TraitementActualités
221

juin/juillet 2017 

Isentress HD : une nouvelle formulation uniquotidienne du raltégravir approuvée au Canada

À la fin juin 2017, Santé Canada a approuvé la vente et l'utilisation d'une nouvelle formulation du médicament raltégravir (Isentress) pour le traitement du VIH. La nouvelle formulation porte le nom d'Isentress HD (de l'anglais high dose ou dose élevée). On peut prendre cette formulation une fois par jour, avec ou sans nourriture.

Le raltégravir appartient à une famille de médicaments appelés inhibiteurs de l'intégrase. Utilisés en combinaison avec d'autres médicaments, les inhibiteurs de l'intégrase peuvent habituellement supprimer rapidement la quantité de VIH dans le sang, de sorte qu'elle atteint un niveau très faible que l'on qualifie couramment d'indétectable. En général, Isentress HD n'a pas d'impact sur les concentrations de nombreux autres médicaments dans le corps, et vice versa.

Le raltégravir fut le premier inhibiteur de l'intégrase du VIH à être introduit au Canada et dans les autres pays à revenu élevé en 2007. Les données se rapportant à son innocuité et à son activité antivirale sont généralement bonnes depuis une décennie.

Il est important de ne pas confondre Isentress HD avec la formulation plus ancienne du raltégravir, laquelle doit être prise deux fois par jour.

Isentress HD a été développé à l'intention des adultes qui n'ont jamais été traités pour le VIH ou encore ceux dont le régime actuel comporte l'ancienne formulation du raltégravir et dont la charge virale est indétectable.

L'approbation d'Isentress HD a été fondée sur les résultats d'un essai clinique de cette formulation qui a été mené sur une période de deux ans. Dans ce numéro de TraitementActualités, nous rendons compte des résultats obtenus durant la première année de cette étude. Les résultats finaux portant sur les deux ans de l'étude seront publiés lors d'une conférence biomédicale plus tard cette année.

Isentress HD ne sera pas disponible au Canada avant la fin de l’année, peut-être cet automne.

—Sean R. Hosein