Hépatite C : Un guide détaillé

Confusion extrême (encéphalopathie hépatique)

La confusion extrême, associée à de la somnolence et/ou à de l’agitation, sont des symptômes d’une maladie appelée encéphalopathie hépatique. Les signes précoces incluent des modifications du cycle veille/sommeil ou des tremblements. Dans les cas les plus avancés, elle peut entraîner le coma.

Cause

L’encéphalopathie hépatique peut survenir lorsque le foie est incapable d’éliminer les déchets nuisibles de la circulation sanguine. Cette maladie est associée à la cirrhose et à l’insuffisance hépatique.

Traitement

  • La rifaximine est un antibiotique qui fait diminuer les taux d’ammoniaque dans le sang en éliminant les bactéries productrices d’ammoniaque dans le côlon. La recherche a montré que ce médicament permet de prévenir la récurrence de l’encéphalopathie  hépatique, ce qui améliore la qualité de vie des patients.
  • Le lactulose et le lactitol sont couramment employés pour traiter l’encéphalopathie hépatique. Ces substances réduiraient l’absorption de l’ammoniaque dans la circulation sanguine et amélioreraient l’élimination des déchets dans les selles. Toutefois, on ne dispose que de preuves documentées minimes, voire nulles, selon lesquelles le lactulose serait un traitement efficace, surtout comparativement aux antibiotiques rifaximine, néomycine, ribostamycine et vancomycine.

Conseils

Si votre apport alimentaire en protéines est supérieur à ce que votre foie est capable de traiter, il peut s’ensuivre une accumulation de toxines qui nuisent au fonctionnement cérébral. Toutefois, votre organisme a besoin de protéines, de sorte que toute restriction de votre apport alimentaire en protéines ne doit se faire que sous la supervision de votre médecin.