HepCInfo Updates

Actualités infohépatiteC 9.3 

Bienvenue à Actualités infohépatiteC numéro 9.3 de CATIE du 20 janvier au 2 février 2018. Poursuivez votre lecture pour en apprendre davantage sur les nouvelles découvertes scientifiques et celles qui ont été mises à jour dans les domaines de la prévention, des soins, du traitement et du soutien liés à l'hépatite C

À la une

La guérison de l’hépatite C atténue l’insulinorésistance chez les personnes ayant le génotype 1 du virus

Lors d’une étude, les personnes porteuses du génotype viral 1 qui ont guéri de l’hépatite C ont connu une baisse importante, voire la régression totale, de l’insulinorésistance, ont rapporté des chercheurs dans le Journal of Gastroenterology and Hepatology.

L’insuline est une hormone qui aide l’organisme à utiliser le sucre glucose sous forme d’énergie. Lorsqu’une personne souffre d’insulinorésistance (IR), son organisme ne répond plus normalement à l’insuline, et le glucose s’accumule dans son sang, entraînant des complications. Un taux élevé de glucose persistant peut causer le prédiabète et le diabète de type 2, deux maladies pouvant entraîner plusieurs complications pour la santé.

Dans cette étude, 68 personnes ayant le génotype viral 1 et des lésions hépatiques avancées ont reçu une des trois combinaisons d’antiviraux à action directe (AAD) suivantes en association avec la ribavirine : Holkira Pak, Harvoni ou la combinaison de siméprévir et de sofosbuvir.

L’étude incluait aussi un groupe de comparaison composé de 65 personnes ayant l’hépatite C qui n’ont pas reçu de traitement. Aucun participant des deux groupes n’a apporté de modifications importantes à son mode de vie, à son alimentation ou à son niveau d’activité physique au cours de l’étude.

Tous les participants du groupe traité ont guéri de l’hépatite C.

Près des trois quarts (76 %, 52 personnes) des participants guéris ont connu une baisse de l’IR. Sur ce nombre, 40 % (21 personnes) avaient un taux d’insuline normal. La présence de lésions hépatiques étendues était associée à un certain degré d’IR chez les personnes ayant guéri de l’hépatite C.

Les participants du groupe de comparaison n’ont pas connu de changements dans l’IR.

Selon les chercheurs, « Les données soulignent le rôle que l’hépatite C joue dans l’apparition de l’IR et le fait que l’éradication virale fait régresser l’IR et améliore le contrôle glycémique, ce qui pourrait prévenir les manifestations et complications cliniques associées à l’IR ». (Healio.com, décembre 2017, en anglais)

Les personnes ayant l’hépatite C courent un risque accru d’insuffisance rénale, mais le traitement de l’hépatite C fait diminuer le risque

Chez les personnes ayant l’hépatite C, le risque d’insuffisance rénale chronique est 27 % plus élevé que chez les personnes n’ayant pas l’hépatite C, mais le traitement et la guérison de l’hépatite C font diminuer ce risque, ont rapporté des chercheurs dans Hepatology.

Les chercheurs ont examiné une base de données portant sur des résidents des États-Unis qui ont reçu des soins médicaux entre 2008 et 2015. Ils ont établi une cohorte de 56 448 personnes ayant l’hépatite C et un groupe de comparaison constitué de 169 344 personnes n’ayant pas l’hépatite C.

Un total de 1 455 personnes du groupe ayant l’hépatite C ont reçu un diagnostic d’insuffisance rénale chronique (IRC) pendant la période de l’étude, comparativement à 2 518 personnes dans le groupe n’ayant pas l’hépatite C.

Dans le groupe touché par l’hépatite C, 11 828 personnes ont reçu soit un traitement par peg-interféron et ribavirine avec ou sans un antiviral à action directe (AAD), soit une combinaison d’AAD seulement.

Chez les personnes traitées pour l’hépatite C, le risque de faire l’objet d’un diagnostic d’IRC était 30 % plus faible, mais les résultats n’étaient pas statistiquement significatifs pour le groupe ayant reçu la combinaison d’AAD seulement.

Selon les chercheurs, « Ces résultats soulignent le fait que le traitement précoce de l’hépatite C aide à modifier le fardeau extrahépatique de l’IRC associée à l’hépatite C ». (infohep.org, décembre 2017, en anglais)

Branchez-vous au monde scientifique

La co-infection à l’hépatite C et au virus de l’immunodéficience humaine à l’ère des agents antiviraux à action directe : elle n’est plus une population difficile à traiter, Hepatology, janvier 2018, en anglais

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Nous souhaitons connaître votre opinion.