TraitementActualités
218

décembre 2016 

Stribild chez les femmes

L’étude Waves — un essai clinique randomisé à double insu, contrôlé contre placebo — a comparé l’impact des régimes uniquotidiens (une prise par jour) suivants chez des femmes séropositives qui n’avaient jamais reçu de traitement auparavant :

  • Stribild : un comprimé contenant elvitégravir + cobicistat + ténofovir DF + FTC
  • atazanavir (Reyataz) + ritonavir + ténofovir DF + FTC

Après 48 semaines, les femmes recevant Stribild avaient une charge virale indétectable (moins de 50 copies/ml) dans une proportion plus élevée (87 %) que les femmes recevant le régime à base d’atazanavir (81 %). Les effets secondaires signalés au cours de l’étude étaient principalement un jaunissement inoffensif de la peau et du blanc des yeux se produisant chez les femmes recevant l’atazanavir. Cet effet secondaire a poussé davantage de femmes (19) du groupe atazanavir à quitter prématurément l’étude, comparativement aux femmes recevant Stribild qui ont abandonné l’étude pour d’autres raisons. Stribild contient l’inhibiteur de l’intégrase elvitégravir. L’étude Waves souligne l’efficacité et l’innocuité générales des médicaments contenant de l’elvitégravir chez les femmes et justifie la position dominante des inhibiteurs de l’intégrase dans les lignes directrices sur le traitement du VIH.

Détails de l’étude

Pour l’étude Waves, les chercheurs ont recruté des femmes dans les pays suivants :

  • Belgique
  • République dominicaine
  • France
  • Italie
  • Mexique
  • Portugal
  • Russie
  • Thaïlande
  • Ouganda
  • Royaume-Uni
  • États-Unis

Les participantes avaient le profil moyen suivant lors de leur admission à l’étude :

  • âge : 35 ans
  • principaux groupes ethnoraciaux : Noires – 48 %; Blanches – 43 %
  • l’infection au VIH était asymptomatique chez au moins 75 % des participantes
  • charge virale en VIH : 32 000 copies/ml
  • compte de CD4+ : 360 cellules/mm3
  • co-infection au virus de l’hépatite B : 4 %
  • co-infection au virus de l’hépatite C : 8 %
  • DFGe (débit de filtration glomérulaire estimé : évaluation de la santé des reins) : 106 ml/minute
  • antécédents d’anxiété ou de dépression : 20 %
  • tabagisme : 25 %
  • consommation d’alcool : 50 %
  • consommation de drogues : 3 %

Il y avait une différence statistiquement significative entre le profil moyen des femmes des États-Unis et celles des autres pays. Voici quelques précisions à cet égard :

Antécédents d’anxiété ou de dépression

  • femmes des États-Unis : 53 %
  • femmes d’autres pays : 11 %

Antécédents d’infections transmissibles sexuellement

  • femmes des États-Unis : 47 %
  • femmes d’autres pays : 31 %

Usage de drogues récréatives

  • femmes des États-Unis : 13 %
  • femmes d’autres pays : 1 %

Cette étude a duré un an.

Résultats : efficacité

À la 48e semaine de l’étude, les participantes avaient une charge virale inférieure à 50 copies/ml dans les proportions suivantes, selon le régime :

  • Stribild : 87 %
  • régime à base d’atazanavir : 81 %

Étant donné cette différence, on a jugé que Stribild était statistiquement supérieur au régime fondé sur l’atazanavir. Il faut cependant se rappeler que l’apparente supériorité de Stribild (davantage de femmes ayant une charge virale supprimée à la semaine 48) était en partie attribuable au fait qu’une grande proportion de femmes recevant l’atazanavir ont quitté l’étude à cause d’effets secondaires.

Effets indésirables

Le terme effets indésirables décrit une large gamme d’événements malheureux qui risquent de survenir pendant un essai clinique. Certains de ces événements peuvent être causés par les médicaments à l’étude, d’autres par une maladie ou un processus pathologique sous-jacent et d’autres encore par des circonstances  n’ayant rien à voir avec l’essai clinique (tel un accident).

Selon les chercheurs, la plupart des effets indésirables signalés au cours de l’étude étaient « d’intensité légère ou modérée ». Les effets indésirables plus graves se sont produits dans les proportions suivantes :

  • Stribild : 8 %
  • régime à base d’atazanavir : 10 %

Aucune participante n’est morte au cours de cette étude.

Discontinuations attribuables aux effets indésirables

Les proportions suivantes de femmes ont quitté prématurément l’étude à cause d’effets indésirables :

  • Stribild : 2 %
  • régime à base d’atazanavir : 7 %

Voici les raisons pour les abandons prématurés :

Stribild

  • éruptions cutanées et nausées
  • éruptions cutanées et jaunissement de la peau
  • taux élevés d’enzymes hépatiques dans le sang
  • indigestion
  • ulcère gastrique
  • tuberculose

Régime à base d’atazanavir

  • jaunissement de la peau
  • éruptions cutanées (graves ou potentiellement mortelles dans certains cas)
  • lésions rénales graves
  • DFGe à la baisse

Accent sur les effets secondaires

Les effets secondaires se sont produits dans les proportions suivantes :

Maux de tête

  • Stribild : 5 %
  • régime à base d’atazanavir : 2 %

Nausées

  • Stribild : 11 %
  • régime à base d’atazanavir : 10 %

Vomissements

  • Stribild : 5 %
  • régime à base d’atazanavir : 3 %

Diarrhées

  • Stribild : 3 %
  • régime à base d’atazanavir : 4 %

Étourdissements

  • Stribild : 3 %
  • régime à base d’atazanavir : 2 %

Éruptions cutanées

  • Stribild : 2 %
  • régime à base d’atazanavir : 5 %

Fatigue

  • Stribild : 1 %
  • régime à base d’atazanavir : 3 %

Baisse de l’appétit

  • Stribild : 3 %
  • régime à base d’atazanavir : 1 %

Jaunisse (jaunissement de la peau)

  • Stribild : 0 %
  • régime à base d’atazanavir : 10 %

Jaunissement du blanc des yeux (ictère oculaire)

  • Stribild : moins de 1 %
  • régime à base d’atazanavir : 12 %

Accent sur les tests de laboratoire

Les anomalies des résultats de laboratoire incluaient les suivantes :

Taux élevé de l’enzyme hépatique ALT

  • Stribild : 1 %
  • régime à base d’atazanavir : 2 %

Taux élevé de l’enzyme hépatique AST

  • Stribild : 2 %
  • régime à base d’atazanavir : 2 %

Sucre détectable dans l’urine

  • Stribild : 0 %
  • régime à base d’atazanavir : 2 %

En général, la plupart des résultats anormaux aux tests de laboratoire ont été classés comme légers ou modérés en ce qui concerne l’intensité parmi les femmes utilisant Stribild. En revanche, parmi les femmes recevant le régime à base d’atazanavir, on a qualifié de grave ou de très grave l’intensité des résultats anormaux aux tests sanguins. Cette différence était surtout attribuable à l’augmentation des taux sanguins du produit de déchets bilirubine. Désigné par le nom d’hyperbilirubinémie, ce phénomène est un effet secondaire bien connu de l’atazanavir. Dans les cas de ce genre, le taux élevé de bilirubine dans le sang est généralement considéré comme inoffensif, et la situation revient à la normale lorsque la personne cesse de prendre l’atazanavir.

Aucune différence statistiquement significative n’a été constatée entre les régimes en ce qui concerne les tests sanguins se rapportant au cholestérol et aux triglycérides.

Les changements dans le DFGe associés aux médicaments ont été modestes et comparables pour les différents régimes à l’étude. Cela a également été le cas pour les changements dans la densité osseuse.

Muscle et graisse

On a constaté une différence significative entre les deux régimes en ce qui concerne les changements dans la quantité de tissu musculaire. Les femmes du groupe Stribild ont pris en moyenne 866 grammes (près de deux livres) de muscle. En revanche, les femmes recevant le régime à base d’atazanavir n’ont pas connu de gain significatif de muscle mais ont pris en fait 1,4 kg (environ trois livres) de graisse. Le volume de graisse n’a pas augmenté de façon importante chez les femmes traitées par Stribild.

Grossesse

Vingt-quatre femmes sont tombées enceintes au cours de l’étude. Seize d’entre elles, dont huit recevant Stribild et huit recevant le régime à base d’atazanavir, ont choisi de continuer à prendre les médicaments à l’étude.

Quatre femmes ont fait une fausse couche durant les trois premiers mois de l’étude, soit deux femmes pour chaque régime. Quant aux 12 autres femmes enceintes figurant dans l’étude, elles ont vécu des grossesses et des accouchements sans complications, et aucun de leurs bébés n’était atteint d’anomalies congénitales.

Points clés

Les deux régimes ont généralement été sûrs et efficaces. Stribild s’est toutefois révélé statistiquement supérieur au régime fondé sur l’atazanavir. Cette supériorité statistique reposait sur le plus grand nombre de discontinuations survenues parmi les femmes recevant l’atazanavir qui ont éprouvé des effets secondaires. Les principaux effets secondaires en question étaient les éruptions cutanées et les taux élevés de bilirubine dans le sang.

Notons que le taux d’abandons prématurés a été plus élevé que celui rapporté lors des essais cliniques antérieurs sur des régimes à base d’atazanavir.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCE :

Squires K, Kityo C, Hodder S, Johnson M, et al. Integrase inhibitor versus protease inhibitor–based regimen for HIV-1 infected women (WAVES): a randomised, controlled, double-blind, phase 3 study. Lancet HIV. 2016 Sep;3(9):e410-20.