Point de mire sur la prévention

automne 2017 

Quels facteurs accentuent l’efficacité des interventions comportementales pour la prévention du VIH?

par Erica Lee

Les interventions de prévention visant à réduire la transmission du VIH par le biais de changements comportementaux sont utilisées depuis les débuts de l’épidémie de VIH. Utilisées en conjonction avec des interventions structurelles et biomédicales, les interventions comportementales continuent de jouer un rôle important en prévention du VIH.

Cet article fait le compte rendu d’une vaste revue systématique portant sur plus de trois douzaines de méta-analyses d’études ayant évalué les facteurs qui ont une influence sur l’efficacité des interventions comportementales pour prévenir la transmission sexuelle du VIH et d’autres infections transmissibles sexuellement (ITS).1

En quoi consistent les interventions comportementales?

Les interventions comportementales visent à prévenir la transmission en aidant les personnes à modifier leurs comportements sexuels et de consommation de drogues qui les mettent à risque de contracter le VIH. Les interventions comportementales fournissent des connaissances et des compétences influençant la motivation et la capacité des personnes à amorcer un changement sur le plan de leur comportement. Ces dernières peuvent être ciblées à plusieurs niveaux : individus, couples, familles, groupes de pairs ou réseaux, institutions et communautés entières. Elles peuvent également tenter de motiver un changement de comportement grâce à une sélection d’approches axées sur l'éducation, la motivation, un groupe de pairs ou la communauté et le renforcement des capacités.

Les interventions peuvent cibler différents comportements, tels que le nombre de partenaires sexuels d’une personne ou l’utilisation adéquate et régulière d’approches de prévention efficaces, comme les condoms.

Quel type de recherches inclut la revue systématique?

La revue systématique cherchait à déterminer les facteurs qui accentuent l’efficacité des interventions comportementales pour accroître l’utilisation du condom ou réduire l’incidence du VIH ou d’autres ITS. Elle mettait l’accent sur les facteurs qui pourraient avoir des répercussions sur le succès des interventions dans trois catégories :

  • De quelle façon l’intervention a-t-elle été effectuée?
  • Qui a effectué l’intervention?
  • Les caractéristiques du contenu de l’intervention

La revue comportait 37 méta-analyses. Une méta-analyse combine les données de plusieurs études pour dresser une vue d’ensemble du résultat à l’étude. Une méta-analyse était incluse si : 

  • elle examinait l’effet modérateur d’au moins l’un des facteurs sélectionnés, soit l’utilisation de condoms ou le taux d’infection du VIH/ITS
  • elle avait été publiée entre 2000 et 2015 dans une revue révisée par des pairs

Une méta-analyse était exclue si :

  • elle était axée sur les interventions de prévention pendant la grossesse qui n’abordaient pas aussi la prévention du VIH/ITS
  • elle mettait l’accent sur les interventions qui traitaient de la prévention du VIH/ITS chez les personnes vivant avec le VIH, y compris la transmission verticale, ou qui étaient axées sur l’évaluation du dépistage des ITS, le counseling en VIH et le dépistage ou les résultats de la vaccination contre le VPH
  • elle se concentrait sur les interventions préconisant l’abstinence qui visaient à réduire l’activité sexuelle plutôt que de promouvoir l’utilisation des condoms/la protection à l’aide de condoms
  • elle examinait seulement les effets modérateurs sur les résultats liés à l’activité sexuelle, comme le nombre de partenaires sexuels ou la fréquence de l’activité sexuelle

De quels facteurs d’intervention la revue systématique tenait-elle compte?

Différentes interventions ciblant le même résultat pourraient contribuer à un changement plus ou moins important quant au résultat prévu (appelé l’ampleur de l’effet). Les différents facteurs influençant la façon dont l’intervention a été effectuée pourraient en être la cause. La présente revue a analysé les facteurs d’interventions comportementales qui tempéraient le résultat de l’ampleur de l’effet.

De quelle façon l’intervention a-t-elle été effectuée?

La revue systématique a examiné l’effet modérateur de six facteurs liés à la façon dont l’intervention était effectuée. Les facteurs pris en considération étaient :

  • la durée totale de l’intervention
  • le nombre de séances
  • le cadre scolaire
  • le cadre clinique
  • le cadre communautaire
  • l’approche en groupes

Les auteurs ont conclu qu’aucun de ces facteurs n’avait d’impact positif significatif et cohérent sur l’efficacité de l’intervention.

Qui a effectué l’intervention?

La revue systématique analysait comment la personne effectuant une intervention peut influencer son efficacité. Cinq facteurs ont été pris en considération, soit :

  • une intervention effectuée par un pair (personne non spécialiste partageant une caractéristique ou plus avec les participants, comme le sexe ou l’orientation sexuelle)
  • une intervention effectuée par un professionnel (comme un fournisseur de soins de santé ou un conseiller)
  • jumeler le fournisseur et les participants de la même ethnie
  • jumeler le fournisseur et les participants du même sexe
  • jumeler le fournisseur et les participants du même âge

Les auteurs ont conclu qu’il y avait un impact positif significatif sur l’efficacité de l’intervention en jumelant seulement les participants de la même ethnie et du même sexe et qu’il y avait encore davantage d’effets positifs lorsqu’on jumelait les participants du même sexe.

Caractéristiques du contenu de l’intervention

La revue systématique a examiné la façon dont le contenu d’une intervention pouvait influencer son efficacité. Seize facteurs ont été pris en considération :

  • cibler ou personnaliser le contenu pour un groupe spécifique
  • personnaliser le contenu pour chaque personne
  • baser le contenu sur la recherche formative antérieure
  • baser l’intervention sur une théorie du comportement par rapport à la santé
  • fournir de l’information sur la transmission ou la prévention du VIH/ITS
  • contenu visant à rehausser la motivation pour un changement de comportement
  • contenu se servant d’arguments basés sur des menaces ou la peur ou qui aborde la perception du risque
  • contenu visant à modifier les attitudes envers les comportements à risque
  • contenu qui examine les normes sociales ou l’influence des pairs
  • contenu qui aborde les obstacles à l’utilisation du condom
  • contenu qui examine l’autoefficacité pour des comportements sexuels plus sécuritaires et (ou) d’autres comportements de protection
  • contenu qui aborde les stratégies comportementales pour réduire le risque, comme de penser lorsqu’on consomme de la drogue ou de l’alcool
  • formation sur une variété de compétences en réduction du risque ou une série de compétences non spécifiées en réduction du risque
  • formation sur les compétences pour l’utilisation du condom
  • formation intrapersonnelle qui va au-delà de la formation en utilisation du condom, comme des compétences en prise de décision
  • formation en compétences interpersonnelles, comme la négociation en utilisation de condoms

Les auteurs ont conclu que les effets positifs les plus cohérents ont été observés suite à la formation sur l’utilisation des condoms et sur les compétences intrapersonnelles. On a aussi constaté que le fait de cibler/personnaliser le contenu pour un groupe, les interventions basées sur la théorie, l’information offerte au sujet de la transmission du VIH/ITS ou des méthodes de prévention ainsi que l’utilisation d’arguments préconisant un changement d’attitude avaient des effets positifs.

Quelles sont les répercussions de la revue sur les interventions comportementales au Canada?

Cette revue s’est basée sur les résultats de 37 méta-analyses pour examiner les facteurs ayant un impact positif sur l’efficacité des interventions comportementales pour accroître l’utilisation du condom. Les fournisseurs de services peuvent prendre ces facteurs en considération au moment d’élaborer des interventions comportementales pour aider à accroître leur efficacité.

Les facteurs suivants ont été les seuls à être identifiés comme ayant un impact positif cohérent sur l’efficacité d’une intervention :

  • une intervention effectuée par une personne du même sexe ou de la même ethnie que les participants
  • contenu ciblé ou personnalisé pour un groupe spécifique
  • intervention basée sur une théorie du comportement par rapport à la santé
  • information fournie sur la transmission ou la prévention du VIH/ITS
  • contenu visant à modifier les attitudes envers les comportements à risque
  • formation sur les compétences pour l’utilisation du condom
  • formation sur les compétences intrapersonnelles qui va au-delà de la formation sur l’utilisation du condom, comme les compétences en prise de décision

Lors de l’examen de ces recommandations, il ne faut surtout pas oublier que :

  • La revue a conclu que plusieurs méta-analyses comportaient un facteur n’ayant aucun impact sur le résultat. Les auteurs signalent que cela a pu se produire dans certaines de ces méta-analyses en raison de la petite taille des échantillons. Ceci nous porte à croire que certains facteurs n’étaient pas importants même s’ils auraient pu l’être.
  • La date des études incluses dans les 37 méta-analyses pourrait avoir un impact sur les effets modérateurs observés. Les analyses qui se basaient principalement sur des études antérieures pourraient omettre de refléter l’impact que les progrès et les pratiques modernes en prévention du VIH pourraient avoir sur les interventions comportementales.
  • Même si l’ampleur de l’effet de l’incidence du VIH et des ITS a été examinée dans la revue, seulement sept méta-analyses ont dressé un rapport sur les résultats liés au taux d’incidence, ce qui restreignait la capacité des auteurs à tirer des conclusions de cet effet. Grâce à davantage de recherches, l’impact sur ce résultat pourrait à l’avenir être examiné.
  • Dans leur analyse, les auteurs ont noté toute association qu’ils observaient entre les effets du résultat et les autres caractéristiques des méta-analyses. Par exemple, trois des quatre méta-analyses qui démontraient une ampleur de l’effet positive pour la formation sur les compétences étaient axées sur les jeunes. Même si les auteurs ont seulement pu mettre en lumière ces associations potentielles avec les données disponibles, ces dernières pourraient être approfondies grâce à une recherche plus poussée.

Qu’est-ce qu’une revue systématique?

Les revues systématiques constituent des outils importants pour influencer l’élaboration de programmes fondés sur des données probantes. Une revue systématique se veut une synthèse critique des données probantes disponibles sur un sujet spécifique. Elle a recours à un processus rigoureux pour identifier toutes les études liées à une question de recherche précise. Les études pertinentes peuvent alors être évaluées pour leur qualité et leurs résultats résumés pour identifier et présenter les principales conclusions et limites. Si les études d’une revue systématique contiennent des données numériques, ces données peuvent être combinées de manière stratégique pour calculer les estimations regroupées. En combinant les données pour produire des estimations regroupées, nous pouvons obtenir une meilleure vue d’ensemble du sujet à l’étude.

Référence

À propos de l’auteur

Erica Lee est spécialiste de l'information chez CATIE. Depuis l’obtention de sa maîtrise en sciences de l’information, Erica a travaillé dans le domaine des bibliothèques de la santé, soutenant les besoins en information des fournisseurs de services de première ligne et les utilisateurs de services. Avant de se joindre à CATIE, Erica était la bibliothécaire de l’organisme AIDS Committee of Toronto (ACT).