TraitementActualités
221

juin/juillet 2017 

Services pour les personnes atteintes du VHC ayant recours aux refuges pour itinérants

Des chercheurs à Brighton, en Angleterre, ont trouvé que certains itinérants étaient plus à risque de souffrir de maladies du foie. Malheureusement, dans l'expérience de ces chercheurs, cette population a tendance à ne pas vouloir utiliser les services hospitaliers qui assurent habituellement le suivi et les soins des personnes atteintes de maladies du foie.

Pour remédier à ce problème, les chercheurs de Brighton ont établi un service de suivi et de soins du foie dans la communauté qui était centré sur les personnes de 40 ans ou plus. Spécifiquement, vers la fin de 2015, les chercheurs ont fait équipe avec des médecins et des infirmières pour établir un service de soins du foie dans deux refuges importants qui répondaient aux besoins des itinérants de 40 ans ou plus. À ces mini-cliniques, on demandait à chaque participant de faire ce qui suit :

  • remplir un bref sondage sur son usage d'alcool et de drogues
  • se faire tester pour les virus transmissibles par le sang
  • passer un examen de balayage spécialisé du foie (Fibroscan)

S'il s'avérait que les participants avaient l'infection chronique au virus de l'hépatite C (VHC) et/ou des lésions hépatiques importantes causées par l'infection au VHC, ils se faisaient offrir un traitement.

Jusqu'à présent, les chercheurs ont inscrit 84 personnes dont les caractéristiques principales étaient les suivantes au moment de leur admission dans le service de soins du foie :

  • 79 % d'hommes, 21 % de femmes
  • âge moyen : 51 ans
  • les causes sous-jacentes des lésions hépatiques étaient une consommation excessive d'alcool, l'infection chronique au VHC ou les deux; environ 45 % des participants ont dévoilé qu'ils avaient acquis une dépendance à l'alcool
  • 68 % des participants ont dévoilé qu'ils avaient des problèmes de santé mentale
  • 77 % des participants ont dévoilé qu'ils avaient utilisé ou utilisaient encore des drogues

VHC et évaluations du foie

  • 36 participants (43 %) avaient l'infection au VHC
  • 27 % des participants avaient des lésions hépatiques que les chercheurs ont qualifiées de « cliniquement significatives »
  • 18 % avaient le foie gravement endommagé

Mise en perspective

La présente étude sur le service de soins du foie devrait être considérée comme préliminaire. Il n'empêche qu'elle révèle qu'une forte proportion des personnes (97 %) qui fréquentent les refuges pour itinérants de Brighton sont prêtes à recevoir des soins pour leur foie lorsque de tels services sont offerts dans la communauté.

Les chercheurs ont utilisé la technologie Fibroscan pour déterminer l'étendue des lésions hépatiques chez les participants. Les chercheurs ont trouvé que ces appareils étaient « perçus [par les participants] comme un outil puissant qui facilitait l'implication du patient ».

Les chercheurs encouragent les autorités de la santé d'autres régions à « répliquer » leur modèle de prestation de services visant les adultes itinérants plus âgés et vulnérables.

À l'heure actuelle, seule une faible proportion de personnes ont commencé un traitement contre le VHC. Les chercheurs fourniront une mise à jour sur l'innocuité et l'efficace du traitement à l'avenir.

Notons que nombre de cliniciens affiliés à cette étude s'occupent aussi de personnes souffrant de problèmes de santé mentale relativement peu complexes. En revanche, les personnes ayant des troubles de la santé mentale complexes ou des problèmes de dépendance sont dirigées vers d'autres cliniques pour recevoir des soins spécialisés.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCE :

Hashim A, Worthley T, Macken L, et al. Enhancing detection and treatment of chronic hepatitis C related liver disease in vulnerable adults through a dedicated homeless hostel-based liver service: Vulnerable Adults Liver Disease Study. In: Program and abstracts of the International Liver Congress, 19-23 April 2017, Amsterdam, the Netherlands. Poster 179.