L’infection à cytomégalovirus (CMV)

Sommaire

L’infection à cytomégalovirus (CMV) est une infection virale pouvant toucher une seule partie de l’organisme, comme les yeux, ou se propager dans tout l’organisme. Avant l’arrivée de médicaments anti-VIH plus efficaces, il n’était pas rare pour les personnes atteintes du sida de présenter une telle infection, ce qui est par contre relativement rare de nos jours : le nombre de nouveaux cas a diminué radicalement. Les personnes vivant avec le VIH dont le compte des cellules CD4 est inférieur à 50 courent un risque plus grand de présenter cette infection. Heureusement, le traitement des infections à CMV s’est considérablement amélioré au cours des dernières années.

Qu’est-ce qu’une infection à CMV?

C’est une infection grave causée par un virus appelé cytomégalovirus (CMV). Ce virus est relié aux virus de l’herpès qui entraînent la varicelle et la mononucléose.

L’infection à CMV compte parmi les infections qui peuvent apparaître chez les personnes vivant avec le VIH. Ces infections, qu’on appelle infections opportunistes, ne peuvent survenir que chez les personnes dont le système immunitaire est passablement affaibli, ce qui fait que l’organisme devient vulnérable à des infections qui ne seraient pas contractées en d’autres circonstances. La plupart des adultes sont porteurs du CMV à leur insu, parce que le virus n’entraîne aucun symptôme. Le CMV peut causer une maladie grave touchant différentes parties de l’organisme chez les personnes dont le système immunitaire est gravement affaibli.

Les symptômes de l’infection à CMV peuvent être confondus avec ceux d’une mononucléose. Chez les personnes vivant avec le VIH, le CMV peut aussi attaquer des organes particuliers (voir la section Symptômes ci-dessous).

Qui est vulnérable à la CMV?

Les personnes dont le système immunitaire est affaibli, en raison du VIH, d’un cancer, d’un usage de corticostéroïdes sur une longue période, ou après une greffe d’organe ou de moelle osseuse, courent le risque de contracter le CMV.

Les personnes vivant avec le VIH qui courent le plus de risques de contracter cette maladie sont celles qui présentent les caractéristiques suivantes :

  • compte de CD4 inférieur à 50
  • charge virale supérieure à 100 000 copies/ml
  • aucun traitement par des médicaments anti-VIH ou résistance à ces médicaments
  • antécédents d’infection à CMV ou d’autres infections opportunistes

Symptômes

Le signe le plus courant de l’infection à CMV est le suivant :

  • Rétinite – mort des cellules situées à l’arrière d’un œil ou des deux yeux. Certaines personnes atteintes d’une rétinite à CMV n’ont aucun symptôme ou n’éprouvent que de légers symptômes. D’autres présentent des symptômes plus graves. La rétinite peut se caractériser par une vision trouble, des taches aveugles, des éclairs lumineux et des taches sombres qui semblent flotter dans le champ de vision, et qu’on appelle parfois « corps flottants ».

    Deux tiers des personnes chez qui on diagnostique une rétinite ne sont atteints que dans un seul œil. Sans médicament anti-VIH ou sans traitement anti-CMV cependant, l’infection finit par toucher les deux yeux dans les 10 à 21 jours suivant l’apparition des premiers symptômes. Si on ne traite pas cette infection, elle entraîne une cécité permanente en trois à six mois.

Les autres maladies et symptômes liés au CMV peuvent inclure (mais sans s’y limiter) :

  • Oesophagite – infection à CMV touchant l’œsophage (tube reliant la bouche à l’estomac). Les symptômes incluent fièvre, nausées, déglutition douloureuse et enflure des ganglions lymphatiques.
  • Colite – infection à CMV touchant le côlon (partie la plus longue du gros intestin). Les symptômes incluent fièvre, diarrhée, perte de poids, douleurs à l’abdomen (au ventre) et malaise général.
  • Maladies du système nerveux central – infection à CMV touchant le cerveau et la moelle épinière. Les symptômes incluent confusion, fatigue, fièvre, crises convulsives, faiblesse et engourdissement dans les jambes, et perte de la continence urinaire et fécale.
  • Pneumonie – infection à CMV dans les poumons (rare).

Une infection à CMV qui s’est propagée dans tout l’organisme aura des symptômes qui peuvent être confondus avec ceux d’une mononucléose. Les symptômes incluent fatigue, faiblesse, malaise ou sensation générale de mal-être, raideur des articulations, douleurs musculaires, fièvre, enflure des ganglions lymphatiques, mal de gorge et perte d’appétit.

Comme l’infection à CMV peut être dangereuse si elle n’est pas traitée rapidement, il est important de communiquer sans tarder avec votre médecin si vous êtes porteur du VIH et que vous présentez les symptômes d’une infection à CMV, peu importe votre compte de CD4.

Diagnostic

On a souvent recours aux analyses de sang et d’urine pour déceler et mesurer les substances liées à une infection à CMV. Une biopsie (intervention consistant à prélever un fragment de tissu qui sera ensuite examiné au microscope afin de déceler tout signe d’infection) pourrait être nécessaire pour confirmer un diagnostic de maladie à CMV, sauf bien sûr, si l’infection touche les yeux ou le système nerveux central.

Si votre médecin soupçonne la présence d’une rétinite à CMV, il vous orientera vers un ophtalmologiste (spécialiste des yeux) qui examinera vos yeux afin de confirmer la présence d’une rétinite à CMV.

En cas d’infection à CMV pendant une grossesse, votre médecin pourrait recommander un test appelé amniocentèse afin de déterminer si le fœtus est affecté par le CMV. Au cours de l’amniocentèse, le médecin introduit une longue aiguille fine dans l’abdomen jusque dans l’utérus pour prélever une petite quantité de liquide amniotique près du fœtus. Une infection à CMV peut causer du tort à un fœtus en développement. Si les tests révèlent que le fœtus est bien atteint d’une infection à CMV, le médecin vérifiera la présence d’anomalies congénitales ou de problèmes de santé chez le bébé après sa naissance et instaurera un traitement si possible.

Traitement

Les médicaments anti-CMV peuvent être pris par la bouche (par voie orale), par injection dans une veine (par voie intraveineuse ou i.v.) ou par application locale sur la région infectée. Dans le cas de la rétinite à CMV, par exemple, après utilisation d’un anesthésique local, le médicament peut être injecté ou implanté par chirurgie directement dans l’œil afin de combattre l’infection. Le traitement est choisi, entre autres, en fonction de la partie du corps infectée, de la gravité de l’infection, de l’état de votre système immunitaire et des autres médicaments que vous prenez. On utilise souvent diverses formulations de ganciclovir (Cytovene) pour traiter une infection à CMV.

Rétinite

Dans le cas de la rétinite à CMV, le traitement peut aider à rétablir la vision et empêcher la cécité. Aucun médicament ne s’est révélé plus efficace que les autres pour la protection de la vision. Certains spécialistes du VIH recommandent l’emploi d’une combinaison d’implants oculaires (dans les yeux) et de valganciclovir (Valcyte) pour traiter les patients dont la vision est menacée par une infection à CMV. Si les lésions à l’œil sont moindres, un médicament par voie orale comme le valganciclovir peut être utilisé seul. Certains ophtalmologistes recommandent une injection initiale de ganciclovir au moment du diagnostic afin de libérer une dose concentrée de médicament directement dans l’œil le plus rapidement possible, jusqu’à ce qu’un implant de ganciclovir puisse être installé.

Colite et œsophagite

Dans ces cas, la plupart des spécialistes du VIH recommandent des injections i.v. de ganciclovir ou de foscarnet pendant 21 à 28 jours jusqu’à la disparition des symptômes.

Pneumonie

Il est difficile de diagnostiquer une infection à CMV touchant les poumons. Cela dit, si on croit que la pneumonie est causée par le CMV, on peut recommander des injections par i.v. de ganciclovir, de foscarnet (Foscavir) ou de cidofovir (Vistide).

Infections touchant le système nerveux central

Dans le cas des infections neurologiques (touchant le cerveau ou la moelle épinière) comme une encéphalite ou une neuropathie à CMV, il importe d’entreprendre le traitement dans les plus brefs délais. Une association de ganciclovir et de foscarnet peut être recommandée comme traitement initial, mais ce traitement s’accompagne d’un taux élevé d’effets secondaires. Le traitement et ses effets secondaires doivent être surveillés étroitement.

Médicaments anti-VIH

Si on vous a diagnostiqué une rétinite, une colite, une œsophagite ou une pneumonie à CMV et que vous ne prenez pas déjà des médicaments anti-VIH, il est fortement conseillé que vous commenciez un tel traitement. Ces médicaments renforceront votre système immunitaire et vous aideront à combattre l’infection. Les personnes atteintes d’une infection touchant le système nerveux central et qui ne prennent pas de médicaments anti-VIH devraient d’abord suivre un traitement pour éliminer l’infection à CMV et attendre que les symptômes se soient atténués avant d’entreprendre un traitement anti-VIH. Consultez votre médecin avant de commencer ou d’arrêter un traitement.

Prévention des récidives

Une fois que l’infection à CMV sera disparue, votre médecin vous recommandera probablement de prendre des médicaments pour prévenir le retour de l’infection. Ces agents devront être pris pour le reste de votre vie, à moins que votre compte de CD4 reste supérieur à 100 pendant un minimum de trois à six mois par suite de la prise de médicaments anti-VIH.

Cependant, un compte de CD4 élevé ne garantit pas que l’infection à CMV ne reviendra pas. Même les personnes dont le système immunitaire est renforcé et qui peuvent cesser de prendre des traitements anti-CMV peuvent présenter une récidive. Ainsi, la rétinite peut réapparaître même si le compte de CD4 atteint 1250. C’est pourquoi vous devriez voir votre ophtalmologiste de façon périodique, idéalement tous les trois mois, pour surveiller le retour d’une infection à CMV. La surveillance de la charge virale du CMV n’est pas une méthode efficace pour prédire les récidives et n’est donc pas recommandée.

Prévention

La meilleure façon de réduire le risque de contracter une infection à CMV est de maintenir le compte des cellules CD4 bien au-dessus de 100. Les médicaments anti-VIH peuvent aider à maintenir ce compte élevé et vous protéger contre le virus si vous y êtes exposé.

Les personnes vivant avec le VIH et dont le compte de CD4 est en dessous de 100 devraient consulter un ophtalmologiste de façon régulière pour surveiller l’apparition d’une rétinite, même en l’absence de symptômes. Si vous remarquez la présence de « corps flottants » (taches sombres qui semblent flotter dans votre œil), prenez un rendez-vous avec votre ophtalmologiste.

Auteur(s) : Koenig D

Traduction : Bérubé D

Publié : 2010