HepCInfo Updates

Actualités infohépatiteC 8.18 

Bienvenue à Actualités infohépatiteC numéro 8.18 de CATIE du 19 août au 1er septembre 2017. Poursuivez votre lecture pour en apprendre davantage sur les nouvelles découvertes scientifiques et celles qui ont été mises à jour dans les domaines de la prévention, des soins, du traitement et du soutien liés à l'hépatite C.

À la une

Le nouveau médicament anti-hépatite C Maviret est approuvé au Canada

Le nouveau médicament anti-hépatite C Maviret vient d'être approuvé au Canada pour un traitement de huit semaines chez les personnes jamais traitées n'ayant pas la cirrhose.

Maviret est le premier traitement pangénotypique de huit semaines approuvé au Canada.

Ce médicament est également approuvé pour les personnes souffrant d'insuffisance rénale grave, une population dont les options de traitement n'ont jamais été nombreuses.

Maviret consiste en deux médicaments, soit l'inhibiteur de la protéase glécaprévir et l'inhibiteur de la NS5A pibrentasvir. Les deux médicaments sont combinés dans un seul comprimé, et les patients prennent trois comprimés une fois par jour. Maviret est approuvé au Canada pour le traitement de tous les génotypes du virus de l'hépatite C (1, 2, 3, 4, 5 et 6).

Lors des essais cliniques, Maviret a guéri 97 % des personnes atteintes d'hépatite C.

Pour en savoir plus sur Maviret, consultez TraitementActualités 221 de CATIE. (Healio.com, août 2017, en anglais)

Le nouveau médicament Vosevi est approuvé au Canada pour le retraitement de l'hépatite C

Un nouveau médicament anti-hépatite C portant le nom de Vosevi vient d'être approuvé au Canada pour les personnes ayant déjà suivi un traitement mais n'ayant pas guéri. Jusqu'à présent, ce groupe avait peu d'options de traitement.

Vosevi consiste en trois médicaments, soit le sofosbuvir, un inhibiteur nucléotidique de la polymérase, le velpastasvir, un inhibiteur de la NS5A, et le voxilaprévir, un inhibiteur de la protéase. Ces médicaments sont combinés dans un seul comprimé que l'on prend une fois par jour.

Vosevi est approuvé au Canada pour le traitement de tous les génotypes viraux chez les personnes ayant déjà suivi un traitement comportant un inhibiteur de la NS5A ou encore pour le traitement des personnes porteuses des génotypes 1, 2, 3 ou 4 ayant déjà reçu un régime comportant le sofosbuvir mais aucun inhibiteur de la NS5A.

Lors des essais cliniques, Vosevi a guéri 97 % des personnes atteintes d'hépatite C.

Pour en savoir plus sur Vosevi, consultez TraitementActualités 221 de CATIE. (Healio.com, août 2017, en anglais)

En Colombie-Britannique, certains groupes qui n'étaient pas souvent traités par interféron ont plus de chances d'être traités par AAD

Depuis l'introduction des antiviraux à action directe (AAD) en Colombie-Britannique, les personnes âgées, les personnes ayant la co-infection au VIH, les personnes cirrhotiques et les personnes qui s'injectent des drogues sont plus susceptibles d'être traitées pour l'hépatite C qu'elles ne l'étaient à l'époque des traitements à base d'interféron, ont rapporté des chercheurs dans le Journal of Viral Hepatitis.

Les données en question se rapportent à toutes les personnes ayant fait l'objet d'un diagnostic d'hépatite C en Colombie-Britannique entre 1990 et 2013, avec des données sur la prescription des médicaments jusqu'en 2015. Un total de 11 886 personnes ont reçu un traitement durant cette période. Comme on s'y attendait, étant donné la période à l'étude et l'arrivée très récente des AAD, la vaste majorité de la cohorte (86,4 %) a reçu un régime fondé sur l'interféron qui incluait parfois le bocéprévir ou le télaprévir. Seulement une personne sur dix (9,8 %) a reçu des AAD seuls, et seule une faible proportion (3,6 %) de patients ont reçu une combinaison de médicaments nouveaux et anciens.

La principale analyse a comparé les caractéristiques des personnes traitées par des régimes plus anciens à base d'interféron (groupe 1) et les personnes traitées seulement par AAD (groupe 2).

Les chances de recevoir un traitement par AAD n'étaient plus élevées que chez les personnes âgées de 45 à 54 ans (rapport des chances ajusté de 2,7) et les personnes âgées de plus de 55 ans (RCa : 15,2).

Les personnes ayant la co-infection au VIH avaient trois fois plus de chances de recevoir des AAD (RCa : 3.0). Dans une moindre mesure, les chances de recevoir des AAD étaient également plus élevées chez les personnes ayant la cirrhose (RCa : 1.8).

Les personnes ayant des antécédents d'injection de drogues avaient des chances légèrement plus élevées de recevoir des AAD (RCa : 1.3), tout comme les personnes recevant un traitement de substitution aux opioïdes (RCa : 1.3).

Les chercheurs ont également trouvé que les chances de recevoir un traitement par AAD étaient moindres dans les quartiers plus pauvres que dans les quartiers les plus privilégiés.

Selon les chercheurs, « ces résultats révèlent une amélioration de l'utilisation du traitement à l'époque des AAD dans les populations qui n'étaient pas traitées traditionnellement avec de l'interféron ».

Branchez-vous au monde scientifique

Déficience neuropsychiatrique persistante chez les patients atteints du VHC malgré la clairance du virus?!, Journal of Viral Hepatitis, juillet 2017, en anglais