Nouvelles CATIE

20 octobre 2016 

Une étude canadienne associe la cocaïne à la dysfonction et aux lésions rénales chez certains utilisateurs

Les personnes vivant avec l’infection au VIH sont plus à risque de subir des lésions rénales. Ce problème des dommages aux reins se produit pour une raison particulière : le VIH infecte des cellules essentielles des reins et y cause de l’inflammation. Les reins enflammés accomplissent moins efficacement leur tâche principale qui consiste à filtrer les produits de déchets présents dans le sang. La prise d’un traitement antirétroviral (TAR), et l’obtention et le maintien d’une charge virale indétectable dans le sang qui en résultent, réduisent considérablement cette inflammation mais ne peuvent l’éliminer, car les cellules infectées continuent de produire du VIH en faible quantité.

Il existe d’autres facteurs qui jouent un rôle dans la dysfonction rénale, dont les suivants :

  • À mesure que les personnes séropositives vieillissent, leurs reins, comme ceux de tout le monde, deviennent graduellement moins efficaces comme organes de filtration des produits de déchets.
  • Certaines personnes séropositives souffrent de complications co-existantes (appelées comorbidités), telles que le diabète de type 2 et/ou une tension artérielle plus élevée que la normale, qui affaiblissent la santé des reins.
  • Certaines personnes séropositives ont utilisé le médicament ténofovir DF (vendu sous le nom Viread et présent dans plusieurs coformulations à doses fixes commercialisées sous les noms Truvada, Atripla, Complera et Stribild). Une faible proportion de personnes ayant reçu un TAR incluant le ténofovir DF ont subi des lésions rénales comme effet secondaire. La nouvelle formulation du ténofovir, soit le TAF (ténofovir alafénamide), ne cause pas de dommages aux reins.

Exploration d’un lien possible avec le virus de l’hépatite C

Comme le VIH, le virus de l’hépatite C (VHC) a déjà été associé à l’apparition de lésions rénales dans certaines études. De nos jours dans les pays à revenu élevé comme le Canada, le mode de transmission le plus courant du VHC réside dans le partage de matériel servant à la consommation de drogues, y compris les aiguilles, les seringues, les pailles, les pipes en verre et les billets de banque enroulés. Parmi les hommes gais et bisexuels et les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH), surtout ceux ayant le VIH, le sexe sans condom peut être une autre voie de transmission du VHC.

Chez certaines personnes, il est possible que le lien entre l’infection au VHC et les lésions rénales ne soit pas attribuable à ce virus mais à l’exposition aux drogues. Des chercheurs ont en effet découvert un lien entre la consommation de cocaïne et la dysfonction et les lésions rénales chez des personnes séronégatives.

Une étude canadienne

Des chercheurs au Canada ont inscrit des personnes co-infectées par le VIH et le VHC à une étude portant le nom de Cohorte canadienne de co-infection (CCC). L’analyse la plus récente de la CCC s’est concentrée sur l’évaluation des facteurs qui influençaient la santé rénale des participants. Les chercheurs ont trouvé que les personnes qui utilisaient fréquemment de la cocaïne (trois fois ou plus par semaine) étaient plus susceptibles de connaître une détérioration rapide de leur santé rénale que les personnes qui ne prenaient pas de cocaïne. De plus, chez certains participants, le déclin de la santé rénale s’est révélé irréversible, c’est-à-dire que les participants n’ont jamais récupéré un niveau de fonctionnement rénal normal. La méthode utilisée pour absorber la cocaïne dans le corps (injection ou inhalation) n’a pas causé de différence dans les lésions rénales provoquées par cette substance. Les chercheurs n’ont pas constaté de lien entre l’infection au VHC et un risque accru d’insuffisance rénale chronique.

À propos de l’évaluation de la santé rénale

Pour évaluer la santé rénale, on a couramment recours à un calcul appelé DFGe (débit de filtration glomérulaire estimé). Pour établir le DFGe, on effectue d’abord un test pour mesurer la quantité du produit de déchets créatinine dans le sang. Une fois cette valeur établie, on y ajoute l’âge, le sexe et la race de la personne, puis on les insère dans une formule. Pour en savoir plus sur le DFGe, consultez Les reins sous les projecteurs dans le magazine Vision positive de CATIE.

Détails de l’étude

Dans le rapport publié par la Cohorte canadienne de co-infection, les chercheurs ont défini la dysfonction rénale chronique (également appelée atteinte rénale chronique) comme la présence d’un DFGe inférieur à 70 ml/minute lors de la première visite des participants à la clinique. Ces visites ont eu lieu entre janvier 2003 et octobre 2014. Les chercheurs ont obtenu des renseignements additionnels sur la santé des participants dans leurs dossiers médicaux.

Les chercheurs ont effectué plusieurs analyses, mais nous rendrons seulement compte de quelques-unes d’entre elles. Une analyse a porté sur 1 061 participants co-infectés par le VIH et le VHC. Ils avaient le profil moyen suivant au début de l’étude :

  • âge : 45 ans
  • 75 % d’hommes, 25 % de femmes
  • DFGe : 104 ml/minute
  • compte de cellules CD4+ : 400 cellules/mm3
  • 37 % avaient une charge virale en VIH de plus de 50 copies/ml
  • 41 % avaient utilisé du ténofovir DF
  • 27 % avaient reçu un diagnostic de sida
  • 10 % avaient une tension artérielle supérieure à la normale
  • 8 % avaient des lésions hépatiques étendues
  • 4 % avaient le diabète de type 2

On a effectué des tests de la charge virale en VHC de façon régulière. Ces tests ont permis aux chercheurs de déterminer s’il y avait une relation statistique quelconque entre la charge virale en VHC et le DFGe.

Résultats : atteinte rénale chronique et plus

On a constaté une atteinte rénale chronique chez un total de 126 participants (12 %). Au moment de l’apparition de l’atteinte rénale chronique, les participants avaient un DFGe moyen de 63 ml/minute.  Il vaut la peine de souligner que la majorité (83 %) des participants présentant une atteinte rénale chronique n’ont jamais connu d’amélioration subséquente soutenue de leur DFGe. Autrement dit, le DFGe de la majorité de ces personnes n’a jamais grimpé au-dessus de 70 ml/min. De plus, 42 % des participants aux prises avec une atteinte rénale chronique ont subséquemment subi des lésions rénales plus graves lorsque leur DFGe est tombé sous le seuil des 60 ml/minute. Lorsqu’une personne a un DFGe inférieur à 60 ml/minute, on parle d’insuffisance rénale chronique.

Impact de la cocaïne sur les reins

Selon les chercheurs, les personnes qui consommaient de la cocaïne faisaient augmenter leur risque d’atteinte rénale chronique de 26 %. De plus, les participants qui s’injectaient cette drogue au moins trois fois par semaine « couraient plus de deux fois plus de risques de subir des lésions rénales chroniques », comparativement aux personnes qui n’avaient pas consommé de cocaïne depuis six mois.

Les facteurs suivants n’ont pas influencé l’impact de la cocaïne :

  • TAR, y compris des médicaments spécifiques comme le ténofovir DF, l’atazanavir (Reyataz) ou le lopinavir (dans Kaletra)
  • tabagisme
  • diabète de type 2
  • infection au VHC

La cocaïne par injection ou inhalation

La voie par laquelle la cocaïne est entrée dans le corps, que ce soit par injection ou inhalation, n’a pas eu d’impact statistiquement significatif sur la capacité de la substance à nuire aux reins.

Comment la cocaïne nuit-elle aux reins?

Des recherches antérieures ont permis de constater que la cocaïne pouvait endommager différents systèmes organiques. Elle peut nuire au fonctionnement du cœur et à la santé des vaisseaux sanguins, provoquant conséquemment crises cardiaques et AVC dans certains cas. Comme les reins comptent un nombre élevé de vaisseaux sanguins, il est probable que la cocaïne augmente la pression sanguine dans les vaisseaux sanguins rénaux et restreint la circulation de sang à l’intérieur de ces organes vitaux. La cocaïne peut également nuire directement aux reins en réduisant la quantité d’une molécule antioxydante importante appelée glutathion. Notons aussi que la pureté de la cocaïne est parfois réduite par l’ajout d’autres substances qui pourraient également causer des dommages aux reins.

Dépistage des lésions rénales : ne pas omettre les questions sur la consommation de drogues

À la lumière de leurs résultats, les chercheurs de la CCC ont souligné que « l’utilisation de la cocaïne pourrait représenter un important facteur de risque modifiable d’insuffisance rénale chronique chez les patients co-infectés ». Selon cette équipe, ces résultats soulignent la pertinence pour les médecins et les infirmières d’interroger leurs patients sur leur consommation de drogues, et plus particulièrement de cocaïne, dans le cadre du dépistage de la dysfonction et des lésions rénales.

Ressources de CATIE

Santé des reins

Consommation de drogues et santé mentale

Hépatite C

Information sur l’hépatite C de CATIE

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCES :

  1. Rossi C, Cox J, Cooper C, et al. Frequent injection cocaine use increases the risk of renal impairment among hepatitis C and HIV coinfected patients. AIDS. 2016 Jun 1;30(9):1403-311.
  2. Ross MJ. Advances in the pathogenesis of HIV-associated kidney diseases. Kidney International. 2014 Aug;86(2):266-74.
  3. Fischer B, Powis J, Firestone Cruz M, et al. Hepatitis C virus transmission among oral crack users: viral detection on crack paraphernalia. European Journal of Gastroenterology & Hepatology. 2008 Jan;20(1):29-32.
  4. Macías J, Palacios RB, Claro E, et al. High prevalence of hepatitis C virus infection among noninjecting drug users: association with sharing the inhalation implements of crack. Liver International. 2008 Jul;28(6):781-6.
  5. Lucas GM, Atta MG, Fine DM, et al. HIV, cocaine use, and hepatitis C virus: A triad of nontraditional risk factors for subclinical cardiovascular disease. Arteriosclerosis, Thrombosis, and Vascular Biology. 2016 Oct;36(10):2100-7.
  6. Carlson AQ, Tuot DS, Jen KY, et al. Pauci-immune glomerulonephritis in individuals with disease associated with levamisole-adulterated cocaine: a series of 4 cases. Medicine (Baltimore). 2014 Oct;93(17):290-7.
  7. Goel N, Pullman JM, Coco M. Cocaine and kidney injury: a kaleidoscope of pathology. Clinical Kidney Journal. 2014 Dec;7(6):513-7.
  8. Buettner M, Toennes SW, Buettner S, et al. Nephropathy in illicit drug abusers: a postmortem analysis. American Journal of Kidney Diseases. 2014 Jun;63(6):945-53.
  9. Valente MJ, Henrique R, Vilas-Boas V, et al. Cocaine-induced kidney toxicity: an in vitro study using primary cultured human proximal tubular epithelial cells. Archives of Toxicology. 2012 Feb;86(2):249-61.
  10.  Cheng YC, Ryan KA, Qadwai SA, et al. Cocaine use and risk of ischemic stroke in young adults. Stroke. 2016 Apr;47(4):918-22.
  11. Chibungu A, Gundareddy V, Wright SM, et al. Management of cocaine-induced myocardial infarction: 4-year experience at an urban medical center. Southern Medical Journal. 2016 Mar;109(3):185-90.
  12. Liakoni E, Dolder PC, Rentsch K, et al. Acute health problems due to recreational drug use in patients presenting to an urban emergency department in Switzerland. Swiss Medical Weekly. 2015 Jul 28;145:w14166.