HepCInfo Updates

Actualités infohépatiteC 8.6  

Bienvenue à Actualités infohépatiteC numéro 8.6 de CATIE du 4 mars au 17 mars 2017. Poursuivez votre lecture pour en apprendre davantage sur les nouvelles découvertes scientifiques et celles qui ont été mises à jour dans les domaines de la prévention, des soins, du traitement et du soutien liés à l'hépatite C.

À la une

Une étude révèle que les cas d’hépatite C aiguë ont baissé de moitié chez les hommes gais et bisexuels séropositifs des Pays-Bas

Le nombre de cas d’hépatite C aiguë lors d'une étude d'envergure des Pays-Bas a baissé de près de la moitié entre 2014 et 2016 parmi les hommes gais et bisexuels séropositifs, ont rapporté des chercheurs lors de la Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes.

Les chercheurs ont examiné les données recueillies dans 17 centres de traitement du VIH néerlandais entre 2014 et 2016. Pendant cette période, l’accès aux antiviraux à action directe (AAD) contre l’hépatite C n’était sujet à aucune restriction aux Pays-Bas. Ces données portaient sur 80 % des hommes gais et bisexuels séropositifs néerlandais qui recevaient des soins.

En 2014, 93 personnes ont reçu un diagnostic d’infection aiguë à l’hépatite C (taux d’incidence de 11,2 par 1 000 années-personnes). En 2016, 49 cas d’hépatite C aiguë ont été diagnostiqués (taux d’incidence de 5,5 par 1 000 années-personnes). Le taux d’incidence annuel de l’hépatite C est passé de 1,1 % à 0,5 % par année, soit une réduction de 51 %.

Comme les chercheurs ont constaté une augmentation de 41 % des nouveaux cas de syphilis au cours de la période à l’étude, ils ne croyaient pas que la réduction des cas d’hépatite C aiguë était attribuable à des changements de comportements sexuels. Selon les chercheurs, « l’accès et l’utilisation non restreints d’AAD pour le traitement de l’hépatite C chronique et aiguë sont l’explication la plus probable ». (HIVandhepatitis.com, février 2017, en anglais)

L’hépatite C augmente le risque de cancer du foie et de cancers non liés au foie chez les adultes âgés

Les adultes âgés qui ont l’hépatite C ou qui l’ont eue dans le passé courent des risques plus élevés de cancer du foie et de cancers non liés au foie que les personnes sans hépatite C, ont rapporté des chercheurs dans la revue Cancer.

Les chercheurs ont analysé les données de l’étude Surveillance, Epidemiology and End Results (SEER), un programme national de recherche sur le cancer aux États-Unis. L’étude a porté sur 1,6 million de personnes âgées de 66 ans ou plus qui avaient reçu des soins pour le cancer entre 1993 et 2011, ainsi que 200 000 personnes sans cancer.

La prévalence de l’hépatite C était légèrement plus élevée parmi les personnes atteintes de cancer que dans le groupe témoin (0,7 % contre 0,5 %).

Comparativement au groupe témoin, les personnes qui avaient l’hépatite C ou qui l’avaient eue dans le passé étaient plus sujettes aux cancers suivants :

  • 31,5 fois plus susceptibles d’avoir un cancer du foie
  • 3,40 fois plus susceptibles d’avoir un cancer des canaux qui transportent la bile à l’intérieur du foie
  • 1,97 fois plus susceptibles d’avoir un cancer anal
  • 1,90 fois plus susceptibles d’avoir un cancer des canaux qui transportent la bile à l’extérieur du foie
  • 1,57 fois plus susceptibles d’avoir un cancer touchant le système immunitaire (lymphome diffus à grandes cellules B)
  • 1,56 fois plus susceptibles d’avoir un cancer affectant la production de cellules sanguines dans la moelle osseuse (syndrome myélodysplasique)
  • 1,56 fois plus susceptibles d’avoir un genre de cancer de la peau (cancer sans présence de mélanome, cancer non épithélial)
  • 1,23 fois plus susceptibles d’avoir un cancer du pancréas

Selon les estimations des chercheurs, l’élimination de l’hépatite C réduirait le risque de cancer du foie de 16 %. Toutefois, l’élimination de l’hépatite C n’aurait qu’un impact modeste sur la réduction d’autres cancers, comme ceux des canaux biliaires et du pancréas.

Selon les chercheurs, « des études sont nécessaires pour renforcer les données associant l’infection à l’hépatite C à ces cancers et pour élucider davantage les mécanismes biologiques ». (hivandhepatitis.com, février 2017, en anglais)

Le traitement par AAD est efficace chez les personnes co-infectées atteintes de lésions hépatiques graves

Des personnes co-infectées par l’hépatite C et le VIH qui avaient aussi de graves lésions hépatiques ont connu des taux de guérison élevés grâce à des traitements par antiviraux à action directe (AAD), ont rapporté des chercheurs espagnols lors de la Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes.

Les participants (170) étaient suivis dans 13 cliniques espagnoles et avaient commencé un traitement par AAD en 2015. Environ les trois quarts des participants étaient des hommes et leur moyenne d’âge était de 51 ans. Tous les participants avaient reçu un diagnostic de cirrhose. La plupart (75 %) avaient un foie fonctionnel, mais gravement endommagé (cirrhose compensée).

Tous les participants suivaient un traitement anti-VIH, et 89 % d’entre eux avaient une charge virale indétectable en VIH.

Le plus souvent, les participants ont été traités par l’un des médicaments suivants pour une période de 12 ou 24 semaines :

Dans l’ensemble, 98 % des personnes qui n’avaient jamais été traitées et 89 % des personnes déjà traitées ont guéri grâce au traitement. Le traitement s’est généralement révélé sûr et bien toléré. En moyenne, la santé du foie s’est améliorée chez les participants à la suite du traitement (la rigidité du foie a baissé en moyenne de 5,6 kPa).

Les AAD sont en voie de se révéler très efficaces. Lorsque les traitements plus anciens étaient utilisés, les personnes atteintes de graves lésions hépatiques et celles co-infectées par l’hépatite C et le VIH étaient généralement moins susceptibles de guérir sous l’effet du traitement. Grâce aux nouveaux traitements, les taux de guérison sont prometteurs pour les personnes souffrant à la fois de la co-infection VIH/hépatite C et de l’insuffisance hépatique avancée. (infohep.org, mars 2017, en anglais)

Branchez-vous au monde scientifique

Stratégies de capital social pour améliorer la connaissance et l’adoption du traitement de l’hépatite C parmi les hommes en prison, Journal of Viral Hepatitis, février 2017, en anglais

Taux de mortalité chez les patients atteints d’hépatite C chronique et de cirrhose comparativement à la population générale : Une étude de cohorte danoise, The Journal of Infectious Diseases, février 2017, en anglais