HepCInfo Updates

Actualités infohépatiteC numéro 5.20 

Bienvenue à Actualités infohépatiteC numéro 5.20 de CATIE du 27 septembre au 10 octobre 2014. Poursuivez votre lecture pour en apprendre davantage sur les nouvelles découvertes scientifiques et celles qui ont été mises à jour dans les domaines de la prévention, des soins, du traitement et du soutien liés à l'hépatite C.

À la une

Le Québec ajoute la combinaison sofosbuvir-ribavirine à sa liste de médicaments assurés pour les personnes porteuses du génotype 2 ou 3 du VHC

La combinaison de sofosbuvir (Sovaldi) et de ribavirine a été ajoutée à la liste de médicaments assurés du Québec pour les personnes porteuses du génotype 2 ou 3 du virus de l’hépatite C (VHC) qui n’ont pas le VIH et qui répondent aux critères suivants :

  • jamais traitées auparavant pour l’hépatite C, ou
  • traitées auparavant par peg-interféron et ribavirine mais sans guérison, ou
  • présence de contre-indication ou d’intolérance grave au peg-interféron

Un traitement de 12 semaines est approuvé pour les personnes porteuses du génotype 2 du VHC. Un traitement d’une durée maximale de 24 semaines est approuvé pour les personnes porteuses du génotype 3.

La combinaison de sofosbuvir, de peg-interféron et de ribavirine a été ajoutée à la liste de médicaments assurés du Québec plus tôt cette année pour les personnes ayant le génotype 1 ou 4 du VHC. (https://www.inesss.qc.ca/, octobre 2014, en français et en anglais)

Nouvelles CATIE : Le test de recherche de l’ARN VHC est plus efficace que le test de dépistage des anticorps pour détecter l’infection aiguë à l’hépatite C chez les HARSAH séropositifs

Le test de recherche de l’ARN VHC est préférable au dépistage des anticorps pour détecter l’infection aiguë à l’hépatite C chez les hommes séropositifs ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH), ont rapporté des chercheurs dans la revue Clinical Infectious Diseases.

Le test de dépistage des anticorps anti-hépatite C permet de déterminer si une personne est porteuse d’anticorps contre l’hépatite C, lesquels sont comme des empreintes de pied que le virus laisse dans le corps après y être entré. Le test de recherche de l’ARN permet de détecter le matériel génétique lui-même du virus.

Des chercheurs d’Amsterdam ont recruté 63 hommes séropositifs qui n’avaient pas l’hépatite C dans une clinique VIH. Les participants étaient inclus dans l’étude lorsqu’ils recevaient un diagnostic d’infection aiguë à l’hépatite C. On définit l’infection aiguë comme la période de six mois suivant l’infection initiale par l’hépatite C.

En ce qui concerne les personnes séronégatives qui contractent l’hépatite C, on estime que la période fenêtre entre le moment où une personne est infectée par l’hépatite C et le moment où elle développe des anticorps anti-hépatite C est d’environ 34 à 70 jours. Toutefois, dans cette étude, on ne pouvait détecter d’anticorps anti-hépatite C chez 41 % des hommes durant les trois mois suivant l’infection. Pendant cette période, l’ARN VHC était décelable, ce qui a permis aux chercheurs de déterminer que les hommes avaient l’hépatite C.

Selon les chercheurs, l’infection aiguë à l’hépatite C risque de passer inaperçue si le dépistage repose sur le seul test de recherche des anticorps. Le test de recherche de l’ARN VHC est donc recommandé pour le dépistage de l’infection aiguë à l’hépatite C chez les HARSAH séropositifs. (www.catie.ca, septembre 2014, en français et en anglais)

Le fabricant du médicament anti-hépatite C asunaprévir retire la demande d’approbation soumise à la FDA

Bristol-Myers Squibb (BMS), fabricant du médicament asunaprévir, qui est utilisé en combinaison avec le daclatasvir (Daklinza), a décidé de ne pas chercher l’approbation de son médicament auprès de la Food and Drug Administration (FDA). La FDA est l’agence de réglementation chargée d’approuver les nouveaux médicaments aux États-Unis. BMS n’a pas annulé son projet de demande d’approbation de l’asunaprévir au Canada.

La combinaison asuprénavir-daclatasvir est approuvée au Japon et est très efficace contre le génotype 1b du virus de l’hépatite C, qui est courant au Japon. Elle est moins efficace contre le génotype 1b, qui est plus courant en Amérique du Nord.

Le daclatasvir attend l’approbation de la FDA. Il s’est révélé efficace en combinaison avec le sofosbuvir (Sovaldi). (HIVandhepatitis.com, octobre 2014, en anglais)

Branchez-vous au monde scientifique

Prévalence de problèmes cutanés et d’ulcération de la jambe chez un échantillon de jeunes utilisateurs de drogues injectables, Harm Reduction Journal, août 2014, en anglais