Hépatite C : Un guide détaillé

Soutien et divulgation

Dire qu'on a l'hépatite C à ses proches, à son employeur et à ses fournisseurs de soins relève d'un choix personnel. Une personne peut décider de ne rien dire à personne ou encore de ne se confier qu’à certaines personnes au début. Dans la plupart des situations, les gens n'ont pas besoin de divulguer s'ils ne veulent pas le faire. Par exemple, ils n'ont pas besoin d'aviser le propriétaire de leur logement, leur agent de probation ou le personnel d'un refuge de leur statut.

Pour en savoir plus sur la divulgation et l'hépatite C, consultez la FAQ intitulée Quand une personne est-elle légalement tenue de dévoiler son infection par l’hépatite C?

Les bienfaits de la divulgation

Obtenir du soutien

Les personnes vivant avec l'hépatite C ont souvent besoin de soutien pour faire face à la stigmatisation, aux complications médicales qui risquent de survenir et aux décisions qu'elles doivent prendre en ce qui concerne le traitement de leur infection. La divulgation peut aider les personnes atteintes d'hépatite C à obtenir du soutien. L'obtention d'un soutien auprès d'une source sûre et digne de confiance, qu'il s'agisse d'un conseiller ou d'un groupe de soutien, peut préparer les gens à parler de leur maladie à leurs proches.

Recevoir des soins de santé

Si les médecins et les autres professionnels de la santé savent qu'une personne a l'hépatite C, ils seront mieux placés pour prodiguer des soins. Les personnes vivant avec l’hépatite C et leur médecin pourront ensuite prendre des décisions au sujet de leurs médicaments et de leur traitement de manière à empêcher l'endommagement continu du foie.

Les professionnels de la santé sont tenus de respecter la confidentialité, alors le statut de l’hépatite C ainsi que tout autre renseignement sur la santé de leurs patients doivent rester confidentiels.

Assurer la sécurité

Les personnes atteintes d'hépatite C ont intérêt à parler de leur état avec leurs proches, leurs partenaires sexuels et les autres personnes avec qui elles consomment de la drogue parce que c'est une excellente occasion de les informer sur les moyens de prévenir la transmission du virus et de rester en santé. Il est important d'en parler aussi aux médecins, dentistes et autres fournisseurs de soins de santé afin qu'ils puissent apporter un soin particulier aux précautions standard destinées à prévenir la transmission d’infections.

Les précautions à prendre lorsqu'on choisit de divulguer

Certaines personnes feront de la discrimination

Divulguer qu'on a l'hépatite C peut mettre une personne dans une position vulnérable. Lorsqu’elles apprendront cette nouvelle, certaines personnes réagiront  avec choc, peur ou jugement, surtout si elles ne comprennent rien à la maladie. Dans certains cas, offrir des renseignements sur l’hépatite C peut améliorer la situation. De plus, il est toujours plus facile de se confier à des proches qui sont dignes de confiance. Avoir l'hépatite C peut changer la vie d'une personne. On risque de perdre certains amis, mais on en trouve souvent plusieurs autres.

Suggestions pour des discussions sur la divulgation

Une fois qu'une personne a pris la décision de divulguer son diagnostic d'hépatite C, elle doit choisir le moment qui lui convient pour le faire. Parler de cette maladie pour la première fois peut être énervant, et il faut souvent beaucoup d'énergie et de détermination pour y arriver. Ce n'est toutefois pas une confession que l'on fait; il s'agit simplement d'affirmer une réalité. Souvent, la personne qui entend la nouvelle a besoin de temps pour réagir ou veut obtenir de l'information sur l'hépatite C afin de mieux comprendre ce qui se passe.

Les personnes vivant avec l'hépatite C ont souvent besoin de soutien pour faire face à la stigmatisation, à des complications médicales et aux décisions qu'elles doivent prendre en ce qui concerne le traitement de leur infection.

Certaines personnes planifient ce qu’elles vont dire avant de le faire. Cela peut les aider à se sentir plus en contrôle de la situation. Afin de décider à quel moment effectuer la divulgation, une personne peut se poser les questions suivantes :  

  • Où la conversation aura-t-elle lieu — un lieu privé ou public?
  • La conversation aura-t-elle lieu en personne, au téléphone ou par courriel?
  • Comment le dire? Voici certaines suggestions :
    • « J'aimerais te parler de quelque chose … »
    • « Je crois bien que notre relation est assez solide pour que je puisse te confier quelque chose… »
    • « Te souviens-tu que je suis allé à la clinique il y a quelques semaines? »
  • La personne qui vient d'apprendre la nouvelle a-t-elle le droit d'en parler avec d'autres, ou est-ce un secret?
  • Cela peut aussi aider de rassurer la personne en lui disant qu’on ne s’attend pas à ce qu’elle ait des réponses.

Après la discussion, certaines personnes peuvent souhaiter en savoir plus sur l’hépatite C. Elles peuvent commander des brochures sur l’hépatite C gratuitement auprès de CATIE ou visitez ce site Web (www.catie.ca).

Divulgation à des enfants

Les enfants sentent souvent que quelque chose ne va pas, même s’ils ne savent pas quoi au juste. Si vous essayez de leur cacher vos symptômes, ils pourraient croire que la situation est encore pire qu’elle ne l’est réellement. Essayez donc de parler à vos enfants d’une façon appropriée pour leur âge. Voici quelques conseils qui pourraient rendre la divulgation à des enfants plus facile :

  • Répétez à l’avance votre explication pour pouvoir prévoir la réaction de votre enfant et en tenir compte.
  • Essayez d’être aussi détendu et calme que possible.
  • Rassurez vos enfants sur le fait qu’ils n’ont rien à voir avec cette infection. Assurez-vous de leur dire que votre maladie ne change rien à l’amour que vous leur portez.
  • Soyez aussi franc que possible. Si vous dites à vos enfants que votre état de santé va s’améliorer, vous risquez de les perturber davantage si la situation évolue autrement. D’autre part, si vous êtes pessimiste, vous risquez de leur faire peur inutilement.
  • N’ayez pas peur de leur dire « Je ne sais pas » lorsque c’est le cas.
  • Dites à vos enfants que c’est normal d’éprouver toutes sortes de sentiments différents et qu’il en va de même pour vous.

Révisé en 2013.