HepCInfo Updates

Actualités infohépatiteC 8.8 

Bienvenue à Actualités infohépatiteC numéro 8.8 de CATIE du 1er avril au 14 avril 2017. Poursuivez votre lecture pour en apprendre davantage sur les nouvelles découvertes scientifiques et celles qui ont été mises à jour dans les domaines de la prévention, des soins, du traitement et du soutien liés à l'hépatite C.

À la une

L’Alberta élargit la couverture des médicaments contre l’hépatite C

L’Alberta vient d’élargir l’accès à six médicaments contre l’hépatite C. Les nouveaux médicaments anti-hépatite C qui figurent maintenant sur la liste de médicaments assurés de l’Alberta sont l’asunaprévir, le daclatasvir, Epclusa et Zepatier. La couverture s’élargit aussi pour Harvoni et le sofosbuvir

En février 2017, l’Alliance pancanadienne pharmaceutique (APP), l’organisme qui représente les provinces et territoires dans les négociations sur le prix des médicaments, a conclu une entente avec plusieurs compagnies pharmaceutiques afin de faire réduire le prix de six médicaments anti-hépatite C.

Lorsque l’APP conclut une telle entente, chaque province et territoire décide ensuite comment il veut modifier sa liste de médicaments assurés en conséquence. (globalnews.ca, avril 2017)

La FDA approuve Harvoni et le sofosbuvir pour les jeunes atteints d’hépatite C

Le 7 avril 2017, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a approuvé Harvoni et le sofosbuvir pour les jeunes âgés de 12 à 17 ans qui pèsent plus de 35 kilogrammes. Ce sont les premiers antiviraux à action directe (AAD) à être approuvés pour le traitement des personnes de moins de 18 ans.

Avant cette approbation, la combinaison de peg-interféron et de ribavirine était le seul traitement disponible pour cette population. Cette combinaison est moins efficace que les AAD actuels et cause des effets secondaires désagréables.

Lors d’une étude de 12 semaines menée auprès de 100 jeunes âgés de 12 à 17 ans qui avaient le génotype viral 1, Harvoni a donné un taux de guérison de 97 %. Comme lors des essais cliniques menés chez des adultes, les maux de tête et la fatigue ont été les effets secondaires les plus courants.

Lors d’une étude portant sur 50 jeunes (12 à 17 ans) atteints du génotype viral 2 ou 3 qui ont reçu le sofosbuvir et la ribavirine pendant 12 semaines (génotype 2) ou 24 semaines (génotype 3), les taux de guérison ont été de 100 % pour le génotype 2 et de 97 % pour le génotype 3. (HIVandhepatitis.com, avril 2017, en anglais)

Taux de guérison élevés parmi les itinérants suivis dans un programme de soins spécialisés

Presque tous les participants à un programme de traitement spécialisé visant les itinérants ont guéri de l’hépatite C, ont rapporté des chercheurs dans JAMA Internal Medicine.

L’équipe de traitement de l’hépatite C du Boston Health Care for the Homeless Program a traité 64 personnes avec des antiviraux à action directe (AAD) entre février 2014 et 2015. L’équipe incluait un coordonnateur des soins, une infirmière, deux infirmières praticiennes et deux médecins de soins primaires.

Les participants avaient en moyenne 55,5 ans. La majorité était des hommes (77 %) et 47 % d’entre eux étaient de race blanche. La plupart des patients (49) avaient le génotype 1 du virus, trois patients avaient le génotype 2, trois autres avaient le génotype 4 et sept autres avaient des génotypes mixtes. En raison des exigences de l’état, les participants qui souhaitaient recevoir le traitement dans le cadre du programme Medicaid devaient avoir des lésions hépatiques modérées (fibrose F2) pour y être admissibles.

Les participants ont reçu l’un des traitements suivants : Harvoni (50 personnes), sofosbuvir et ribavirine (4 personnes), lédipasvir et ribavirine (5 personnes) ou siméprévir et sofosbuvir (5 personnes).

Les participants ont fait l’objet d’une évaluation initiale qui incluait un test de dépistage de l’hépatite C et une discussion sur un éventuel plan de traitement. Pendant le traitement, les participants recevaient chaque semaine un appel de la part du coordonnateur des soins et avaient aussi des rendez-vous de suivi, y compris une consultation 12 semaines après la fin du traitement.

Le taux de guérison global a été de 97 % (62 participants sur 64 ont guéri). Selon les chercheurs, « Ces résultats démontrent que, grâce à un programme spécialisé pour traiter l’hépatite C chez les adultes [itinérants ou mal logés] dans un contexte de soins primaires, il est possible d’obtenir des résultats semblables à ceux des essais cliniques ». (Healio.com, avril 2017, en anglais)

Branchez-vous au monde scientifique

Effet à long terme d’une réponse virologique soutenue sur le carcinome hépatocellulaire chez les patients atteints d’hépatite C au Canada, Journal of Hepatology, mars 2017, en anglais