Hépatite C : Un guide détaillé

Dépression

Le mot dépression désigne un état émotionnel de grande tristesse qui dure des semaines, voire des mois à la fois. La dépression est bien pire qu’une déprime passagère parce qu’elle s’accompagne aussi d’un sentiment d’impuissance. Vous n’avez pour ainsi dire plus aucun plaisir à vous adonner aux activités qui vous rendaient heureux auparavant. Votre niveau d’énergie peut diminuer au point où même les tâches les plus simples comme s’habiller le matin semblent trop exigeantes.

Il est parfois difficile de reconnaître la dépression parce qu’elle s’installe graduellement au fil des semaines ou des mois. Vous ne vous rendrez peut-être même pas compte que votre humeur a changé jusqu’à ce que l’un de vos proches vous dise quelque chose comme : « Tu n’as pas l’air dans ton assiette depuis quelque temps » ou vous demande « Comment se fait-il que tu sois si tranquille? ».

Le tableau ci-contre se veut un guide pour vous aider à déterminer si vous souffrez de dépression sans le savoir. Les changements sont ceux qui surviennent le plus souvent chez les personnes qui sombrent dans la dépression.

Changements caractérisant la dépression
Changements de votre état physique
  • Vous avez plus d’appétit ou moins d’appétit, vous avez pris ou perdu du poids.
  • Vous dormez davantage ou vous dormez moins.
  • Vous êtes plus actif ou moins actif.
  • Vous consommez plus d’alcool, de cigarettes ou de  drogues.
  • Vous avez moins d’énergie.
Changements dans vos rapports sociaux
  • Vous passez plus de temps seul ou vous vous sentez  isolé.
  • Vous pensez davantage que personne ne vous comprend ou ne se soucie de vous.
  • Vous passez plus de temps à vous quereller avec les  gens.
  • Vous passez moins de temps avec vos amis ou vos  proches.
  • Votre désir sexuel a diminué.
Changements de votre état mental
  • Vous avez plus de difficultés à vous concentrer sur vos tâches.
  • Vous avez plus de difficultés à vous souvenir des choses.
  • Vous avez plus de difficultés à prendre des décisions.
  • Vous avez moins confiance en vous au travail.
  • Vous pensez à la mort ou au suicide.
Changements de votre état émotionnel
  • Vous pleurez plus souvent.
  • Vous ressentez plus de frustration.
  • Vous vous mettez plus souvent en colère ou vous êtes irritable.
  • Vous avez un sentiment d’échec ou de culpabilité.
  • Vous vous sentez impuissant ou dépassé.
  • Vous manquez de motivation.
  • Vous manquez d’enthousiasme.
Changements sur le plan spirituel
  • Vous avez une sensation de vide.
  • Vous avez perdu espoir que les choses s’améliorent ou vous vous attendez au pire.
  • Vous avez l’impression de ne pas avoir de but dans la vie, que la vie n’a pas de sens.
  • Vous avez perdu intérêt pour la spiritualité.
  • Vous avez moins confiance aux gens en général.

Cause

Le peg-interféron est connu pour causer la dépression chez certaines personnes. De plus, les changements suivants, associés au VHC et à son traitement, peuvent déclencher ou aggraver une humeur dépressive chez certaines personnes :

  • Plus de difficultés à s’activer ou à compléter les activités quotidiennes normales;
  • Moindre capacité de participer à des loisirs comme l’exercice ou les sorties sociales;
  • Plus de difficultés à garder la cadence au travail;
  • Perte d’emploi entraînant une baisse du revenu et la fin d’une routine quotidienne;
  • Changement des rôles à la maison entraînant l’impression d’avoir perdu sa place au sein de la famille;
  • Capacité moindre de planifier.

Traitement

  • Choisir le type de traitement antidépresseur qui vous conviendra le mieux

    La plupart des gens choisiront l’une des trois façons suivantes pour traiter leur dépression :  antidépresseurs, thérapie ou une combinaison des deux. La plupart des gens choisiront l’une des trois façons suivantes pour traiter leur dépression :  antidépresseurs, thérapie ou une combinaison des deux. Le traitement au moyen d’antidépresseurs allié à une psychothérapie (par la parole) est plus efficace que le médicament utilisé seul.

    L’utilisation d’antidépresseurs ne cesse d’être en hausse et les médecins de famille se sentent de plus en plus à l’aise de les prescrire plutôt que d’adresser leurs patients à un psychiatre. Les avantages des antidépresseurs sont de deux ordres. Premièrement, les médicaments peuvent réellement aider une personne à traverser un épisode particulièrement grave de dépression. Ensuite, les régimes d’assurance santé publics (des provinces et des territoires) et privés couvriront fort probablement une portion ou la totalité du coût de la plupart des antidépresseurs. Le principal inconvénient des antidépresseurs est leur profil d’effets secondaires. Les effets secondaires les plus fréquents associés aux antidépresseurs sont la sécheresse de la bouche, le gain de poids, les troubles de sommeil, la baisse du désir sexuel ou l’impuissance.

    Les avantages de la psychothérapie sont également de deux ordres. Tout d’abord, les personnes qui sont en thérapie apprennent des techniques d’adaptation qu’elles peuvent utiliser à nouveau tout au long de leur vie lors de périodes difficiles. Ensuite, la psychothérapie ne comporte aucun effet secondaire. Par contre, elle requiert du temps (probablement au moins six séances) et est exigeante sur le plan émotionnel. De plus, il est parfois plus difficile d’obtenir un remboursement des coûts de la thérapie par votre compagnie d’assurance ou alors il peut y avoir une limite quant au nombre de séances couvertes par l’assureur.
     

  • Choisissez le bon professionnel en santé mentale pour vous

    Les thérapeutes en pratique privée font payer à chaque séance. Les coûts peuvent donc grimper rapidement. Mais le manque d’argent ne devrait pas vous empêcher de trouver de l’aide. Beaucoup de thérapeutes établissent leur tarif selon une échelle mobile, ce qui signifie que si votre revenu est moindre, vous pourriez bénéficier d’une diminution par rapport au tarif régulier. De même, si vous consultez une agence de services de santé mentale communautaire de votre région, cette dernière tiendra compte de votre capacité de payer. Les honoraires des psychiatres sont couverts par l’assurance maladie des provinces et des territoires. Quant aux travailleurs sociaux et psychologues médicaux attachés à des programmes hospitaliers, ils sont payés par le système de soins de santé. Vérifiez si votre régime de prestations complémentaires, tel qu’un programme d’aide aux employés (PAE), englobe les services de psychothérapie.

    Le type de psychothérapie qui a fait l’objet du plus grand nombre d’études est appelé la thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Cette approche vous apprend à reconnaître et à modifier les façons de penser négatives qui nourrissent votre humeur dépressive. Au fond, vous pouvez modifier ce que vous ressentez en modifiant vos pensées et vos actions. La TCC est considérée comme un traitement de première ligne à privilégier chez les personnes qui souffrent de troubles dépressifs. Beaucoup de thérapeutes utilisent la TCC avec d’autres stratégies pour vous aider à vous retrouver.

    Les psychiatres utilisent la thérapie par la parole avec des antidépresseurs. D’autres professionnels cliniques agréés (en santé mentale) offrent des thérapies sans prescrire de médicaments. Il s’agit des psychologues, des travailleurs sociaux et autres intervenants. La recherche montre que le diplôme professionnel ou le type d’approche d’un thérapeute ont moins d’importance que la qualité du rapport que vous établissez avec lui (c’est-àdire la confiance et les sentiments positifs que vous éprouvez à son endroit) pour assurer la réussite du traitement. Il est important de prendre le temps de choisir avec grand soin l’intervenant qui vous conviendra.
     

  • Trouvez un professionnel en santé mentale
    • Votre médecin de famille pourrait vous prescrire un antidépresseur ou vous adresser directement à un psychiatre, à une agence de counselling communautaire ou au service de psychiatrie/ psychologie/ travail social d’un hôpital.
    • Vous pourriez trouver un thérapeute qui vous conviendra sur la recommandation d’un proche ou d’un ami intime.
    • Votre groupe local d’entraide pour le VHC pourrait connaître un professionnel en santé mentale qui travaille avec les gens infectés par le VHC.
    • Vous pouvez trouver dans votre communauté une agence de services de santé mentale ou de services pour la famille qui offre un programme de consultation.
    • Au travail, vous disposez peut-être d’un programme d’aide aux employés dans le cadre de votre régime d’avantages sociaux. Votre employeur ne sera pas informé des services que vous aurez consultés ni pourquoi et le rapport du thérapeute ne sera pas intégré à votre dossier d’employé.
    • Les moteurs de recherche en ligne peuvent vous donner accès aux sites web des associations professionnelles de psychologues ou de travailleurs sociaux agréés dans votre province/territoire.
    • Votre annuaire téléphonique local ne vous fournira pas beaucoup de détails, mais pourrait vous fournir des listes sous les rubriques Thérapeutes, Psychologues et Travailleurs sociaux.

Conseils

 Faites de l’exercice tous les jours.
Essayez de vous entourer de gens, ne serait-ce qu’un peu chaque jour.
Laissez vos proches vous aider s’ils vous offrent leur compagnie, leurs encouragements, leur affection ou leur écoute.
Participez à des activités, même si vous n’en avez pas particulièrement envie. Vous réaliserez peut-être que vous sous-estimez le plaisir que vous procure l’expérience. S’attendre à peu est un produit de la pensée négative. C’est pourquoi il est important de vous donner la chance de lutter contre ces pensées, vous donner quelque chose en quoi espérer.
Établissez vos priorités et concentrez-vous sur ces priorités, une à la fois. Habituellement, en séparant une priorité ou une tâche en éléments plus petits, vous aurez davantage confiance en votre capacité de franchir chaque petite étape vers l’atteinte de votre objectif.
Attendez-vous à ce que votre humeur s’améliore graduellement. L’amélioration ne se fait pas du jour au lendemain. Vous vous sentirez un peu mieux chaque jour. C’est ainsi que la dépression rentre généralement dans l’ordre.
Vérifiez auprès de votre médecin s’il ne serait pas approprié qu’il vous prescrive un antidépresseur et/ou qu’il vous adresse à un thérapeute qui vous conviendra. Le traitement de la dépression pourrait être la réponse si vos mécanismes d’adaptation habituels ne fonctionnent pas ou si votre humeur déprimée interfère significativement avec votre vie depuis quelques semaines ou plus.
Sachez que vous pourriez avoir besoin d’un diagnostic professionnel si vous demandez des prestations d’invalidité. Des thérapeutes diplômés/agréés qui peuvent utiliser un manuel appelé DSM-IV-TR sont en mesure d’évaluer et de diagnostiquer la dépression. Le DSM-IV-TR reconnaît qu’une personne peut être atteinte d’un trouble de santé mentale découlant d’un problème de santé générale. Certaines personnes craignent l’étiquette de la maladie mentale et la stigmatisation qui s’ensuit. Par contre, certaines compagnies d’assurances exigeront un diagnostic établi d’après le DSM-IV-TR.