Hépatite C : Un guide détaillé

Un bref historique de l’hépatite C : 1989 - 2016

1989
  • Le virus de l’hépatite C (VHC) est découvert et rapidement reconnu comme étant la cause principale de l’hépatite non A, non B.

   
1990
  • Un test de dépistage de l’hépatite C est mis au point. À travers le Canada, les banques de sang commencent à tester les dons de sang pour y détecter la présence d’hépatite C.

   
1991
  • Le premier interféron alfa est approuvé pour le traitement de l’hépatite C.

  • L’hépatite C devient une maladie à déclaration obligatoire au Canada. L’hépatite non A, non B est retirée de la liste des maladies à déclaration obligatoire en 1999.

   
1992
  • Un test de dépistage plus sensible est mis au point et utilisé en vue de détecter le virus de l’hépatite C dans les dons de sang, ce qui élimine efficacement la transmission de l’hépatite C par la réserve de sang au Canada. Entre 1960 et 1992, on estime que 90 000 à 160 000 Canadiens ont contracté l’hépatite C par du sang ou des produits sanguins contaminés.

  • Afin de répondre aux inquiétudes croissantes concernant l’efficience, l’efficacité et la sécurité de l'approvisionnement en sang au Canada, le Comité permanent de la santé et du bien-être social, des affaires sociales, du troisième âge et de la condition féminine de la Chambre des communes forme un sous-comité chargé d’établir un rapport sur le sujet.

   
1993
  • La Commission d'enquête sur l'approvisionnement en sang au Canada (nommée Commission Krever) entreprend son travail de recherche.

   
1994
  • La Société de l'Hépatite C du Canada (SHéCC) est fondée par le Dr Alan T.R. Powell. La SHéCC est un organisme de santé bénévole national, dont la mission consiste à lutter contre l’hépatite C par le biais de la prévention, de la détection précoce, du traitement et du soutien. Au fil du temps, la SHéCC a développé environ 40 chapitres régionaux à travers le Canada en offrant des groupes de soutien, du counseling local par les pairs, des publications et des séminaires.

   
1996
  • Le ministère de la Santé égyptien estime le taux d’infection par le VHC de la population égyptienne de 15 à 20 pour cent. À l’instar de nombreux autres pays, y compris l’Italie, ce ministère associe l’épidémie à une campagne de vaccination nationale, au cours de laquelle il y a eu réutilisation de seringues. L’Égypte continue de signaler le taux d’hépatite C le plus élevé au monde.

   
1997
  • Le rapport final de La Commission d'enquête sur l'approvisionnement en sang au Canada est publié.

   
1998
  • Le gouvernement canadien accepte d’apporter une assistance financière aux Canadiens qui ont été infectés par le virus de l’hépatite C à travers le système d’approvisionnement en sang entre le 1er janvier 1986 et le 1er juillet 1990.

  • Le Laboratoire de lutte contre la maladie de Santé Canada, tient une conférence du consensus nationale à Ottawa : Prévention de l’hépatite C : un consensus en santé publique.

  • Le gouvernement canadien met sur pied le Système de surveillance accrue des souches de l'hépatite (SSASH), une initiative de surveillance nationale conçue pour examiner tous les cas récemment identifiés de VHC et de virus de l’hépatite B aiguë (HBV) dans les sites participants.

   
1999
  • Santé Canada approuve la première combinaison de l’alfa interféron et de la ribavirine pour le traitement de l’hépatite C.

  • Le gouvernement canadien lance le Programme de prévention, de soutien et de recherche pour l'hépatite C dans le cadre de sa réponse au rapport de la Commission d'enquête sur l'approvisionnement en sang au Canada. Prévu de se terminer en 2004, le programme recevra trois prolongations individuelles d’un an, avant d’arrêter finalement ses activités en 2007.

  • L'Atlantic Hepatitis C Coalition (maintenant nommée Hepatitis Outreach Society of Nova Scotia) est fondée en Nouvelle-Écosse.

  • Les premières tiges en verre sont distribuées dans les trousses de consommation plus sécuritaire du crack.

   
2001
  • L’interféron pégylé (peg-interféron) est introduit pour le traitement de l’hépatite C.

   
2002
  • Nouvelles-CATIE fait un rapport sur la transmission potentielle de l’hépatite C parmi les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes. Controversé et rejeté au début, ce mode de transmission est maintenant bien reconnu.

  • L’actrice canadienne Pamela Anderson annonce publiquement qu’elle est atteinte de l’hépatite C. Elle parle ouvertement de sa vie avec l’hépatite C et donne le coup d’envoi de la campagne 2002 contre l’hépatite qui est organisée par la Fondation canadienne du foie (FCF).

  • Le Hepatitis C Council of BC (maintenant nommé Pacific Hepatitis C Network) est fondé en Colombie-Britannique.

  • La 1re Conférence nationale autochtone sur l’hépatite C, organisée par NECHI Training, Research and Health Promotions Institute, se tient à Edmonton, en Alberta.

   
2003
  • Insite, le premier site d'injection supervisée en Amérique du Nord, ouvre ses portes à Vancouver, en Colombie-Britannique.

  • L’Association canadienne de santé publique annonce l’établissement du Centre canadien d'information sur l'hépatite C. C’est un centre de services d’information polyvalent (en ligne, par ressources imprimées et par téléphone) qui a pour mission de rassembler et de diffuser du matériel éducatif sur l’hépatite C à travers tout le pays.

  • Le Centre Associatif Polyvalent d’Aide Hépatite C est créé au Québec.

  • La 2e Conférence nationale autochtone sur l’hépatite C, organisée par Chee Mamuk, a lieu à Vancouver, en Colombie-Britannique.

   
2004
  • La 5e édition de La transmission du VIH : Guide d’évaluation du risque de la Société canadienne du sida comprend une section sur la transmission de l’hépatite C. Cet ajout « reconnaît les nombreux organismes de lutte contre le sida et travailleurs de première ligne qui ont assuré le rôle de fournir de l’information sur la transmission du VHC en l’absence d’une stratégie officielle de la part de Santé Canada pour faire face à cette deuxième épidémie ».

  • Transmission du virus de l'hépatite C au sein de la population carcérale est publié dans le Relevé des maladies transmissibles de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC). Il souligne un taux de prévalence de l’hépatite C considérable et disproportionné parmi la population carcérale (entre 19,2 % et 39,8 %) en comparaison avec la population générale au Canada (environ 0,8 %).

  • Le ministère de la Santé et des soins de longue durée de l’Ontario met sur pied le Secrétariat pour les programmes de l'hépatite C, afin d'établir des programmes et des politiques qui répondent aux besoins des personnes atteintes d’hépatite C dans la province.

  • La 2e Conférence canadienne sur l’hépatite C se déroule à Vancouver, en Colombie-Britannique.

  • Le Comité de travail sur l’état de la situation sur l’hépatite C, un comité provincial sur l’hépatite C, est mis en place au Québec.

   
2005
  • Service correctionnel Canada (SCC) et ASPC collaborent dans l’élaboration du projet pilote Initiative sur les pratiques de tatouage sécuritaires, qui est lancé dans plusieurs pénitenciers fédéraux pour hommes et dans un pénitencier pour femmes.

  • La 3e Conférence nationale autochtone sur l’hépatite C, qui est organisée par All Nations Hope AIDS Network, a lieu à Regina, en Saskatchewan.

   
2006
  • En 2006, des programmes d’échange de seringues dans les prisons sont mis en œuvre ou à l’essai dans plusieurs pays à travers le monde, y compris la Suisse, l’Allemagne, l’Espagne, la Moldavie, le Kirghizistan, l’Arménie et l’Iran.

  • Le rapport d’évaluation du projet pilote Initiative sur les pratiques de tatouage sécuritaires préparé par SCC conclut, entre autres, que « L’Initiative a montré un potentiel de réduction des préjudices et de l’exposition à des risques pour la santé et d’amélioration de la santé et de la sécurité des membres du personnel, des détenus et du grand public ». Linitiative est annulée.

  • Réalisée à la demande de SCC, l’ASPC prépare un rapport de conseils scientifiques et techniques sur les avantages et les risques potentiels associés aux programmes d’échange de seringues en milieu carcéral. Le rapport conclut que, dans d’autres juridictions, ces programmes diminuent considérablement la transmission de la maladie, et qu’il n’existe aucune preuve qu’ils encouragent la consommation de drogue ou compromettent la sécurité de l’institution pénitentiaire.

   
2007
  • L’Alliance mondiale pour l’hépatite (World Hepatitis Alliance) est fondée.

  • La nouvelle Stratégie nationale antidrogue est la première depuis des années à exclure explicitement — ou même mentionner — toute forme de financement pour des mesures de réduction des méfaits; elle ajoute cependant de nouveaux fonds considérables dans le but de renforcer les efforts visant à appliquer les lois pénales sur les drogues illicites.

  • La Convention de règlement relative à l’hépatite C visant la période antérieure à 1986 et la période postérieure à 1990 est approuvée par les tribunaux. C’est un régime d’indemnisation destiné aux personnes qui ont été infectées par l’hépatite C à travers le système d’approvisionnement en sang au Canada avant 1986 ou après 1990.

  • N’ayant aucun engagement de financement pour l’année suivante, de nombreux organismes de lutte contre l’hépatite ferment leur porte, y compris le Centre canadien d’information sur l’hépatite C et la Société de l'Hépatite C du Canada.

  • Organisée par le gouvernement du Territoire Akaitcho, la 4e Conférence autochtone nationale sur l’hépatite C, se tient à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest.

  • L'ACEF organise une seconde conférence du consensus nationale pour faire face à l’hépatite virale.

   
2008
  • Le 19 mai, l’Alliance mondiale pour l’hépatite lance la première Journée mondiale contre l’hépatite avec une campagne sous le nom de « Suis-je le numéro 12? » Ce slogan  fait référence aux statistiques à l’échelle mondiale, selon lesquelles une personne sur 12 vit avec une forme d’hépatite virale. Un comité de planification de la Journée mondiale contre l’hépatite au Canada est fondé sous l’égide de la FCF. Des activités de défense des droits et de sensibilisation sont organisées à travers tout le Canada, y compris l’élaboration des « Six demandes au gouvernement canadien ».

  • Tony Clement, ministre de la Santé du gouvernement fédéral canadien, annonce le renouvellement du Programme de prévention, de soutien et de recherche pour l'hépatite C, ainsi que l’engagement du gouvernement à fournir un financement annuel continu.

  • L’Initiative de recherche sur l’hépatite C, un travail de collaboration entre l’ASPC et les IRSC, est annoncée pour une période se déroulant sur sept ans, jusqu’en mars 2015.

   
2009
  • Le gouvernement du Canada publie le document Cadre stratégique pour l’action qui trace les grandes lignes des orientations futures, des priorités et du plan à long terme du Canada pour répondre aux problèmes de l’hépatite C.

   
2010
  • La Déclaration de Vienne est lancée lors de la 18e Conférence internationale sur le Sida à Vienne, en Autriche. Son but est d’améliorer la sécurité et la santé des communautés en faisant appel à l’incorporation de preuves scientifiques concernant les politiques des drogues de la rue.

  • La 63e Assemblée mondiale sur la santé de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) adopte une résolution sur l’hépatite virale qui reconnaît, entre autres, « la nécessité de réduire l’incidence afin de prévenir et de contrôler l’hépatite virale, d’accroître l’accès au diagnostic exact, et de fournir des programmes de traitement appropriés dans toutes les régions ».

  • L’OMS déclare le 28 juillet comme étant la date de la Journée mondiale contre l’hépatite, ce qui en fait la quatrième journée officielle de sensibilisation mondiale de la santé, avec les journées mondiales contre le VIH, le paludisme et la tuberculose.

  • Le 1er Sommet canadien de recherche sur les co-infections VIH/VHB/VHC se déroule à Toronto, en Ontario. Il est organisé par le Conseil canadien de surveillance et d'accès aux traitements (CCSAT), en partenariat avec de nombreux organismes communautaires et nationaux.

   
2011
  • Après de nombreuses luttes judiciaires, la Cour suprême du Canada statue qu’Insite peut continuer à opérer sous exception constitutionnelle à la Loi réglementant certaines drogues et autres substances. Depuis cette décision, les débats concernant des lieux d’injection supervisés ont pris de l’ampleur dans les villes à travers le pays. 

  • Presque 10 ans après le dernier développement dans le traitement de l’hépatite C, deux nouveaux médicaments sont approuvés pour l’hépatite C de génotype 1.

  • Le ministère de la Santé et des soins de longue durée de l’Ontario met en place des équipes pluridisciplinaires de traitement et de soutien à travers l’Ontario afin d’élargir l’accès aux soins et d’améliorer les résultats de traitement.

  • Les musiciens Gregg Allman, Natalie Cole et Jon Secada attirent l’attention sur l’hépatite C grâce à Tune in to Hep C, une campagne de santé publique nationale visant à faire de la sensibilisation aux États-Unis.

  • À l’occasion de la Journée mondiale contre l’hépatite 2011, la Coalition canadienne des organisations vouées à l'hépatite B et à l’hépatite C publie un rapport qui, en s’appuyant sur les « six demandes nationales », évalue les réponses apportées par les gouvernements provinciaux, territoriaux et fédéral en ce qui concerne l’hépatite C.

  • L’OMS commandite sa première Journée mondiale contre l’hépatite sur le thème : « C’est ça l’hépatite… Comprenez-la. Combattez-la. L'hépatite touche tout le monde, partout. »

  • Après l’adoption de la Résolution sur l’hépatite virale, l’OMS met sur pied un Programme mondial de lutte contre l’hépatite (Global Hepatitis Program).

  • L'ACEF organise une 3e conférence du consensus nationale pour faire face à l’hépatite virale.

   
2012
  • CATIE lance yourlanguage.hepcinfo.ca, qui offre de l’information sur l’hépatite C en chinois simplifié, en ourdou, en pendjabi et en tagalog.
  • Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis recommandent que toutes les personnes de la génération du baby-boom (les personnes nées entre 1945 et 1965) subissent un test de dépistage de l’hépatite C.
   
2013
  • La Coalition canadienne des organisations vouées à l'hépatite B et C change de nom pour Action hépatites Canada.

  • La Fondation canadienne du foie publie Les maladies du foie au Canada : Une crise en devenir. Ce rapport souligne la portée des maladies du foie au Canada et recommande vivement aux gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ainsi qu’aux agences de santé connexes de travailler ensemble afin d’élaborer une stratégie nationale pour contrer les maladies du foie.

  • La C.-B. annonce qu’elle offrira 1,9 million de dollars en financement pour la recherche et l’éducation pour l’hépatite B et C et pour la sensibilisation et la prévention de l’hépatite B au sein des communautés d’immigrants.

   
2014
  • Deux nouveaux médicaments puissants contre l’hépatite C sont approuvés par Santé Canada, soit le sofosbuvir (Sovaldi) et le siméprévir (Galexos).
  • La HepCBC Hepatitis C Education and Prevention Society (HepCBC) lance un manifeste sur le VHC (version française en voie de développement).
  • Harvoni est approuvé par Santé Canada.
2015
  • La combinaison de sofosbuvir et de siméprévir est approuvée par Santé Canada.
  • Le sofosbuvir et Harvoni sont ajoutés à plusieurs listes de médicaments assurés provinciales et territoriales, ce qui élargit l’accès aux régimes sans interféron.
  • L’Î.-P.-É. annonce une stratégie anti-hépatite C de cinq millions de dollars.
  • Le télaprévir est discontinué au Canada.
  • Le daclatasvir et Technivie (combinaison d'ombitasvir, de paritaprévir et de ritonavir) sont approuvés par Santé Canada 
  • Holkira Pak est ajouté aux listes de médicaments assurés des provinces et territoires
2016
  • Zepatier (elbasvir et grazoprévir) est approuvé par Santé Canada 
  • Le Programme commun d'évaluation des médicaments recommande de traiter tout le monde pour l'hépatite C peu importe l'ampleur des dommages hépatiques, en commençant par les personnes ayant subi le plus de dommages au foie 
  • Le bocéprévir est discontinué au Canada