin de compte, hypothyroïdiens et nécessitent alors un traitement par lévothyroxine.

Pour traiter l’hypothyroïdie, la lévothyroxine est le médicament le plus couramment prescrit (voir « Conseils pour les utilisateurs de lévothyroxine »). Pour veiller à ce que votre traitement donne les résultats voulus, votre équipe de soins de santé en surveillera les effets pour s’assurer que vos symptômes s’améliorent et que votre taux d’hormones revient à la normale. Le taux de TSH se normalisera habituellement au bout de quelques semaines de traitement. S’il reste élevé, cela signifie que la dose de lévothyroxine est trop faible. La dose pourra alors être augmentée progressivement jusqu’à ce que la TSH se normalise. La patience est nécessaire car cela peut prendre plusieurs semaines, voire quelques mois, pour arriver à établir la bonne dose et ainsi obtenir le soulagement des symptômes. Une fois que votre traitement se sera stabilisé, votre médecin vous recommandera sans doute de continuer la prise de cette dose et de faire surveiller vos taux régulièrement.

La bonne nouvelle, c’est que les maladies de la thyroïde sont aisément gérables et assez simples à diagnostiquer et à traiter. En matière de prévention, la meilleure chose qu’on puisse faire pour rester en bonne santé est de signaler tous les symptômes inhabituels à son équipe de soins. Pour les personnes suivant une TAR, le risque que la thyroïde soit affectée demeure plutôt mince et la plupart des gens continuent de se porter assez bien. Au moindre symptôme suspect ou en présence de plusieurs facteurs de risque, votre médecin pourra procéder à un dépistage des maladies de la thyroïde dans une perspective de détection précoce.

Conseils pour les utilisateurs de lévothyroxine

Prenez votre dose journalière : Prenez chaque jour la dose prescrite et n’en oubliez pas. Sinon, mentionnez-le à votre équipe soignante. Si vous n’en prenez pas suffisamment, vos symptômes ne pourront pas s’améliorer complètement; et si vous en prenez trop, cela pourra faire pencher la balance du mauvais côté et entraîner une hyperactivité de la thyroïde.

Comment prendre votre médicament : Essayez de le prendre à peu près au même moment chaque jour. Sauf indication contraire de votre médecin ou de votre pharmacien, il est préférable de prendre la lévothyroxine dès le lever, à jeun, avec un grand verre d’eau (30 à 60 minutes environ avant de manger). Si la prise de la dose n’est pas pratique le matin, essayez alors au coucher. Discutez de la meilleure façon de prendre tous vos médicaments avec votre médecin et votre pharmacien pour éviter les interactions avec des aliments ou d’autres médicaments.

Restez à l’affût des effets secondaires et des interactions médicamenteuses : La lévothyroxine cause généralement peu ou pas d’effets secondaires pourvu que vous preniez la bonne dose et que votre équipe de soins assure un suivi régulier. Si vous éprouvez des symptômes tels que palpitations, transpiration excessive, perte de poids rapide ou agitation, parlez-en à votre équipe soignante car cela peut indiquer que votre dose d’hormone thyroïdienne est trop élevée.

Pour éviter les interactions médicamenteuses, assurez-vous que votre équipe soignante a une liste complète des médicaments que vous prenez, incluant les vitamines, les plantes médicinales et les thérapies complémentaires en plus des autres médicaments sur ordonnance ou en vente libre.

La lévothyroxine doit se prendre au moins quatre heures avant ou après la prise d’autres médicaments qui interfèrent avec la façon dont elle passe dans la circulation sanguine. Par exemple, les sels de cholestyramine, le calcium, le magnésium et l’aluminium (qu’on trouve dans les antiacides et les suppléments) ainsi que les suppléments de fer, le sucralfate (Sulcrate) et les suppléments de fibres alimentaires.

Dernière nouvelle au sujet du ritonavir : Le médicament anti-VIH ritonavir (Norvir) — utilisé pour stimuler d’autres inhibiteurs de la protéase et que l’on retrouve également dans le Kaletra — peut accélérer la clairance de la lévothyroxine de l’organisme. Pour compenser cette interaction, des doses plus élevées de lévothyroxine peuvent s’avérer nécessaires. Votre médecin et votre pharmacien peuvent veiller à ce que vous receviez la bonne dose de lévothyroxine sur la base de votre réponse à votre hormonothérapie thyroïdienne.

Planification de la grossesse : Si vous envisagez de devenir enceinte ou si vous l’êtes, votre médecin devrait surveiller de plus près vos taux d’hormones thyroïdiennes. Il ou elle pourrait recommander un ajustement à votre dose.

Une mise en garde : Bien qu’on vante beaucoup les propriétés de la lévothyroxine comme moyen d’accélérer son métabolisme et de contribuer à la perte de poids, une telle utilisation de ce médicament n’est pas recommandée et peut même être dangereuse. Un surcroît d’hormones thyroïdiennes risque de causer des palpitations cardiaques et d’entraîner une perte de la masse osseuse.

Michelle Foisy, PharmD, est pharmacienne clinicienne pour le compte du Northern Alberta Program à Edmonton et est consultante clinicienne dans le domaine du VIH.