TraitementActualités
221

juin/juillet 2017 

Isentress HD dans les essais cliniques

Dans un essai clinique de deux ans appelé Oncemrk, des chercheurs du Canada et d'autres pays ont comparé un régime comportant l'ancienne formulation du raltégravir (Isentress) à un régime utilisant la nouvelle formulation de ce médicament, soit Isentress HD. Après avoir analysé les données au cours d'une année, les chercheurs ont découvert qu'Isentress HD était plus ou moins équivalent à l'ancienne formulation en termes d'efficacité et d'innocuité.

Détails de l'étude

Les chercheurs ont réparti au hasard, dans un rapport de 2 à 1, des adultes séropositifs qui n'avaient jamais été traités pour le VIH afin de recevoir un des régimes suivants :

  • Isentress HD 1 200 mg (pris une fois par jour) + Truvada (ténofovir + FTC) : 533 personnes
  • Isentress 400 mg (pris deux fois par jour) + Truvada : 269 personnes

Les participants avaient le profil moyen suivant lors de leur admission à l'étude :

  • 85 % d'hommes, 15 % de femmes
  • âge : 34 ans
  • antécédents de sida : 12 %
  • co-infection au virus de l'hépatite B ou C : 3 %
  • charge virale en VIH : 36 000 copies/ml; 28 % des participants avaient une charge virale supérieure à 100 000 copies/ml
  • compte de CD4+ : 390 cellules/mm3

Résultats : changements dans les charges virales et les comptes de CD4+

Les deux régimes ont été très efficaces, et les charges virales ont chuté rapidement durant l'étude, peu importe la formulation du raltégravir utilisée. En guise d'exemple, notons que les participants avaient une charge virale inférieure à 40 copies/ml dès la quatrième semaine de l'étude dans les proportions suivantes :

  • régime à base d'Isentress HD : 54 %
  • régime fondé sur l'ancienne formulation du raltégravir : 52 %

À la 24e semaine de l'étude, les proportions de charges virales supprimées étaient les suivantes :

  • régime à base d'Isentress HD : 87 %
  • régime fondé sur l'ancienne formulation du raltégravir : 87 %

Et à la 48e semaine :

  • régime à base d'Isentress HD : 89 %
  • régime fondé sur l'ancienne formulation du raltégravir : 88 %

Chez les participants dont la charge virale était supérieure à 100 000 copies/ml lors de leur admission à l'étude, les proportions ayant une charge virale supprimée à la 48e semaine étaient les suivantes :

  • régime à base d'Isentress HD : 87 %
  • régime fondé sur l'ancienne formulation du raltégravir : 84 %

Augmentation des comptes de CD4+

Dans l'ensemble, les chercheurs ont constaté des gains de 230 cellules/mm3 à la fin de l'étude. Autrement dit, le compte de CD4+ est passé de près de 400 cellules au début de l'étude à environ 600 cellules/mm3 à la semaine 48.

À la lumière de ces résultats, on peut affirmer que la nouvelle formulation du raltégravir est plus ou moins équivalente à l'ancienne formulation. Dans le langage technique, on utilise le terme non-infériorité pour décrire ce genre d'équivalence.

Des sous-analyses de cette étude ont permis de constater que les deux régimes évalués avaient une efficacité semblable chez les hommes, les femmes et les personnes de différents groupes ethnoculturels.

Effets indésirables

Les effets secondaires sont courants durant les premiers jours ou les premières semaines d'un nouveau régime. Les régimes à base d'inhibiteur de l'intégrase sont généralement bien tolérés, et les effets indésirables ont tendance à s'estomper au fil du temps.

Dans l'ensemble, les effets indésirables des médicaments se sont produits dans les proportions suivantes :

  • régime à base d'Isentress HD : 25 %
  • régime fondé sur l'ancienne formulation du raltégravir : 26 %

Les effets secondaires les plus couramment associés à Isentress HD sont les suivants :

  • difficulté à s'endormir
  • maux de tête
  • étourdissements
  • nausées
  • fatigue

Cependant, ces effets secondaires ont généralement été moins courants  chez les personnes traitées par Isentress HD que chez les personnes ayant utilisé l'ancienne formulation du raltégravir.

De plus amples renseignements sur Isentress HD, y compris les effets secondaires peu courants, paraîtront dans un feuillet d'information que CATIE est en train de préparer au sujet de ce médicament.

Trois décès se sont produits durant cette étude, mais aucun d'entre eux ne semblait lié à l'usage des médicaments évalués. Il est probable que les décès étaient attribuables à des processus pathologiques sous-jacents causés par le VIH (comme la dysfonction et la déficience immunologiques). Voici la répartition des décès selon le médicament utilisé et la cause soupçonnée :

  • régime à base d'Isentress HD : lymphome (diagnostiqué au 36e jour de l'étude); tuberculose (diagnostiquée au 7e jour de l'étude)
  • régime fondé sur l'ancienne formulation du raltégravir : de multiples infections potentiellement mortelles survenant au 17e jour de l'étude

Résumé

Les régimes fondés sur la nouvelle ou l'ancienne formulation du raltégravir semblent avoir une efficacité équivalente chez les personnes n'ayant jamais pris de traitement anti-VIH auparavant. Les deux régimes ont généralement été sans danger.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCES :

  1. Cahn P, Kaplan R, Sax P, et al. Raltegravir 1200 mg once daily is non-inferior to raltegravir 400 mg twice daily, in combination with tenofovir/emtricitabine, in treatment-naïve HIV-1-infected subjects: week 48 results. In: Program and abstracts of the 21st International AIDS Conference (AIDS 2016), Durban, South Africa, 18-22 July 2016. Abstract FRAB0103LB.
  2. Cahn P, Kaplan R, Sax P, et al. Subgroup analyses from Oncemrk, a phase III study of raltegravir 1200 mg once daily vs. raltegravir 400 mg twice daily; in combination with tenofovir/emtricitabine, in treatment-naïve HIV-1-infected subjects. In: Program and abstracts the International Congress on Drug Therapy in HIV infection, 23-26 October 2016. Abstract 3514101.