Point de mire sur la prévention

Printemps 2012 

Les jeunes de la rue au Canada

par Cris (Cristine) Renna

On estime que 150 000 jeunes vivent dans la rue, au Canada,1 mais le nombre réel pourrait être beaucoup plus grand.2 Certains jeunes courent un risque accru de devenir itinérants, comme les jeunes Autochtones, les jeunes gais, lesbiennes, bisexuels, transgenres et queer (GLBTQ), les jeunes sous la tutelle du gouvernement et les jeunes hommes.2,3,4,5,6,7 Les jeunes se retrouvent dans la rue pour diverses raisons. Les conflits familiaux sont la principale cause, mais il peut s’agir d’autres facteurs — désir d’indépendance ou de vivre dans une ville plus grande, expulsion du foyer familial ou démêlés avec la justice.2,5,8,9,10,11,12

Au quotidien, les jeunes de la rue peuvent rencontrer de nombreux défis — stigmatisation et discrimination, manque d’accès à des services sociaux et de santé, interactions fréquentes avec le système de justice pénale, manque d’accès à l’emploi et à l’éducation, instabilité familiale et difficulté à trouver de la nourriture.2,12,13 Ces jeunes — et en particulier les GLBTQ — sont plus vulnérables aux agressions sexuelles, physiques et armées ainsi qu’aux vols.8,14,15 Ils ont aussi un taux de mortalité de 11 fois supérieur à celui de la population générale des jeunes.16

Malgré ces défis, les jeunes de la rue font souvent preuve d’une grande résilience. Ils ont souvent une solide estime de soi, sont sûrs de leurs croyances et de leurs capacités.17 De plus, ils ont souvent des mécanismes d’adaptation positifs (amis, temps pour réflexion personnelle, intérêts et loisirs, espoir d’avenir) qui les aident à faire face aux défis qu’ils rencontrent.16,18,19

Les taux de VIH, d’hépatite C et d’ITS parmi les jeunes de la rue

Les jeunes de la rue sont particulièrement affectés par le VIH, l’hépatite C et les ITS — avec un taux de VIH de trois fois supérieur à celui de la population canadienne adulte,5,20 et un taux d’hépatite C de plus de six fois supérieur à celui de la population canadienne générale.5,20 Par ailleurs, les jeunes de la rue qui s’injectent des drogues ont quatre fois plus de chances de contracter l’hépatite C que ceux qui ne s’en injectent pas.5 Enfin, les taux d’ITS peuvent être jusqu’à 30 fois plus élevés parmi les jeunes de la rue que parmi ceux de la population générale.5

L’activité sexuelle

La recherche révèle que les activités sexuelles à risque élevé font partie intégrante de la vie de rue — ce qui expose les jeunes à un risque de VIH et d’ITS. Plusieurs jeunes de la rue sont sexuellement actifs, à partir d’un plus jeune âge, et avec de multiples partenaires sexuels. Ils déclarent un faible usage du condom; et certains pratiquent le travail du sexe.3,21,22

L’usage de drogue

Plusieurs jeunes de la rue consomment des drogues. Certains y voient un moyen de composer avec les réalités difficiles de la rue.12,13 Parmi ceux qui utilisent des drogues, plusieurs le font par l’injection et partagent des seringues, d’autres instruments d’injection et des pipes à crack — ce qui les expose à un risque de contracter le VIH et/ou l’hépatite C.

Les jeunes plus âgés sont plus susceptibles de s’injecter des drogues — peut-être parce que cela devient la norme à mesure que l’on vit dans la rue.32 Des jeunes qui considéraient comme inacceptable l’injection de drogue avant de se retrouver dans la rue pourraient changer d’opinion en voyant constamment d’autres jeunes s’y adonner. Bien que les plus jeunes soient moins nombreux à s’injecter, ceux d’entre eux qui le font sont plus susceptibles d’avoir des comportements à risque comme le partage de seringues.32

Une intervention novatrice

Un organisme torontois de services aux jeunes de la rue, Eva’s Initiatives, répond au besoin des jeunes de rétablir le contact avec leurs familles avant qu’ils ne s’enracinent dans la vie de rue. L’organisme espère ainsi prévenir l’adoption de comportements à risque élevé auxquels la vie de rue est propice. Pour ce faire, Eva’s a créé le programme primé « Family Reconnect », pour les jeunes de 16 à 24 ans qui sont impliqués dans la rue ou à risque de le devenir, et pour leurs familles également. Les jeunes qui ont récemment quitté le nid familial ou ont eu de récents contacts avec leur famille sont vus dès que possible, afin de faciliter le rétablissement des liens familiaux. Le programme offre aux jeunes et à leurs familles (selon ce que chaque jeune identifie comme étant sa famille*) un counseling de soutien et des références à d’autres ressources dans leurs communautés. Le point de mire du counseling varie d’une famille à l’autre; il englobe souvent des éléments comme le deuil et la perte, la santé mentale, la maîtrise de la colère, les compétences de vie et la résolution des conflits familiaux et des problèmes de communication.

Les coordonnateurs du programme collaborent avec les jeunes et leurs familles à l’atteinte de divers résultats. Dans les cas où un retour à la maison n’est peut-être pas envisageable, des communications et des relations améliorées pourraient inciter la famille à aider le jeune à s’établir de manière autonome. Dans d’autres cas, les relations avec la famille s’améliorent tellement que le jeune décide de retourner vivre avec elle. Il arrive que le programme ne réussisse pas à rouvrir la communication; néanmoins, le processus de counseling est efficace pour aider les jeunes à cheminer et à se développer sainement.

Le programme « Family Reconnect » a fait des merveilles pour nous… Malgré une jeunesse difficile, je suis aujourd’hui très proche de ma famille — à tous les égards, sauf peut-être géographiquement. Mes parents sont là pour moi et je suis là pour eux. Après 10 mois de vie autonome, je commence à ressentir une certaine stabilité.

―Bre-Ann

Initialement, nous avons demandé l’aide d’un conseiller en particulier [du programme « Family Reconnect »]… pour notre fils qui avait divers problèmes — pas de direction de vie, tempérament volatil, manque de respect de nos valeurs familiales… Le conseiller nous a donné du soutien à un moment où nous ne savions plus où aller. Notre fils a bénéficié d’un logement sûr, en plus d’évaluations professionnelles et de counseling. Mon époux et moi avons reçu des conseils et des suggestions de stratégies d’adaptation et de moyens pour aider notre fils à s’aider lui-même. Mais surtout, on nous a écoutés avec empathie et sans jamais nous juger.

―Anonyme

Pour plus d’information sur le programme « Family Reconnect », consultez le document intitulé Eva’s Reconnect Toolkit. Pour d’autres témoignages sur l’impact familial du programme, lisez le Family Storybook.33

Une intervention en amont                  

Un programme comme « Family Reconnect » illustre la nécessité de travailler en amont, avec les familles, pour éviter autant que possible que les jeunes se retrouvent dans la rue. Il démontre aussi l’importance de comprendre les moments qui peuvent être des phases charnières, dans la vie des jeunes, et où une intervention pourrait les empêcher d’aller vivre dans la rue. En rétablissant le contact avec leurs familles et en évitant la rue, ces jeunes ont moins de chances d’adopter des comportements qui les exposent à un risque de contracter le VIH, l’hépatite C et des ITS.

*La famille pourrait être une communauté d’origine, un(e) cousin(e), un grand-parent, un ami de la famille, un tuteur, un frère ou une sœur, ou les parents biologiques ou adoptifs. Il appartient au jeune de la définir.

Références :

  • 1. DeMatteo D, Major C, Block B et al. Toronto street youth and HIV/AIDS: prevalence, demographics, and risks. Journal of Adolescent Health. 1999 Nov;25(5):358-66.
  • 2. a. b. c. d. e. f. g. h. i. j. Worthington C, MacLaurin B, Huffey N et al. Calgary youth, health and the street—final report. Calgary: University of Calgary: 2008.
  • 3. a. b. Kelly K, Caputo T. Health and street/homeless youth. Journal of Health Psychology. 2007 Sep;12:726-36.
  • 4. Miller CL, Strathdee SA, Spittal PM et al. Elevated rates of HIV infection among young Aboriginal injection drug users in a Canadian setting. Harm Reduction Journal. 2006;(3):3.
  • 5. a. b. c. d. e. f. g. h. i. j. k. l. m. Agence de la santé publique du Canada [Internet]. Constatations découlant de la surveillance accrue des jeunes de la rue, 1999-2003. Ottawa : Agence de la santé publique du Canada; 2006 [cité le 31 janvier 2012]. Disponible à : http://www.phac-aspc.gc.ca/std-mts/reports_06/youth-fra.php.
  • 6. McCreary Centre Society [Internet]. Moving upstream: Aboriginal marginalized and street-involved youth in B.C. Vancouver: McCreary Centre Society; 2008 [cited 2012 Jan 31]. Disponible à : http://www.mcs.bc.ca/pdf/Moving_Upstream.pdf.
  • 7. Higgitt N, Wingert S, Ristock J et al. Voices from the margins: experiences of street-involved youth in Winnipeg [Internet]. Winnipeg: Winnipeg Inner-city Research Alliance; 2003 Sep [cited 2012 Jan 31]. Disponible à : http://ius.uwinnipeg.ca/pdf/Street-kidsReportfinalSeptember903.pdf.
  • 8. a. b. Cauce, A. M., Tyler, K. A., & Whitbeck, L. B. Maltreatment and victimization in homeless adolescents: out of the frying pan and into the fire. The Prevention Researcher. 2004;11:12-14.
  • 9. Chen X, Tyler KA, Whitbeck LB et al. Early sexual abuse, street adversity, and drug use among female homeless and runaway adolescents in the Midwest. Journal of Drug Issues. 2004 Jan 1;34(1), 1-21.
  • 10. Hyde J. From home to street: understanding young people's transitions into homelessness. Journal of Adolescence. 2005 Apr;28:171-83.
  • 11. McLean L. Seeking sanctuary: an exploration of the realities of youth homelessness in Calgary—2005. Calgary: Broadview Applied Research Group; 2005.
  • 12. a. b. c. Tyler KA, Johnson KA. Pathways in and out of substance use among homeless—emerging adults. Journal of Adolescent Research. 2006 Mar;21(2):133-57.
  • 13. a. b. Barnaby L, Penn R, Erickson PG. (2010). Drugs, homelessness & health: homeless youth speak out about harm Reduction. The Shout Clinic Harm Reduction Report. Toronto: Wellesley Institute: 2010.
  • 14. Gaetz S. Safe streets for whom? Homeless youth, social exclusion, and criminal victimization. Canadian Journal of Criminology and Criminal Justice. 2004;46(4):423-55.
  • 15. Whitbeck LB, Chen X, Hoyt DR et al. Mental disorder, subsistence strategies, and victimization among gay, lesbian, and bisexual homeless and runaway adolescents. Journal Of Sex Research. 2004 Nov;41(4):329-42.
  • 16. a. b. Boivin J, Roy E, Haley N et al. The health of street youth: a Canadian perspective. Canadian Journal of Public Health. 2005;96(6):432-37.
  • 17. Kidd SA. Street youth: coping and interventions. Child and Adolescent Social Work Journal. 2003;20(4):235-61.
  • 18. Johnson KD, Whitbeck LB, Hoyt DR. Predictors of social network composition among homeless and runaway adolescents. Journal of Adolescence. 2005 Apr;28:231-48.
  • 19. Milburn NG, Rotheram-Borus MJ, Batterham P et al. Predictors of close family relationships over one year among homeless young people. Journal of Adolescence. 2005 Apr;28:263-79.
  • 20. a. b. CATIE (Réseau canadien de traitement d’info-traitements sida) [Internet]. Le VIH au Canada : tendances et enjeux qui affectent la prévention du VIH, les soins, le traitement et le soutien. CATIE; 2010 [cité le 31 janvier 2012]. Disponible à : http://www.catie.ca/pdf/Canada/VIH-au-Canada_AE.pdf.
  • 21. Fast D, Small W, Wood E et al. Coming 'down here': young people's reflections on becoming entrenched in a local drug scene. Social Science & Medicine. 2009 Aug 21;69(8):1204-10.
  • 22. Linton AB, Singh MD, Turbow D et al. (2009). Street youth in Toronto, Canada: An investigation of demographic predictors of HIV status among street youth who access preventive health and social services. Journal of HIV/AIDS & Social Services. 2009;8(4):375-96.
  • 23. Johnson TP, Aschkenasy JR, Herbers MR et al. Self-reported risk factors for AIDS among homeless youth. AIDS Education and Prevention. 1996 Aug;8(4):308-22.
  • 24. a. b. Weber AE, Boivin J, Blaise L et al. HIV risk profile and prostitution among female street youths. Journal of Urban Health. 2002 Dec;79(4):525-35.
  • 25. Weber AE, Boivin J, Blaise L et al. Predictors of initiation into prostitution among female street youths. Journal of Urban Health. 2004 Dec;81(4):584-95.
  • 26. a. b. c. Clatts M, Rees-Davis W, Sotheran JL et al. (1998). Correlates and distribution of HIV risk behaviors among homeless youth in New York City: Implications for prevention and policy. Child Welfare. 1998;77(2):195-207.
  • 27. Haley N, Roy E, Leclerc P et al. HIV risk profile of male street youth involved in survival sex. Sexually Transmitted Infections. 2004;80(6):526-30.
  • 28. Leach MP, Wolitski RJ, Goldbaum GM et al. HIV risk and sources of information among urban street youth. Psychology, Health & Medicine. 1997;2(2):119-134.
  • 29. a. b. Roy, E, Haley, N, Leclerc, P, et al. Drug injection among street youth: the first time. Addiction. 2002 Aug;97(8):1003-10.
  • 30. Roy E, Lemire N, Haley N et al. Injection drug use among street youth: a dynamic process. Canadian Journal of Public Health. 1998;89(4):239-40.
  • 31. Gleghorn AA, Marx R, Vittinghoff E et al. Association between drug use patterns and HIV risks among homeless, runaway, and street youth in northern California. Drug and Alcohol Dependence. 1998 Aug 1;51(3):219-27.
  • 32. a. b. Agence de la santé publique du Canada [Internet]. Les jeunes de la rue au Canada et l’utilisation de substances. Ottawa : Agence de la santé publique du Canada; 2007 [cité le 31 janvier 2012]. Disponible à : http://www.phac-aspc.gc.ca/sti-its-surv-epi/report07/pdf/csy07_f.pdf.
  • 33. Eva’s Initiatives. Family stories: A collection of stories written by and about the youth and families involved with the Family Reconnect Program. Disponible à : http://reconnecttoolkit.evasinitiatives.com/frp-program-model/family-stories

À propos de l’auteur

Cris (Cristine) Renna est coordonnatrice du projet jeunesse de CATIE. Elle est titulaire d’une maîtrise en études féminines et sexospécifiques de l’Université de Toronto et d’un baccalauréat spécialisé en études féminines et études du développement international de l’Université Queen’s. Elle travaille au développement communautaire en santé sexuelle et santé GLBTQ depuis près de dix ans. Avant de se joindre à l’équipe de CATIE, elle était éducatrice dans un organisme communautaire de lutte contre le sida.