Le VIH au Canada : Guide d'introduction pour les fournisseurs de services

Le virus de l'hépatite B

Points clés

  • Au Canada, la principale voie de transmission de l'hépatite B est le contact sexuel.
  • L'utilisation régulière et appropriée du condom peut, sans toutefois l’éliminer, permettre de réduire le risque de contracter ou de transmettre l'hépatite B.
  • Le dépistage de l'hépatite B chez les personnes infectées par le VIH et le dépistage du VIH chez les personnes atteintes d'hépatite B sont essentiels.
  • Il existe un vaccin qui protège contre l'infection par l'hépatite B.

L'hépatite B se transmet par voie de contacts avec du sang ou des liquides corporels (sperme, sécrétions vaginales, salive, etc.) provenant d'une personne atteinte d'hépatite B. L'hépatite B est environ 100 fois plus infectieuse que le VIH. Les voies de transmission les plus courantes sont les suivantes :

  • contact sexuel
  • partage d'aiguilles et d'autre matériel de consommation de drogues (p. ex., pailles, pipes, cuillères et réchauds)
  • partage d'articles d'hygiène personnelle comme les rasoirs, les ciseaux, les coupe-ongles ou les brosses à dents
  • exposition à du sang ou à des liquides corporels sur les lieux de travail
  • transmission d'une mère à son nouveau-né

L'hépatite B est une maladie du foie causée par le virus de l'hépatite B. Le stade précoce de l'infection dure environ six mois; c’est la phase de l'infection dite aiguë. La majorité des adultes réussissent à en éradiquer le virus de leur organisme durant la phase aiguë et acquièrent alors une immunité à vie. Les personnes porteuses de l'hépatite B chronique courent le risque de complications hépatiques graves comme la cirrhose et le cancer du foie. Dans environ le quart des cas, l'infection chronique donne lieu à une inflammation chronique du foie, ce qui augmente les risques d'insuffisance hépatique et de cancer du foie.

En 2015, le taux documenté de l'infection à l'hépatite B était de 13,2 par tranche de 100 000 Canadiens (4 741 cas). Cela reflète une baisse légère depuis 2011, alors que le taux était de 16,2 par tranche de 100 000 (5 576 cas).

Il existe plusieurs tests sanguins qui permettent de déterminer si une personne a été exposée à l'hépatite B et de préciser si l'infection est aiguë ou chronique. La majorité des personnes infectées par l'hépatite B, qu'elle soit aiguë ou chronique, éprouvent peu de symptômes, voire aucun. Cela est surtout vrai dans le cas des jeunes enfants. Chez les adolescents et les adultes, environ 30 % à 50 % des infections aiguës s'accompagnent de symptômes cliniques comme la jaunisse, la fatigue, la douleur abdominale, les nausées et les douleurs articulaires et musculaires. De façon générale, l'infection chronique ne cause pas de symptôme, mais les personnes touchées demeurent infectieuses toute la vie si elles ne reçoivent pas de traitement. L'absence de symptômes rend le diagnostic précoce difficile. Du fait des voies de transmission semblables, il est essentiel que les personnes recevant un diagnostic de VIH ou d'hépatite B soient testées pour la présence de l'autre virus et qu'elles reçoivent un counseling approprié sur la prévention. L'utilisation régulière et appropriée du condom peut, sans toutefois l’éliminer, permettre de réduire le risque de contracter ou de transmettre l'hépatite B.

Il n'existe aucun remède curatif contre l'infection chronique à l'hépatite B, mais des traitements sont disponibles qui réduisent la charge virale en hépatite B et qui protègent contre les dommages au foie.

Il existe un vaccin qui protège les personnes non infectées contre l'infection par l'hépatite B.

Conformément aux recommandations du Groupe de travail canadien sur l'hépatite B, chaque province et territoire a mis sur pied un programme de vaccination contre l'hépatite B visant les Canadiens âgés de 9 à 13 ans. Selon les estimations, ces programmes préviendraient 63 % des infections aiguës et 47 % des infections chroniques. De plus, le vaccin anti-hépatite B est recommandé pour toutes les personnes à risque, y compris les personnes qui s'injectent des drogues et celles s'adonnant à des comportements sexuels à haut risque. Ce vaccin est sans danger pour les personnes vivant avec le VIH.

Il arrive plutôt couramment que les personnes ayant le VIH vivent avec la co-infection à l'hépatite B du fait des voies de transmission semblables. La co-infection à l'hépatite B n'a pas d'impact sur la progression ou la gravité de l'infection au VIH, mais elle peut limiter les options de traitement pour les personnes séropositives. Le VIH peut avoir des impacts positifs et négatifs sur l'évolution de l'hépatite B chez les personnes co-infectées. D'une part, le VIH réduit les dommages au foie causés par l'hépatite B parce qu'il affaiblit la réponse immunitaire qui provoque la destruction des cellules du foie infectées par l'hépatite B. D'autre part, cette réponse immunitaire affaiblie fait en sorte que les concentrations du virus de l'hépatite B augmentent dans le sang, ce qui rend les personnes co-infectées plus infectieuses que les personnes ayant l'hépatite B seulement.

Ressources

L'hépatite B – Feuillet d'information de CATIE

Infection par le virus de l'hépatite B au Canada – Agence de la santé publique du Canada (ASPC)

Hépatite B : informez-vous – Feuillet d'information de l'ASPC

Sources

  1. Agence de la santé publique du Canada. Hépatite B : Informez-vous. Disponible à l'adresse : http://www.phac-aspc.gc.ca/hcai-iamss/bbp-pts/hepatitis/hep_b-fra.php
  2. NAM. NAM aidsmap. Hepatitis B. Disponible à l’adresse : http://www.aidsmap.com/pdf/Hepatitis-B/page/1045181/
  3. Agence de la santé publique du Canada. Rapport sommaire : Infection par le virus de l'hépatite B au Canada. Disponible à l'adresse : http://www.phac-aspc.gc.ca/id-mi/hepatitisBCan-hepatiteBCan-fra.php
  4. Agence de la santé publique du Canada. Rapport sur l'hépatiteB et l'hépatite C au Canada : 2013. Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Direction générale de la prévention et du contrôle des maladies infectieuses. Agence de la santé publique du Canada; 2015.  Disponible à l'adresse : http://www.catie.ca/sites/default/files/Rapport-sur-l-hepatite-B-et-l-hepatite-C-au-Canada-2013.pdf