La bithérapie dolutégravir + 3TC | CATIE - La source canadienne de renseignements sur le VIH et l'hépatite C
TraitementActualités
212

janvier 2016 

La bithérapie dolutégravir + 3TC

Des chercheurs d’Argentine ont mené une expérience un peu différente des essais cliniques sur la monothérapie au dolutégravir dont nous avons venons de rendre compte dans ce numéro de TraitementActualités. L’équipe argentine a décidé d’utiliser un régime simplifié, soit la combinaison dolutégravir + 3TC (lamivudine) comme traitement initial de l’infection au VIH. 3TC est un médicament peu puissant comparativement au dolutégravir. Cependant, 3TC est généralement bien toléré, peut rehausser l’effet antiviral du dolutégravir et est utilisé dans de nombreux pays dans le cadre de combinaisons de médicaments anti-VIH.

Pour l’étude argentine (dénommée Paddle), les chercheurs ont recruté 20 participants qui ont visité fréquemment le laboratoire de la clinique pour subir des prélèvements et analyses de sang. Les chercheurs souhaitaient une surveillance initiale intensive parce qu’ils redoutaient la possibilité qu’une bithérapie ne soit pas suffisamment puissante pour réduire et supprimer la charge virale. Dans ce rapport, nous présentons les résultats obtenus au cours des 24 premières semaines de l’étude Paddle; d’autres résultats devraient être publiés plus tard cette année car les chercheurs comptent poursuivre l’étude pendant 48 semaines au total. L’équipe a trouvé que la combinaison dolutégravir + 3TC était bien tolérée et suffisamment efficace quant à la réduction de la charge virale.

Détails de l’étude

Les participants avaient le profil moyen suivant au début de l’étude :

  • âge : 34 ans
  • 19 hommes, une femme
  • charge virale : 24 000 copies/ml (à peu près 4,4 logs)
  • compte de CD4+ : 500 cellules/mm3

Résultats

Pendant les deux premières semaines de l’étude, la charge virale a chuté rapidement d’environ 2 logs. Après cette période, le déclin s’est produit plus lentement. À la deuxième semaine de l’étude, 11 participants avaient une charge virale inférieure au seuil des 50 copies/ml. Cependant, dès la quatrième semaine de l’étude, 85 % (17 sur 20) avaient une charge virale inférieure à 50 copies/ml. Les trois autres participants avaient respectivement une charge virale de 288 copies/ml, de 67 copies/ml et de 64 copies/ml. À la huitième semaine de l’étude, tous les participants avaient une charge virale indétectable.

Le compte de CD4+ des participants a rapidement augmenté, atteignant 700 cellules/mm3 à la semaine 12, puis s’est stabilisé par la suite.

Effets secondaires

Presque tous les effets secondaires signalés étaient de faible intensité, tels les suivants :

  • somnolence durant la journée : une personne
  • douleur intestinale : une personne
  • maux de tête : deux personnes
  • diarrhées : une personne
  • nausées : deux personnes

Les chercheurs ont signalé une exception, soit une personne éprouvant des maux de tête d’intensité modérée.

Ces effets secondaires se sont produits durant la première semaine de l’étude puis se sont résorbés peu après.

Les tests de laboratoire n’ont indiqué aucun résultat gravement anormal.

Vers l’avenir

Les chercheurs prévoient poursuivre cette étude pilote jusqu’à la 48e semaine. Même si les résultats sont prometteurs, de nombreuses autres recherches seront nécessaires.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCE :

Figueroa MI, Sued O, Patterson P, et al. Dolutegravir + lamivudine as initial treatment in HIV-infected, antiretroviral naïve patients: first results of the Paddle trial. 15th European AIDS Conference, 21-24 October 2015, Barcelona, Spain. Abstract LBPS Abstract PS4/1.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Nous souhaitons connaître votre opinion.