TraitementActualités
221

juin/juillet 2017 

Amélioration de l'humeur et de l'énergie après un traitement anti-VHC réussi

Les problèmes de santé mentale non traités, non reconnus ou mal gérés peuvent contribuer à la consommation de drogues et d'alcool et rendre certaines personnes vulnérables à l'infection par le virus de l'hépatite C (VHC) et le VIH, entre autres. Lorsque ces infections virales deviennent chroniques, elles peuvent provoquer l'activation et l'inflammation chroniques du système immunitaire, ce qui peut nuire à la santé du cerveau. Cet effet sur le cerveau se produit parce les cellules immunitaires qui sont activées et enflammées par l'infection virale chronique (par le VHC dans ce cas) se rendent au cerveau et y libèrent des signaux chimiques qui déclenchent de l'inflammation dans cet organe.

Traitement pour le VHC et l'humeur

Les traitements modernes contre le VHC s'appellent des antiviraux à action directe (AAD). Les traitements par AAD sont généralement très efficaces, les taux de guérison s'élevant à plus de 90 % dans les cliniques grâce aux médicaments actuellement homologués.

Des chercheurs œuvrant dans un centre médical de la ville allemande d'Homburg ont mené une étude pour évaluer l'impact des AAD sur l'humeur et les facteurs influençant l'humeur, tels que l'activité physique et la fatigue. De plus, les chercheurs ont évalué les changements dans le taux sanguin du messager chimique sérotonine, un composé reconnu pour son impact sur l'humeur.

À propos de la sérotonine

Pour fabriquer de la sérotonine, les cellules de l'organisme commencent par l'acide aminé tryptophane, qui se trouve dans de nombreux aliments riches en protéine, puis le font passer par de nombreux processus. Les cellules convertissent cet acide aminé en une autre molécule appelée 5-HTP (5-hydroxy tryptophane), qui est convertie à son tour en sérotonine. Les cellules, et plus particulièrement celles du cerveau, utilisent la sérotonine et les molécules semblables pour communiquer les unes avec les autres. L'action de certains traitements contre la dépression et l'anxiété consiste à modifier les taux de sérotonine.

Détails de l'étude

Les chercheurs ont recruté 29 participants ayant l'infection chronique au VHC. Vingt-quatre d'entre eux ont reçu un traitement, et les cinq autres ont servi de groupe de comparaison. Les participants ont été évalués avant, pendant et après le traitement par AAD. Les chercheurs ont prélevé des échantillons de sang, administré des questionnaires validés et muni les patients de dispositifs conçus pour enregistrer leur activité physique.

Le profil moyen de tous les participants était le suivant au début de l'étude :

  1. 14 hommes, 15 femmes
  2. âge : mi-cinquantaine
  3. la plupart des participants avaient subi des dommages modérés au foie
  4. la souche la plus courante du VHC était le génotype 1, suivi des génotypes 3 et 2

Les combinaisons d'AAD couramment utilisées étaient les suivantes :

  • sofosbuvir + lédipasvir (Harvoni)
  • sofosbuvir + ribavirine
  • paritaprévir + ritonavir  + ombitasvir + dasabuvir (Holkira Pak)

Résultats : changements quant à la fatigue

Au cours du traitement, les chercheurs ont constaté que le degré de fatigue a diminué de façon considérable chez les 24 participants traités par AAD. De plus, à la fin du traitement, 70 % des participants ont affirmé ne pas éprouver de fatigue. En revanche, aucun changement ne s'est produit dans le groupe témoin quant à l'ampleur de la fatigue.

Les symptômes de dépression se sont également améliorés considérablement chez les personnes traitées, mais n'ont pas changé dans le groupe témoin.

Les analyses de sang ont révélé que le taux de 5-HTP, précurseur de la sérotonine, a augmenté significativement dans le sang des participants traités par AAD. Notons qu'une augmentation du taux de 5-HTP entraînera probablement une augmentation du taux de sérotonine.

Dans l'ensemble, les résultats de cette analyse portent à croire que les AAD exercent un effet positif, durable et vraisemblablement indirect sur la fatigue et l'humeur. Cela pourrait être dû au fait que les AAD réduisent rapidement la production de VHC et aident ensuite à éliminer ce virus du corps.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCE :

Hahn D, Stokes CS, Kaiser R, et al. Effects of direct-acting antiviral agents for the treatment of chronic hepatitis c virus infection on serotonin metabolism, depression scores and fatigue. In: Program and abstracts of the International Liver Congress, 19-23 April 2017, Amsterdam, the Netherlands. Poster 253.