HepCInfo Updates

Actualités infohépatiteC 8.5  

Bienvenue à Actualités infohépatiteC numéro 8.5 de CATIE du 18 février 2017 au 3 mars 2017. Poursuivez votre lecture pour en apprendre davantage sur les nouvelles découvertes scientifiques et celles qui ont été mises à jour dans les domaines de la prévention, des soins, du traitement et du soutien liés à l'hépatite C.

À la une

Nouvelles CATIE : Accord canadien sur six médicaments contre l’hépatite C

L’Alliance pancanadienne pharmaceutique (APP) est l’organisme qui représente les provinces et les territoires lors des négociations avec les compagnies pharmaceutiques. L’APP a récemment conclu un accord avec plusieurs compagnies afin de faire réduire le prix de six médicaments contre l’hépatite C.

Le nouvel accord inclut l’asunaprévir, le daclatasvir, Epclusa et Zepatier et réduit encore le prix d’Harvoni et du sofosbuvir, lesquels ont fait l’objet d’une entente antérieure sur le prix des médicaments.

À la suite de ces négociations, la Colombie-Britannique a ajouté ces produits à sa liste de médicaments assurés provinciale et, à partir de 2018, elle n’exigera plus que les patients présentent des dommages minimaux au foie pour être admissibles au traitement.

Au cours des 12 prochains mois, l’Ontario va également élargir son programme afin de couvrir toutes les personnes vivant avec l’hépatite C. L’Ontario a également ajouté l’asunaprévir, le daclatasvir, Epclusa et Zepatier à sa liste de médicaments assurés le 28 février 2017. L’admissibilité à ces médicaments dépend encore de la présence d’un degré modéré de dommages hépatiques (score de fibrose F2), mais il y a de nombreuses exceptions où cela n’est pas exigé, comme chez les personnes atteintes du VIH, de l’hépatite B ou d’une maladie rénale.

Il n’est pas clair si les autres provinces et territoires élargiront de façon semblable la couverture des médicaments. Chaque fois que l’APP négocie un accord avec les fabricants de médicaments, il revient au gouvernement de chaque province ou territoire de décider comment il compte modifier sa liste de médicaments assurés. (catie.ca, février 2017)

L’Australie pourrait être capable d’éliminer l’hépatite C d’ici 2026

Si l’adoption du traitement de l’hépatite C se poursuit au rythme actuel, l’Australie pourrait être en mesure d’éliminer l’hépatite C d’ici 2026, ont rapporté des chercheurs de l’Institut Kirby de l’Université de la Nouvelle-Galles du Sud.

Selon les estimations du rapport, entre 30 000 et 33 000 personnes ont commencé un traitement par antiviraux à action directe en 2016 (de mars à décembre). Ces chiffres correspondent à entre 13 % et 15 % des personnes vivant avec l’hépatite C en Australie.

Parmi les personnes qui ont commencé le traitement, la plupart étaient des hommes (66 %), et 40 % de ces hommes avaient 50 ans ou plus.

Les traitements les plus utilisés ont été Harvoni (57 %) et le sofosbuvir et le daclatasvir (38 %). Dans l’ensemble, 65 % des personnes ont été traitées par un spécialiste. Cependant, la proportion de personnes recevant un traitement de la part d’un omnipraticien (généraliste) est passé de 4 % en mars à 19 % en septembre.

« Nous avons une occasion unique d’éliminer une maladie infectieuse majeure, potentiellement la première occasion [de le faire] par une intervention thérapeutique », a conclu l’un des chercheurs. (kirby.unsw.edu.au, février 2017, en anglais)

L’étiquette de Technivie a été mise à jour pour inclure les personnes atteintes du génotype 4 et de cirrhose

La Food and Drug Administration des États-Unis a mis à jour l’étiquette de Technivie pour inclure l’option de traiter les personnes atteintes du génotype viral 4 et de lésions hépatiques graves (cirrhose).

Les personnes ayant le génotype 4 du virus et la cirrhose prennent Technivie et la ribavirine pendant 12 semaines.

Cette mise à jour est fondée sur les données d’un essai clinique mené auprès de 120 participants cirrhotiques qui ont pris Technivie une fois par jour en combinaison avec la ribavirine pendant 12 ou 16 semaines.

Le taux de guérison des personnes traitées de cette manière pendant 12 semaines a été de 97 % (57 participants sur 59). Le taux de guérison chez les personnes traitées pendant 16 semaines n’a pas été présenté dans le rapport en question.

Les effets secondaires courants incluaient la fatigue, la faiblesse et les maux de tête.

La combinaison de Technivie et de ribavirine est approuvée à l’heure actuelle au Canada pour les personnes atteintes du génotype viral 4 qui n’ont pas la cirrhose. (content.govdelivery.com, février 2017, en anglais)

Branchez-vous au monde scientifique

L’impact financier du dépistage et du traitement de l’hépatite C sur le terrain dans une unité de traitement de la toxicomanie urbaine, Liver International, mars 2017, en anglais