Le condom pour la prévention de la transmission du VIH

Sommaire

Les condoms sont des barrières physiques qui réduisent le risque d'exposition sexuelle au VIH parce qu'ils sont faits de matériaux qui ne permettent pas au VIH de les traverser. Grâce à cette propriété, les condoms constituent une stratégie de prévention hautement efficace pour réduire le risque de transmission du VIH lorsqu'ils sont utilisés régulièrement et correctement. Ils confèrent par contre une protection beaucoup plus faible lorsqu'ils sont utilisés irrégulièrement et/ou incorrectement. Les condoms offrent également une protection contre d'autres infections transmissibles sexuellement (ITS).

Quelles sortes de condoms existent pour prévenir la transmission du VIH?

Il existe deux sortes de condoms pour prévenir la transmission sexuelle du VIH :

Le condom externe, également appelé condom masculin, est une gaine faite de polyuréthane, de latex ou de polyisoprène qui couvre le pénis durant le rapport sexuel. Il existe de nombreuses variétés et marques de condoms externes.

Le condom interne, également appelé condom féminin, est une pochette faite de polyuréthane ou de nitrile. Le condom interne a été conçu pour les rapports sexuels vaginaux mais peut également être utilisé pour le sexe anal. La pochette est ouverte à une extrémité et fermée à l'autre, et chaque bout est muni d'un anneau souple. L'anneau situé à l'extrémité fermée est utilisé pour insérer le condom dans le vagin ou l'anus et le tenir en place. L'anneau situé au bout ouvert de la pochette demeure à l'extérieur du vagin ou de l'anus.

Comment les condoms aident-ils à prévenir la transmission sexuelle du VIH?

Les condoms empêchent la transmission en réduisant le risque qu'une exposition au VIH ait lieu durant le rapport sexuel.

Les études de laboratoire révèlent que les matériaux utilisés pour fabriquer la plupart des condoms (tels que le latex, le nitrile, le polyuréthane et le polyisoprène) ne permettent pas au VIH de les traverser. Les condoms servent de barrière contre l'infection par le VIH en empêchant que le vagin, le pénis, le rectum ou la bouche soient exposés aux liquides corporels pouvant contenir du VIH (tels que le sperme et les sécrétions vaginales et rectales).

Certains condoms sont faits d'une membrane mince provenant de l'intestin d'un mouton; il s'agit des condoms en peau d'agneau. Ces condoms peuvent être utilisés pour prévenir la grossesse. Toutefois, comme ils n'empêchent pas le VIH de les traverser, les condoms en peau d'agneau ne devraient pas être utilisés comme stratégie de prévention du VIH.

Dans quelle mesure les condoms sont-ils efficaces pour prévenir la transmission sexuelle du VIH?

Les condoms constituent une stratégie hautement efficace pour prévenir la transmission sexuelle du VIH lorsqu'ils sont utilisés régulièrement et correctement. Les condoms ont fait l'objet de nombreuses études de laboratoire qui ont déterminé qu'ils étaient imperméables au VIH, ce qui veut dire que le virus ne pouvait pas les traverser.

Les condoms peuvent échouer à prévenir une exposition au VIH s'il se produit une rupture, un glissement ou une fuite durant le rapport sexuel. Les échecs mécaniques de ce genre sont relativement rares, les estimations des taux d'échec allant de 0,4 % à 6,5 % dans le cas du condom externe et de 0,1 % à 5,6 % dans le cas du condom interne, selon les études.

Lors des études sur la rupture, le glissement et les fuites, il n'a pas été possible de déterminer combien de participants utilisaient correctement les condoms. Cependant, la recherche porte à croire que les taux d'échec des condoms diminuent lorsque les condoms sont utilisés plus fréquemment et que le nombre d'incidents d'échec antérieurs augmente. Les données en question aboutissent toutes à la conclusion que les gens apprennent à utiliser correctement les condoms au fil du temps et que cela réduit les taux d'échec. Toutefois, le taux d'échec n'atteint jamais zéro, même chez les utilisateurs de condoms expérimentés qui utilisent ces derniers correctement et régulièrement.

Lorsque les condoms sont testés chez des couples sérodifférents (un partenaire est séropositif et l'autre séronégatif), leur efficacité peut varier considérablement. Cela est dû au fait que les condoms ne sont pas toujours utilisés correctement et régulièrement dans la vraie vie. Des études par observation sur l'efficacité des condoms ont examiné les taux de transmission du VIH parmi des couples qui disaient utiliser toujours des condoms, comparativement à des couples qui n'en utilisaient jamais. Des études subséquentes (méta-analyses) de nombreuses études menées auprès de couples hétérosexuels ont permis d'estimer des taux d'efficacité allant de 69 % à 94 % lorsque les condoms étaient utilisés correctement. Un résultat similaire (efficacité de 70 %) a été observé dans des études sur les hommes gais et les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes.  Il n'existe pas de données comparables sur l'efficacité des condoms internes pour réduire le risque de transmission du VIH lors des rapports sexuels vaginaux ou anaux; cependant, comme les condoms internes sont faits de matériaux qui ne laissent pas le VIH les traverser et que leurs taux d'échecs sont faibles, ils ont probablement une efficacité semblable.

Il est fort probable que les condoms sont plus efficaces que les estimations ci-dessus ne donnent à penser, pourvu qu'ils soient utilisés régulièrement et correctement, parce que les études par observation en question avaient trois limitations :

  • Les chercheurs n'ont pas demandé aux participants s'ils utilisaient correctement les condoms. Or nous savons que l'usage incorrect peut causer ruptures, glissements ou fuites, ce qui peut permettre au VIH d'entrer dans le corps. L'autodéclaration peut être un moyen peu fiable de mesurer des comportements qui sont parfois considérés comme socialement indésirables, tels les rapports sexuels sans condom. Il est possible que les couples n'aient pas utilisé de condom lors de chaque rapport sexuel même s'ils ont prétendu le contraire.
  • Lors des études par observation, les couples n'étaient pas répartis au hasard pour utiliser des condoms ou pas. Faute de randomisation, il est possible que les deux groupes (ceux qui utilisaient régulièrement les condoms et ceux qui n'en utilisaient pas) différaient d'autres façons qui auraient pu contribuer à un taux d'efficacité plus faible. Par exemple, les participants qui disaient utiliser régulièrement des condoms ont peut-être eu de nombreux partenaires sexuels occasionnels, ce qui aurait augmenté leur risque de contracter VIH.

Pourquoi est-il important d'utiliser correctement les condoms et en quoi consiste l'utilisation correcte?

Il est important d'utiliser correctement les condoms parce que l'usage incorrect peut causer une rupture, un glissement ou une fuite lors du rapport sexuel. Cela peut compromettre l'efficacité des condoms en laissant des parties vulnérables du corps entrer en contact avec des liquides contenant du VIH. D'autres genres d'usages incorrects peuvent également augmenter le risque de transmission du VIH, tels que le fait de mettre le condom trop tard ou de l'enlever trop tôt.

Pour minimiser le risque d'échec des condoms et maximiser leur efficacité, l'utilisation correcte consiste à :

  • trouver un genre de condom externe qui est bien ajusté et confortable (ni trop petit ni trop grand)
  • ranger les condoms à température ambiante et remplacer régulièrement les condoms gardés dans un portefeuille, une sacoche ou une poche
  • vérifier la date d'expiration et jeter les condoms expirés
  • s'assurer que l'emballage n'est pas endommagé et l'ouvrir soigneusement sans utiliser d'objets tranchants
  • utiliser un condom neuf pour chaque acte sexuel vaginal ou anal
  • utiliser un condom neuf avec chaque partenaire sexuel différent et lors du partage d'outils sexuels
  • utiliser un condom pour toute la durée de l'acte sexuel, du début à la fin
  • mettre et enlever le condom de façon correcte

La manière correcte de mettre et d'enlever un condom externe consiste à :

  • ouvrir soigneusement l'emballage pour éviter de déchirer le condom
  • s'assurer de bien orienter le condom en le mettant du bon côté
  • retrousser le prépuce si le pénis n'est pas circoncis
  • pincer le bout du condom et le dérouler sur le pénis en érection (afin d'enlever l'air et de laisser de l'espace au sperme) et s'assurer de le dérouler jusqu'à la base du pénis
  • appliquer une quantité suffisante d'un lubrifiant approprié (seuls les lubrifiants à base d'eau et de silicone devraient être utilisés avec les condoms en latex; la salive ne devrait pas être utilisée comme lubrifiant)
  • tout de suite après le rapport sexuel, tenir le condom pendant le retrait du pénis du vagin ou de l'anus
  • attendre qu'il n'y ait plus aucun contact physique avec son partenaire, puis enlever soigneusement le condom en s'assurant de ne laisser aucune trace de sperme s'en échapper
  • jeter le condom de façon sécuritaire

La manière correcte de mettre et d'enlever un condom interne consiste à :

  • ouvrir soigneusement l’emballage pour éviter de déchirer le condom
  • appliquer du lubrifiant sur la partie externe du bout fermé
  • serrer les bords de l’anneau interne situé au bout fermé du condom et insérer ce dernier dans le vagin ou l’anus
  • insérer l’anneau interne le plus loin possible dans le vagin ou l’anus en laissant l’anneau externe en dehors du vagin ou de l’anus
  • si l’anneau externe s’insère dans le vagin ou l’anus, arrêter l’activité et le remettre à la bonne place
  • s’assurer que le pénis s’insère dans le condom et non entre le condom et la paroi du vagin ou du rectum
  • tout de suite après le rapport sexuel, tordre légèrement le condom et tirer sur le bout pour l’enlever, en prenant soin de ne laisser aucune trace de sperme s’échapper dans le vagin ou le rectum
  • jeter le condom de façon sécuritaire

Quels sont les avantages et les inconvénients des condoms?

Les condoms offrent de nombreux avantages par rapport aux autres stratégies de prévention du VIH. Voici quelques exemples :

  • Les condoms constituent une stratégie hautement efficace pour prévenir la transmission du VIH.
  • Les condoms réduisent les risques d'autres ITS comme la gonorrhée, la chlamydia, l'herpès et la syphilis.
  • Les condoms ne coûtent pas cher et sont facilement accessibles.
  • Les condoms ne nécessitent pas d'intervention ou de suivi médical.
  • Les condoms peuvent réduire le risque de grossesse non intentionnelle.

 

Les condoms présentent de nombreux inconvénients qui font en sorte que certaines personnes ont de la difficulté à les utiliser régulièrement et correctement. Voici quelques exemples :

  • Il existe de nombreuses façons de faire un usage incorrect des condoms.
  • Il peut être difficile de négocier l'usage de condoms avec ses partenaires sexuels.
  • Il faut que les condoms soient disponibles au moment des rapports sexuels.
  • Les condoms peuvent rendre le maintien d'une érection difficile pour certaines personnes.
  • Les condoms peuvent être inconfortables et réduire le plaisir sexuel et l'intimité.
  • Lorsque les condoms sont utilisés pour prévenir le VIH, ils empêchent aussi la conception.

Ressource

Déclaration de CATIE sur l’utilisation du condom pour prévenir la transmission sexuelle du VIH

Références

  1. Conant M, Hardy D, Sernatinger J, et al. Condoms prevent transmission of AIDS-associated retrovirus. Journal of the American Medical Association. 1986;255(13):1706.
  2. Judson F, Ehret J, Bodin G, et al. In vitro evaluations of condoms with and without nonoxynol 9 as physical and chemical barriers against Chlamydia trachomatis, herpes simplex virus type 2, and human immunodeficiency virus. Sexually Transmitted Diseases. 1989;16(2):51–56.
  3. Reitmeijer C, Krebs J, Feorino P, Judson F. Condoms as physical and chemical barriers against human immunodeficiency virus. Journal of the American Medical Association. 1988;259(12):1851–1853.
  4. Van de Perre P, Jacobs D, Sprecher-Goldberger S. The latex condom, an efficient barrier against sexual transmission of AIDS-related viruses. AIDS. 1987;1(1):49–52.
  5. Drew W, Blair M, Miner R, Conant M. Evaluation of the virus permeability of a new condom for women. Sexually Transmitted Diseases. 1990;17(2):110–112.
  6. U.S. Food and Drug Administration. Summary of safety and effectiveness data: FC2 female condom. Disponible à : http://www.accessdata.fda.gov/cdrh_docs/pdf8/P080002b.pdf
  7. SSL Americas. Durex synthetic polyisoprene male condom Pre-market Notification 510(k) Summary. Disponible à : http://www.accessdata.fda.gov/cdrh_docs/pdf7/K072169.pdf
  8. Ansell Healthcare Products LLC. Lifestyles lubricated polyisoprene latex male condom Pre-market Notification 510(k) Summary. Disponible à : http://www.accessdata.fda.gov/cdrh_docs/pdf7/K070800.pdf
  9. Sanders SA, Yarber WL, Kaufman EL, et al. Condom use errors and problems: a global view. Sexual Health. 2012 Feb 17;9(1):81–95.
  10. Crosby R, Bounse S. Condom effectiveness: where are we now? Sexual Health. 2012 Mar;9(1):10–17.
  11. Crosby RA. State of condom use in HIV prevention science and practice. Current HIV/AIDS Report. 2013 Mar;10(1):59–64.
  12. Weller SC. A meta-analysis of condom effectiveness in reducing sexually transmitted HIV. Social Science & Medicine. 1993;36(12):1635–1644.
  13. Davis K, Weller SC. The effectiveness of condoms in reducing heterosexual transmission of HIV. Family Planning Perspectives. 1999;31(6):272–279.
  14. Pinkerton S, Abramson P. Effectiveness of condoms in preventing HIV transmission. Social Science & Medicine. 1997;44(9):1303–1312.
  15. Weller SC, Davis-Beaty K. Condom effectiveness in reducing heterosexual HIV transmission. Cochrane Database of Systematic Reviews. 2002. Disponible à : http://doi.wiley.com/10.1002/14651858.CD003255.
  16. Giannou FK, Tsiara CG, Nikolopoulos GK, et al. Condom effectiveness in reducing heterosexual HIV transmission: a systematic review and meta-analysis of studies on HIV serodiscordant couples. Expert Review of Pharmacoeconomics and Outcomes Research. 2016 Aug;16(4):489–499.
  17. Smith DK, Herbst JH, Zhang X, Rose CE. Condom Effectiveness for HIV Prevention by Consistency of Use among Men Who Have Sex with Men (MSM) in the U.S. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes. 2015;68(3):337–344.
  18. French PP, Latka M, Gollub EL, et al. Use-effectiveness of the female versus male condom in preventing sexually transmitted disease in women. Sexually Transmitted Disease. 2003 May;30(5):433–439.
  19. Gallo MF, Kilbourne-Brook M, Coffey PS. A review of the effectiveness and acceptability of the female condom for dual protection. Sexual Health. 2012 Mar;9(1):18–26.
  20. Renzi C, Tabet SR, Stucky JA, et al. Safety and acceptability of the Reality condom for anal sex among men who have sex with men. AIDS. 2003 Mar 28;17(5):727–731.
  21. Kelvin EA, Mantell JE, Candelario N, et al. Off-label use of the female condom for anal intercourse among men in New York city. American Journal of Public Health. 2011 December; 101(12):2241–2244.
  22. Kelvin EA, Smith RA, Mantell JE, et al. Adding the female condom to the public health agenda on prevention of HIV and other sexually transmitted infections among men and women during anal intercourse. American Journal of Public Health. 2009 June; 99(6):985–987.

Auteur(s) : Arkell C

Traduction : Boutilier A

Publié : 2017