Un historique du VIH et du sida

Retournez à la page Web de la Journée mondiale du sida

1981
  • Le US Centers for Disease Control (CDC) est informé du taux anormalement élevé de maladies rares, la pneumonie Pneumocystis carinii (PPC) et le sarcome de Kaposi chez les jeune hommes homosexuels.
  • On donne d’abord à la maladie le nom de Gay-Related Immune Deficiency (GRID) car elle ne semble toucher que les hommes homosexuels.
  • À la fin de la même année on signale des cas chez les utilisateurs de drogues injectables.
1982
  • La maladie est renommée Syndrome d’immunodéficience acquis (SIDA).
  • On se rend compte que la maladie peut être transmise par voie sexuelle.
  • Des cas sont signalés chez les hémophiles et les transfusés de sang.
  • Les premiers cas de sida sont signalés en Afrique.
  • Le Canada signale son premier cas de sida en mars.
1983
  • On découvre que les femmes peuvent être infectées par le sida lors de rapports hétérosexuels.
  • En France, des docteurs isolent un virus –­ le virus lymphadéno-associé (LAV) – qu’ils pensent être la cause du sida.
  • L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) commence une surveillance globale du sida.
  • Des cas de sida sont signalés au Canada, dans quinze pays européens, en Haïti, au Zaïre, dans sept pays latino-américains et en Australie.
  • Le Canada forme un groupe de travail national sur le sida.
1984
  • Une épidémie de sida chez les hétérosexuels est signalée en Afrique.
  • Le AIDS Committee of Toronto (ACT) organise la première semaine de sensibilisation au sida.
1985
  • Les docteurs du US National Cancer Institute identifient un virus – virus T-lymphotrope humain type III (HTLV-III) – qu’ils pensent être la cause du sida. Une poursuite judiciaire s’en suit quand il devient évident qu’il s’agit du même virus isolé par les chercheurs français en 1983.
  • La première conférence internationale sur le sida a lieu en Géorgie, aux États-Unis.
  • La Croix rouge canadienne commence à effectuer des tests de sida sur tous les produits sanguins.
  • La première conférence canadienne sur le sida a lieu à Montréal
1986
  • Le premier test sanguin de détection du sida est breveté par la US Food and Drug Administration (FDA).
  • On découvre que le VIH peut être transmis de mère à enfant quand elle nourrit au sein.
  • Rock Hudson est la première personnalité connue à mourir du sida.
  • La Société canadienne du sida est établie.
  • La première conférence canadienne de recherche sur le sida a lieu à Toronto.
1987
  • La FDA approuve le premier médicament antirétroviral, l’AZT.
  • Le militant vancouvérois Kevin Brown, fondateur de Positive Living Society of British Columbia, fait pression sur le gouvernement fédéral pour qu’il facilite l’accès à l’AZT.
  • L’OMS élabore la première stratégie globale de lutte contre le sida.
  • Le sida est la première maladie à faire l’objet d’un débat à l’assemblée générale des Nations Unies.
  • Diana, la Princesse de Galles, est photographiée en train de toucher une personne vivant avec le sida et crée un événement médiatique.
1988
  • Un sommet mondial des ministres de la santé de 148 pays se tient à Londres, Angleterre, pour élaborer une stratégie de lutte contre le sida.
  • Le directeur général de l’OMS annonce que le 1er décembre sera la première Journée mondiale contre le sida.
  • AIDS ACTION NOW! est fondé à Toronto.
1989
1990
  • AIDS ACTION NOW! établit le premier centre d’info-traitement le Treatment Information Exchange (TIE) et le ministre fédéral de la santé annonce le financement d’une stratégie nationale de traitement dans le cadre de la stratégie nationale sur le sida. Le programme d’accès spécial est mis en place pour permettre l’accès à des traitements non approuvés contre les affections secondaires au sida.
  • Le projet de AIDS ACTION NOW! TIE devient le réseau canadien d’info-traitements sida (CATIE), un organisme communautaire indépendant.
  • Le Réseau canadien pour les essais VIH est établi.
  • L’Association canadienne de recherche sur le VIH est fondée.
1991
1992
1993
  • On se rend compte que certaines personnes ont une résistance à l’AZT bien qu’elles n’aient jamais pris ce médicament avant.
  • On se rend compte que le sida se propage rapidement en Asie et dans le Pacifique.
  • CATIE publie le premier numéro de Vous et votre santé en partenariat avec la Toronto People with AIDS Foundation.
1994
  • Un plan est formulé pour remplacer le programme Global contre le VIH/sida de l’OMS par le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA).
  • Les recherches montrent que l’AZT réduit de deux tiers le risque de transmission verticale du VIH de la mère à l’enfant pendant la grossesse.
  • Le principe du Participation accrue des personnes vivant avec le VIH (GIPA) a été adopté à l’occasion du Sommet de Paris sur le sida de 1994, lorsque 42 pays se sont engager à « Soutenir la participation en plus grand nombre des personnes séropositives à tous les niveaux… et de stimuler la création des environnements de politique, légal et social en solidarité ».
1995
  • Le CDC annonce que le sida est devenu la principale cause de mort chez les américains de 25 à 44 ans.
  • La FDA approuve une nouvelle famille de médicaments antirétroviraux – les inhibiteurs de protéase.
  • L’OMS estime qu’environ 18 millions d’adultes et 1,5 million d’enfants ont été infectés par le VIH depuis le début de la pandémie.
  • CATIE est nommé partenaire de la Stratégie canadienne sur le VIH/sida financée par Santé Canada. CATIE prend la responsabilité du registre de traitements national et assume un rôle national.
1996
  • ONUSIDA est créé à partir de programmes de lutte contre le sida du programme de développement de l’ONU, de la banque mondiale, du Fond des nations pour la population, de l’UNICEF et de l’UNESCO.
  • La FDA approuve une autre classe de médicaments antirétroviraux – les inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse (INNTI).
  • La thérapie antirétrovirale hautement active (HAART) devient le traitement standard pour les infections de VIH.
  • CATIE lance son service d’information par téléphone à plein temps et son site web.
1997
1998
1999
  • L’OMS annonce que le VIH/sida est devenu le quatrième plus grand tueur dans le monde.
  • On découvre qu’une seule dose de névirapine réduit efficacement le risque de transmission mère-enfant pendant la grossesse.
  • Les premiers essais d’un vaccin humain contre le VIH commencent en Thaïlande.
2000
  • Les dirigeants du G8 conviennent des objectifs de développement international pour le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme.
  • Le Secrétaire général des Nations Unies crée le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.
  • CATIE change son nom et devient le Réseau canadien d’info-traitements sida (the Canadian AIDS Treatment Information Exchange).
2001
2002
  • Le VIH devient la cause principale de mort chez les personnes âgées de 15 à 59 ans dans le monde.
2003
  • L’OMS annonce l’initiative « 3 by 5 » qui vise à offrir un traitement à 3 millions de personnes dans le monde d’ici 2005.
  • L’Organisation mondiale du commerce donne le droit aux pays en voie de développement d’importer des médicaments génériques en cas d’urgence sanitaire.
  • Le premier site d’injection supervisé, qui a été officiellement sanctionné, ouvre ses portes dans le quartier Downtown Eastside de Vancouver
2004
2005
  • Santé Canada approuve la vente d’un test rapide de dépistage des anticorps au VIH aux professionnels de la santé au Canada, ce qui permet d’obtenir le résultat précis  d’un test dépistage des anticorps au VIH en deux minutes.
  • Lors du sommet annuel du Forum économique mondial à Davos en Suisse, le VIH/sida en Afrique et dans d’autres régions durement touchées est placé en tête des préoccupations des participants.
2006
  • Les Nations Unies organisent une réunion de suivi et publient un rapport sur la mise en place de la Déclaration d'engagement sur le VIH/sida.
  • La 16e conférence internationale sur le sida se tient à Toronto.
2007
  • L’OMS et ONUSIDA recommande « la circoncision masculine à tout âge comme une stratégie additionnelle dans la lutte contre le VIH. »
  • L’Initiative canadienne de vaccin contre le VIH (ICVV) est créé pour marquer la participation du Canada aux efforts mondiaux visant à créer un vaccin sûr et efficace contre le VIH.
2008
2009
  • ONUSIDA demande la mise en place de programmes dont l’objectif est l’élimination complète de la transmission du VIH de mère à enfant d’ici 2015.
2010
  • La déclaration de Vienne, un énoncé qui vise à améliorer la santé et la sécurité communautaires par le biais de l’intégration de preuves scientifiques dans les politiques sur les drogues illicites, fut lancée lors de la 18e Conférence internationale sur le sida à Vienne, en Autriche.
  • Les résultats de l’essai CAPRISA 004 sont présentés lors de la Conférence de Vienne. Cet essai est le premier à démontrer à l’aide de preuves que l’utilisation d’un gel microbicide à base de médicament antirétroviral (1 % de ténofovir) peut considérablement réduire les risques d’infection au VIH chez les femmes.
  • En janvier, le gouvernement des États-Unis a levé l’interdiction qui empêchait les personnes séropositives d’entrer au pays.
  • En juillet, lors de la Conférence de Vienne, le gouvernement du Canada et la Fondation Bill et Melinda Gates ont renouvelé leur engagement pouvant aller jusqu'à 139 millions de dollars pour la mise en œuvre de l’Initiative canadienne de vaccin contre le VIH (ICVV).
2011
  • 30 ans depuis que le premier cas de sida a été signalé le 5 juin 1981.
  • Le magazine Science énonce que le traitement comme outil de prévention constitue sa « percée de l’année » suite aux conclusions de l’étude HPTN 052 chez des couples sérodiscordants (où un partenaire est séropositif et l’autre séronégatif) qui ont démontré que le traitement du VIH pouvait considérablement réduire les risques de transmission chez les couples hétérosexuels.
  • Les résultats de l’étude iPrEx, chez les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HRSH), et les études Partners PrEP et TDF2, chez les couples hétérosexuels, montrent qu’une pilule par jour contenant du ténofovir et du FTC (Truvada) ou seulement du ténofovir (Viread) pourrait réduire significativement le risque de transmission du VIH.
  • Dans une victoire de la science fondée sur les données probantes, la Cour suprême du Canada a jugé que InSite, le site d’injection supervisée de Vancouver, pouvait continuer de fonctionner sans crainte d’ingérence juridique.
  • Pour la première fois, l’OMS inclut dans ses lignes directrices les personnes transgenres comme groupe à risque plus élevé à l’infection au VIH Prévention et traitement de l'infection à VIH et des autres infections sexuellement transmissibles chez les hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes et chez les personnes transgenres.
2012
2013
2014
2015
  • START, un essai clinique d’envergure qui s’est déroulé sur plusieurs années, fournit des données probantes indiquant que l’amorce du traitement peu après le diagnostic de VIH réduit le risque de maladie grave et de mortalité. Par conséquent, l’OMS a publié des lignes directrices mises à jour qui recommandent de traiter toutes les personnes vivant avec le VIH, peu importe leur compte de CD4.
  • Le Consensus de Vancouver établi lors de l’édition 2015 de la Conférence de l’IAS à Vancouver exhorte les leaders mondiaux à s’engager à élargir l’accès au traitement du VIH.
  • Les résultats de l’étude PROUD menée en Angleterre confirment que Truvada à titre de prophylaxie pré-exposition (PrEP) est très efficace chez les hommes gais dans un contexte du « vrai monde ».
  • Gilead Sciences s’adresse à Santé Canada pour demander l’approbation de Truvada à titre de PrEP au Canada.
  • Le Réseau canadien des personnes séropositives (RCPS), un nouveau réseau indépendant pour et par les personnes vivant avec le VIH et des co-infections incluant le VIH, est fondé pour représenter les besoins de toutes les personnes et communautés touchées par le VIH et les co-infections incluant le VIH.
  • Le Canada adopte les 90-90-90, cibles mondiales de traitement du VIH de l’ONUSIDA.
2016
  • Santé Canada approuve l’utilisation quotidienne de Truvada par voie orale (ténofovir + FTC) comme prophylaxie pré-exposition (PrEP) pour réduire le risque de transmission sexuelle du VIH.
  • Les résultats les plus récents des études HPTN 052 et PARTNER continuent de montrer que le traitement antirétroviral (TAR) et une charge virale indétectable réduisent considérablement le risque de transmission du VIH à la fois pour le sexe anal et vaginal.
  • L’Association pour la microbiologie médicale et l’infectiologie Canada (AMMI) publie un énoncé de position sur l’amorce précoce de la TAR pour traiter le VIH.
  • La Déclaration de consensus canadien sur les bienfaits de santé et de prévention associés au dépistage du VIH et aux médicaments antirétroviraux contre le VIH visant à améliorer la réponse du Canada au VIH est lancée à SIDA 2016.
  • La Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme se tient à Montréal et amasse près de 12,9 milliards de dollars sous forme de contributions annoncées.
  • Près de 250 organismes canadiens signent une déclaration nationale demandant des programmes de seringues et d’aiguilles en prison.
  • L’ASPC publie les premières statistiques nationales sur les progrès du Canada par rapport à l’atteinte des cibles 90-90-90 de l’ONUSIDA.
2017
  • CATIE se joint à de nombreux organismes nationaux et internationaux en appuyant la campagne I=I (Indétectable = Intransmissible) de Prevention Access Campaign.
  • La version générique de Truvada (ténofovir + FTC) est approuvée au Canada. L’Ontario devient la deuxième province (après le Québec) à ajouter le ténofovir + FTC comme PrEP à sa liste de médicaments assurés.

Retournez à la page Web de la Journée mondiale du sida.