HepCInfo Updates

Actualités infohépatiteC numéro 6.24 

Bienvenue à Actualités infohépatiteC numéro 6.24 de CATIE du 14 novembre au 27 novembre 2015. Poursuivez votre lecture pour en apprendre davantage sur les nouvelles découvertes scientifiques et celles qui ont été mises à jour dans les domaines de la prévention, des soins, du traitement et du soutien liés à l'hépatite C.

À la une

Nouvelles CATIE : Un nouveau traitement donne lieu à des taux de guérison élevés contre tous les génotypes

Lors d’un essai clinique de phase avancée sur la combinaison expérimentale associant les médicaments sofosbuvir (Sovaldi) et velpatasvir, on a constaté des taux de guérison de 99 % chez tous les participants, quel que soit leur génotype du virus de l’hépatite C, ont rapporté des chercheurs dans le New England Journal of Medicine

Le sofosbuvir et le velpatasvir sont des antiviraux à action directe (AAD). Les AAD sont des médicaments qui s’attaquent directement à un virus, comme celui de l’hépatite C, de sorte qu’il n’est plus capable de faire des copies de lui-même. Ces deux médicaments sont combinés dans un seul comprimé que l’on prend une fois par jour pendant 12 semaines.

Sur les 624 participants inscrits à l’étude, la majorité se composait d’hommes blancs originaires d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord. Aucun participant n’avait le VIH ou l’hépatite B. Dix-neuf pour cent des participants présentaient de graves lésions au foie (cirrhose). Rappelons que les taux de guérison sont souvent plus faibles chez les personnes atteintes de cirrhose que chez les personnes n’ayant pas la cirrhose. Cependant, lors de cet essai clinique, le taux de guérison s’élevait à 99 % chez les personnes cirrhotiques, soit l’équivalent du taux de guérison chez les personnes n’ayant pas la cirrhose.

Les effets secondaires les plus courants ont été les maux de tête, la fatigue et les nausées.

Pour en savoir plus sur le sofosbuvir et le velpatasvir, consultez l’article de Nouvelles CATIE intitulé Le velpatasvir fait ses débuts pour le traitement de l’hépatite C. (catie.ca, novembre 2015, en anglais et français)

Une combinaison de médicaments expérimentale donne lieu à des taux de guérison élevés chez des personnes atteintes de cirrhose

Lors d’un petit essai clinique sur Harvoni et un AAD expérimental appelé védroprévir, 96 % des participants atteints d’hépatite C et de cirrhose ont été guéris, ont rapporté des chercheurs lors d’une réunion de l’AASLD (American Association for the Study of Liver Diseases) tenue à San Francisco.

L’étude a porté sur 46 participants atteints du génotype 1 du virus qui avaient tous été traités auparavant par peg-interféron et ribavirine. La plupart des participants étaient des hommes et ils étaient presque tous de race blanche.

Les participants ont reçu Harvoni et le védroprévir avec ou sans ribavirine pendant huit semaines.

Les taux de guérison (définie comme une réponse virologique soutenue à 12 semaines) ont été les suivants :

  • Harvoni + védroprévir : 96 %
  • Harvoni + védroprévir + ribavirine : 88 %

Le traitement s’est généralement révélé sûr et bien toléré. Les effets secondaires les plus courants ont été les maux de tête, les éruptions cutanées, la sinusite, la toux et la fatigue.

La combinaison Harvoni + védroprévir pendant huit semaines « a permis d’obtenir des taux de RVS élevés chez des patients déjà traités porteurs du génotype 1 et souffrant de cirrhose », et l’ajout de « la ribavirine n’a pas amélioré les taux de RVS », ont conclu les chercheurs. (HIVandhepatitis.com, novembre 2015, en anglais)

Les lésions hépatiques s’améliorent à la suite de la guérison de l’hépatite C

Plus de la moitié des personnes cirrhotiques ayant guéri de l’hépatite C grâce à un traitement ont connu une amélioration de leurs lésions hépatiques, ont rapporté des chercheurs lors d’une réunion de l’AASLD (American Association for the Study of Liver Diseases) tenue à San Francisco.

Les chercheurs ont examiné les dossiers de 100 clients d’une clinique californienne qui avaient l’hépatite C chronique et des lésions hépatiques classées comme avancées (fibrose) ou graves (cirrhose). Tous les participants ont également passé un examen par FibroScan dans le cadre de l’étude six mois après avoir guéri de l’hépatite C. FibroScan est un appareil qui mesure les lésions hépatiques à l’aide d’ondes sonores.

Sur les 100 patients, 35 souffraient de fibrose avancée et 65 autres de cirrhose. Les patients étaient majoritairement des hommes blancs.

Parmi les 65 personnes qui avaient la cirrhose au début de l’étude, 55 % ont connu une amélioration, alors que l’état de 45 % d’entre eux est resté inchangé.

Parmi les 35 participants qui avaient la fibrose avancée au début de l’étude, le stade de la fibrose s’est amélioré d’un cran ou plus chez 69 % d’entre eux, est resté inchangé chez 14 % d’entre eux et a progressé vers la cirrhose chez 17 % d’entre eux.

L’amélioration des lésions hépatiques a mis une période médiane de 2,5 ans à se produire chez les personnes qui avaient la fibrose avancée au début de l’étude, comparativement à 3,0 ans chez les personnes cirrhotiques, ce qui indique que l’état des personnes ayant des lésions hépatiques moins graves s’est amélioré plus rapidement.

Aucune association significative n’a été constatée entre les changements dans les lésions hépatiques et les facteurs suivants : le sexe des patients, la race/ethnie, l’obésité, la plupart des affections médicales ou la plupart des complications de la cirrhose. Toutefois, le diabète et les varices (dilatation de veines dans l’estomac ou l’œsophage) ont été associés à une probabilité plus faible d’amélioration des lésions hépatiques.           

Cette étude a révélé une « amélioration globale de 60 % chez les sujets atteints de cirrhose ou de fibrose avancée au début de l’étude après l’obtention d’une RVS confirmée par FibroScan », ont conclu les chercheurs. (HIVandhepatitis.com, novembre 2015, en anglais)

Branchez-vous au monde scientifique

Why the FUSS (Fentanyl Urine Screen Study – Étude sur le dépistage du fentanyl dans l’urine)? Une enquête transversale pour caractériser une menace émergente pour les personnes qui utilisent des drogues en Colombie-Britannique, Canada, Harm Reduction Journal, novembre 2015, en anglais