TraitementActualités
222

octobre/novembre 2017 

Bictégravir + TAF + FTC contre Triumeq

Triumeq est un traitement anti-VIH complet renfermé dans un seul comprimé contenant les médicaments suivants :

  • dolutégravir (Tivicay) + abacavir + 3TC

Le bictégravir est un nouvel inhibiteur de l'intégrase qui sera probablement homologué au Canada d'ici le milieu de 2018.

Aux fins d'un essai clinique randomisé et contrôlé contre placebo mené auprès de quelque 600 personnes séropositives qui n'avaient jamais suivi de traitement anti-VIH auparavant, les chercheurs ont réparti les participants au hasard pour recevoir un des régimes suivants :

  • bictégravir + TAF (ténofovir alafénamide) + FTC
  • Triumeq

Au bout d'un an, les chercheurs ont trouvé que les deux régimes étaient très efficaces quant à la suppression du VIH et à l'augmentation du compte de CD4+. Les participants ont éprouvé des effets secondaires dans des proportions semblables sous l'effet des deux régimes. Cependant, les nausées ont été plus fréquentes chez les participants recevant Triumeq (17 %) que chez les participants recevant le régime à base de bictégravir (5 %). Les chercheurs ont attribué cette différence à la présence de l'abacavir dans Triumeq.

Détails de l'étude

Les chercheurs ont inscrit des participants dans les pays suivants :

  • Canada
  • République dominicaine
  • France
  • Allemagne
  • Italie
  • Espagne
  • Royaume-Uni
  • États-Unis

Les participants avaient le profil moyen suivant au moment de leur admission à l'étude :

  • âge : 32 ans
  • 91 % d'hommes, 9 % de femmes
  • 91 % n'avaient aucun symptôme de l'infection au VIH
  • charge virale en VIH : 30 000 copies/ml
  • compte de CD4+ : 450 cellules/mm3
  • débit de filtration glomérulaire estimé (DFGe : une évaluation de la santé rénale) : 125 ml/min

La durée prévue de cette étude est de trois ans; nous présentons ici les résultats obtenus durant la première année auprès de 314 participants recevant le régime à base de bictégravir et de 315 participants recevant le régime à base de dolutégravir.

Résultats : changement dans la charge virale et le compte de CD4+

Après un an, les participants avaient une charge virale inférieure à 50 copies/ml dans les proportions suivantes :

  • régime à base de bictégravir : 92 %
  • régime à base de dolutégravir : 93 %

Comme cette différence n'est pas significative du point de vue statistique, on peut considérer le régime à base de bictégravir comme plus ou moins équivalent, c'est-à-dire non inférieur, au régime à base de dolutégravir.

Lorsque les chercheurs ont analysé les échantillons de sang à l'aide d'un test de la charge virale ayant une limite inférieure de détection de 20 copies/ml, voici les proportions de participants ayant une charge virale supprimée :

  • régime à base de bictégravir : 87,6 %
  • régime à base de dolutégravir : 86,3 %

Cette différence entre les deux régimes n'est pas significative du point de vue statistique.

Les comptes de CD4+ ont augmenté d'environ 230 cellules/mm3 au cours de l'étude et étaient semblables dans les deux groupes.

Effets indésirables

Le terme effets indésirables est utilisé pour décrire une variété d'événements malheureux qui peuvent arriver aux participants au cours d'un essai clinique. Ces événements peuvent être causés par le processus pathologique sous-jacent, par les médicaments à l'étude ou encore par des circonstances n'ayant rien à voir avec l'étude (tel un accident).

Dans cette étude, les chercheurs ont affirmé que, dans l'ensemble, « les deux [régimes] ont été bien tolérés et la plupart des effets secondaires signalés ont été d'intensité légère ou modérée ».

Des effets indésirables suffisamment embêtants ou graves pour pousser quelqu'un à quitter prématurément l'étude se sont produits chez quatre participants (1 %), dont tous recevaient le régime à base de dolutégravir. Voici la répartition des effets secondaires en question :

  • nausées et éruptions cutanées : une personne
  • taux de plaquettes inférieur à la normale dans le sang : une personne
  • inflammation du pancréas et excès de lipides dans les selles : une personne
  • dépression : une personne

Selon les chercheurs, en général, « les effets indésirables touchant le système nerveux central et de nature psychiatrique se sont produits dans les mêmes proportions [sous l'effet des deux régimes] ». Ce point est important parce que nombre de rapports provenant de médecins particuliers et d'études par observation ont laissé croire que le dolutégravir était associé aux effets secondaires suivants chez certaines personnes (habituellement dans une proportion de 2 % à 6 %) :

  • difficulté à s'endormir et/ou à rester endormi
  • mauvaise concentration
  • irritabilité
  • anxiété
  • dépression

Que l'incidence de ce genre de problèmes soit semblable pour le bictégravir et le dolutégravir n'est pas étonnant parce que le bictégravir a une structure semblable à celle du dolutégravir.

Comme nous l'avons mentionné plus tôt dans ce numéro de TraitementActualités, les essais cliniques de phase III ont tendance à recruter des participants en relativement bonne santé qui sont enclins à continuer à prendre les médicaments à l'étude. Cependant, une fois qu'un médicament est approuvé et qu'il est largement utilisé dans la communauté par des personnes ayant des problèmes de santé (outre l'infection au VIH), d'autres effets secondaires peuvent être signalés. Dans un numéro futur de TraitementActualités, nous explorerons les rapports faisant état d'effets secondaires possibles des inhibiteurs de l'intégrase, et plus particulièrement les problèmes de santé mentale.

Personne n'est décédé durant cette étude.

Les taux d'effets secondaires courants (classés comme légers ou modérés) ont été les suivants :

Nausées

  • régime à base de bictégravir : 10 %
  • régime à base de dolutégravir : 23 %

Maux de tête

  • régime à base de bictégravir : 11 %
  • régime à base de dolutégravir : 24 %

Diarrhées

  • régime à base de bictégravir : 13 %
  • régime à base de dolutégravir : 13 %

Difficulté à s'endormir et/ou à rester endormi

  • régime à base de bictégravir : 4 %
  • régime à base de dolutégravir : 6 %

Fatigue inattendue

  • régime à base de bictégravir : 6 %
  • régime à base de dolutégravir : 9 %

Vomissements

  • régime à base de bictégravir : 4 %
  • régime à base de dolutégravir : 5 %

Densité minérale osseuse (DMO)

Les personnes vivant avec l'infection au VIH courent un plus grand risque d'avoir des os plus minces que la normale (DMO réduite). De plus, suite à l'introduction d'un traitement antirétroviral combiné (TAR), la DMO a tendance à baisser de 2 % et 4 % puis à se stabiliser après un an ou deux. Les raisons de ce phénomène ne sont pas encore claires.

Dans la présente étude, la DMO a baissé en moyenne de 1 % chez les participants au cours d'un an. Aucune différence n'a été constatée entre les deux régimes en ce qui concerne le changement dans la DMO.

Reins

Aucun participant n'a subi de dommage grave aux reins. Les évaluations complexes de la santé rénale n'ont pas détecté de lésion rénale subtile, ce qui atteste l'innocuité des régimes étudiés.

Lipides — cholestérol et triglycérides

Il ne semblait pas y avoir de différence cliniquement significative entre les deux régimes en ce qui concerne les taux de lipides.

Points à retenir

Selon les chercheurs, les régimes fondés sur le bictégravir ou le dolutégravir offrent plusieurs avantages, dont les suivants :

  • Lorsqu'ils sont utilisés en association avec deux analogues nucléosidiques, ils sont généralement efficaces pour réduire la charge virale.
  • Ils ne nécessitent pas l'ajout d'un agent de potentialisation comme le cobicistat (ingrédient de Genvoya et de Stribild) ou le ritonavir.
  • Ils sont offerts sous forme de traitement complet dans un seul comprimé.

Comme nous l'avons mentionné ailleurs dans ce numéro de TraitementActualités, certains chercheurs ont remarqué que la combinaison bictégravir + TAF + FTC offrait aussi les avantages suivants :

  • Il contient deux médicaments anti-hépatite B (TAF et FTC) dans un seul comprimé, ce qui devrait être utile aux personnes co-infectées par le VIH et le virus de l'hépatite B.
  • Il n'est pas nécessaire de soumettre les patients à un test de dépistage de l'hypersensibilité avant de commencer le traitement. (Dans le cas des régimes contenant l'abacavir, tel Triumeq, il faut effectuer préalablement un test de dépistage de l'hypersensibilité à l'abacavir pour évaluer le risque de ce problème).

Vers l'avenir

  • Un seul comprimé contenant la combinaison bictégravir + TAF + FTC devrait être approuvé au Canada à l'été 2018.
  • Un essai clinique sur la combinaison bictégravir + TAF + FTC est en cours chez des femmes séropositives.
  • Les résultats obtenus avec le bictégravir chez des personnes déjà traitées pour le VIH devraient être disponibles au cours des prochains mois.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCE :

Gallant J, Lazzarin A, Mills A, et al. Bictegravir, emtricitabine, and tenofovir alafenamide versus dolutegravir, abacavir, and lamivudine for initial treatment of HIV-1 infection (GS-US-380-1489): a double-blind, multicentre, phase 3, randomised controlled non-inferiority trial. Lancet. 2017; in press.